50 ans d’intersyndicalisme au service des soins de ville : faut-il tout réinventer ?

  Keynote : CNPS, 50 ans de combats et de construction


Pierre-Yves POINDRON
Journaliste

L’équilibre des comptes de la Sécurité sociale est progressivement devenu une question centrale, avec le développement de la maîtrise comptable des dépenses de santé. Dès 1979, différentes mesures ont été mises en place. Le plan Juppé, en 1995, va impulser un changement majeur, avec l’instauration d’une enveloppe dont les dépassements devaient faire l’objet d’un reversement. Il a également introduit la LFSS et la régionalisation, et conforté l’évaluation.

Depuis 2004, la place des complémentaires a été renforcée dans le jeu conventionnel. Cette évolution n’est pas sans risque, car elle peut conduire à une sélection des patients et à une déclinaison des cotisations en fonction de leurs engagements comportementaux.

L’évaluation des actes, des pratiques professionnelles et des établissements de santé a pris une importance croissante. Elle constitue la base de la maîtrise médicalisée.

En 50 ans, le pourcentage de personnes âgées a augmenté. Les maladies chroniques sont de plus en plus nombreuses. Le besoin de prise en charge et de coordination est accru. Or, l’évolution de la démographie médicale n’est pas favorable. Pour l’instant, seule l’installation des infirmiers est régulée, mais le risque de voir cette liberté remise en cause demeure. Des évolutions sont déjà sensibles en ce qui concerne l’octroi des aides pour le recrutement des assistants médicaux, qui est limité aux praticiens du secteur 1.

La plupart des organisations syndicales ont signé l’accord cadre instaurant les CPTS.

La prévention prend de plus en plus d’importance. Les associations ont également vu leur place reconnue, notamment sous l’impulsion des associations de lutte contre le Sida.

Au fil du temps, les piliers de l’exercice libéral ont été un peu affaiblis par les pouvoirs publics. La liberté de choix des patients est probablement celle qui résiste le mieux, car les patients y sont particulièrement attachés.

Lire la suite

 
Recherche