CNPS Express - 6 Novembre 2019

Mercredi 6 Novembre 2019

  Fin de la PACES

Les textes de la réforme de l'accès aux études de santé ont été publiés au Journal officiel du 5 novembre. Cette réforme, qui s'inscrit dans la loi BUZYN, prévoit, dès la rentrée universitaire 2020, que les étudiants pourront suivre leurs études supérieures dans le cadre d'un parcours spécifique d'accès à la santé avec une autre discipline en option, ou bien qu’ils pourront préparer une licence en droit, biologie, lettres avec une option santé. Ces deux voies permettront de rejoindre, après une sélection, les cursus de maïeutique, d’odontologie, de pharmacie ou de médecine.

Cette réforme vise à éviter l’hécatombe des étudiants qui, à l’issue des deux premières années de santé, n’étaient pas admis dans les filières de leur choix. Avec ce système d’options, ils peuvent désormais se réorienter facilement.

D’autre part, les numerus clausus à l’accès aux études de médecine sont supprimés. Le nombre de places offertes à la formation sera fixé régionalement par les ARS en fonction des besoins locaux et des capacités de formation des facultés.

Pour comprendre d’un coup d’œil le fonctionnement de la réforme, les chirurgiens-dentistes de France (les CDF) ont publié une infographie sur le site du syndicat.

Voir l'infographie

Trois nouvelles sections de santé font leur entrée au Conseil national des universités

Un décret paru au Journal officiel du 31 octobre fait entrer trois nouvelles sections de santé au Conseil national des universités : maïeutique, sciences de la rééducation et de la réadaptation et les sciences infirmières. Des enseignants-chercheurs pourront être recrutés dans ces trois disciplines.

  Effectif des professions : la DREES actualise ses données

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) vient de mettre en ligne des chiffres actualisés concernant l'effectif des professions de santé. On y découvre notamment la répartition par forme d'exercice, libéral, mixte ou salarié et, d’autre part, les effectifs par sexe.

En savoir plus ici

  Médecin bashing : le hashtag de trop pour le SML.

Depuis quelques jours, le hashtag #BalanceTonMedecin sévit sur les réseaux sociaux. Il s’est même placé lundi en tête de la tendance France Twitter. Si l’origine de ce hashtag est encore floue, les réactions qu’il suscite sont nombreuses et le Syndicat des médecins libéraux (SML) a exprimé son indignation face à « cette stigmatisation gratuite des médecins ». Pour le SML, « l’anonymat derrière lequel s’abritent les auteurs de ce médecin-bashing ne doit pas conduire aux excès auxquels nous assistons et qui blessent une profession dans sa dignité et son honneur ».

Voir le communiqué du SML

  Liberté d'installation : la CSMF rappelle sa position

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) s'étonne de voir ressurgir la question de la liberté d’installation dans une note du ministère des Finances. La CSMF, qui trouve « curieuse » la proposition faite par Bercy de repêcher les recalés du concours de médecine, rappelle l’exigence des Français à une médecine de qualité. Le syndicat prône la promotion et la valorisation de l’exercice libéral pour inciter les jeunes médecins à s'installer plus tôt et plus nombreux.

Voir le communiqué de la CSMF

  100 % des labos accrédités d’ici octobre 2020 : mission impossible pour la profession

Au terme d’une enquête menée auprès de leurs adhérents, les syndicats de biologie médicale, dont le Syndicat des biologistes (SDB), estiment que l'échéance du 31 octobre 2020 ne sera pas tenue en matière d'accréditation. L'accréditation des laboratoires à cette date avait été rendue obligatoire par la loi lors de la réforme de la biologie médicale. « Un grand nombre des laboratoires de biologie, dans le secteur public comme privé, ne pourra donc pas respecter la loi et devra soit travailler dans l'illégalité, soit stopper toute ou partie de leur activité », soulignent les syndicats. Ces derniers estiment que cette situation était prévisible et reprochent aux pouvoirs publics, malgré les alertes lancées à plusieurs reprises par la profession, de ne pas l'avoir anticipée en prenant les mesures nécessaires.

Voir le communiqué

  FFMKR : Sébastien GUÉRARD nouveau président

À l’occasion de son congrès national, la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) a désigné un nouveau bureau national. Sébastien GUÉRARD, 39 ans, a été élu à la présidence. Il succède à Daniel PAGUESSORHAYE, lequel avait effectué deux mandats et ne se représentait pas.

Le CNPS salue l'élection de Sébastien GUÉRARD et lui adresse ses vœux de réussite dans ses nouvelles fonctions.

  Les infirmiers libéraux en pratique avancée seront rémunérés au forfait

Un avenant à la convention infirmière, récemment signé par la FNI, le SNIIL, et l'Assurance maladie, met sur les rails la rémunération des infirmières de pratique avancée (IPA). Ces dernières seront rémunérées au forfait, jusqu'à 190 € par an et par patient, y compris en libéral. Pour rappel, les IPA seront formées en cinq ans au grade de Master et exerceront en lien avec le médecin généraliste, lequel pourra leur confier le suivi de patients chroniques stabilisés, des actions de prévention ainsi que des consultations de soins primaires.

  Le CNPS fête son 50e anniversaire

Le CNPS fêtera, le 14 novembre prochain, son 50e anniversaire. Ce sera l’occasion, avant tout, de célébrer les libéraux de santé et l’exercice libéral.

Certes, il aura fallu se battre pour préserver et défendre une certaine idée de la modernisation des modes d’exercice et des professions, qui se poursuit et n’est pas prête de s’arrêter. Pour faire le point sur ces évolutions et imaginer de quoi demain sera fait, le CNPS a invité les meilleurs experts du moment, et aussi les plus inattendus. Alors rendez-vous le 14 novembre prochain, à Paris, à partir de 13 h 30, et prolongez la soirée avec les équipes du CNPS pour fêter ce 50e anniversaire.

S’inscrire

Voir le programme

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche