CNPS Express - 15 avril 2020

Mercredi 15 avril 2020

Au sommaire

Prolongation du confinement jusqu’au 11 mai
Les mesures de soutien aux entreprises seront poursuivies et simplifiées
Aide spécifique aux libéraux de santé
L’Union européenne a mobilisé 2,7 milliards d’euros pour la santé
Tests : le ministre de la Santé annonce la multiplication des points de dépistage
Un numéro vert pour soutenir les soignants en détresse
623 millions d’euros d’aide pour soutenir les hôpitaux face à la crise sanitaire
Les CDF saluent les mesures d’aide de la CARCDSF en direction des chirurgiens-dentistes
La CSMF réclame des masques pour les personnels des cabinets médicaux
Le SML appelle au redémarrage de l’activité médicale en ville
Crise sanitaire : la FSPF se mobilise pour l’équipe officinale
Le SDB rappelle qu’à ce jour aucun test sérologique n’est validé par le CNR
 
 
  Prolongation du confinement jusqu’au 11 mai

Le chef de l’État s’est de nouveau exprimé, lundi 13 avril, lors d’une allocution télévisée portant sur la pandémie de coronavirus Covid-19. Il a annoncé la prolongation du confinement strict jusqu’au 11 mai, date à partir de laquelle un déconfinement progressif pourrait être envisagé. Le Gouvernement dispose de 15 jours pour établir les modalités pratiques de ce déconfinement. A cette date, un « masque grand public » sera accessible pour chaque Français notamment en mairie. « Son usage pourra devenir systématique pour les professions les plus exposées », a annoncé Emmanuel Macron.

Concernant la perspective du déconfinement, Emmanuel Macron mise sur l’utilisation de tests qui seront « d’abord pratiqués sur les soignants, les aînés et les plus fragiles ». À ce stade, la piste du tracking à l’aide d’une application numérique dédiée, sur la base du volontariat, n’est pas écartée. L’Assemblée nationale et le Sénat devront en débattre afin de déterminer si ces dispositifs sont compatibles avec la préservation des libertés individuelles.

Deux autres voies ont été privilégiées par le chef de l’État pour résoudre la crise sanitaire, ce sont les vaccins et les traitements. Il a assuré qu’aucune piste ne serait négligée dans ces domaines. Enfin, Emmanuel Macron s’est donné comme perspective, en plus du nécessaire soutien à la relance de l’économie, la mise en œuvre d’un « plan massif » pour la santé, la recherche et les aînés.

Enfin, Emmanuel Macron a reconnu les ratés logistiques et le manque de masques, de matériel de protection et de gel hydroalcoolique au début de la crise.

  Les mesures de soutien aux entreprises seront poursuivies et simplifiées

Dans son intervention télévisée du 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé que les mesures de chômage partiel et les aides aux entreprises seraient prolongées, renforcées et simplifiées. Il a explicitement visé la situation des indépendants, dont les professionnels libéraux, concernés par le fonds de solidarité. Le président de la République a aussi cité les banques, qui doivent « décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait ». Enfin, il a appelé les assurances à être aussi au rendez-vous. Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, a indiqué pour sa part, mardi matin, sur BFM, que les assureurs financeraient une nouvelle contribution à travers 500 millions d’euros de remises commerciales à leurs clients, et un investissement de 1,5 milliard d’euros sur les PME via un fonds de la Caisse des dépôts et consignations. Pour l’avenir, le secteur de l’assurance réfléchit à la création d’un fonds pour les catastrophes sanitaires.

  Aide spécifique aux libéraux de santé

Suite aux annonces d’Olivier Véran d’apporter une aide aux professionnels de santé libéraux impactés par la crise sanitaire, Nicolas Revel, directeur général de l’UNCAM, a lancé une concertation auprès des différentes organisations syndicales. Les mesures spécifiques à chaque profession devraient prochainement être connues.

  L’Union européenne a mobilisé 2,7 milliards d’euros pour la santé

Sur proposition de la Commission européenne, le Conseil européen a donné, mardi 14 avril, son feu vert à la mobilisation de 2,7 milliards d’euros en faveur de la santé. Il s’agit de l’activation de l’aide d’urgence de l’Union européenne afin de soutenir les États membres dans la lutte contre le Covid-19. Cette aide permettra, dans un premier temps, de financer les besoins urgents en matériel médical (masques et respirateurs), le transport transfrontalier d’équipements médicaux, la construction d’hôpitaux mobiles et le déploiement de professionnels de santé.

  Tests : le ministre de la Santé annonce la multiplication des points de dépistage

Le dépistage sera l’une des armes permettant de sortir du confinement, a indiqué, lundi soir, le président de la République lors de son allocution télévisée. S’il n’est pas question de tester toute la population, en revanche il convient de tester toutes les personnes qui présentent des symptômes dans le but de les isoler. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a précisé ce mardi qu’il comptait faire appel à toutes les ressources disponibles sur cet objectif. Tous les laboratoires privés et publics seront mobilisés à cette fin. Le ministre compte aussi s’appuyer sur des équipes mobiles, des « drive tests », et de solliciter des officines volontaires.

  Un numéro vert pour soutenir les soignants en détresse

Afin de prodiguer une assistance psychologique aux soignants, le Gouvernement a mis en place une plateforme d’aide et d’écoute, accessible via un numéro vert au 0800 73 09 58. Cette plateforme est ouverte 7 jours/7, de 8 h 00 à minuit.

  623 millions d’euros d’aide pour soutenir les hôpitaux face à la crise sanitaire

Pour aider les hôpitaux en première ligne face à l’épidémie de coronavirus, et pour limiter les tensions de trésorerie, une circulaire tarifaire verse 623 millions d’euros aux établissements.

  Les CDF saluent les mesures d’aide de la CARCDSF en direction des chirurgiens-dentistes

Considérant que « le maintien des cotisations obligatoires constitue un frein à la reprise économique » de leurs petites entreprises, Les Chirurgiens-dentistes de France (Les CDF) avaient adressé, le 30 mars, une lettre au président de la Caisse autonome des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes (CARCDSF) pour demander l’annulation d’une partie des cotisations non prélevées pendant toute la durée du confinement. Suite à la réunion du conseil d’administration de la CARCDSF, dont sept membres issus des rangs des CDF font partie, il a été décidé de suspendre les encaissements pour tous et pour six mois, d’avril à septembre 2020, de reporter le paiement des cotisations qui sera étalé sur douze mois, de juillet 2021 à juin 2022, et de verser une aide exceptionnelle aux chirurgiens-dentistes libéraux en activité de 4 500 euros. Cette aide sera versée en trois fois, soit 1 500 euros d’avril à juin 2020, en dotant le fonds d’action sociale d’un budget exceptionnel de 167 millions d’euros. Les CDF prennent acte de ces décisions, qui « constituent une première étape décisive pour soutenir la reprise d’activité des chirurgiens-dentistes ».

Voir le communiqué des CDF

  La CSMF réclame des masques pour les personnels des cabinets médicaux

« Un médecin ne peut accepter de faire prendre des risques à sa secrétaire médicale, ou à son manipulateur radio dans un cabinet de radiologie, ou à tout autre collaborateur salarié qui exerce à ses côtés. Il a l’obligation juridique et morale d’assurer une protection de ses collaborateurs salariés » rappelle la Confédération de syndicats médicaux Français (CSMF). Or, la rareté des masques chirurgicaux a rendu cette protection des collaborateurs impossible, contraignant les médecins à suspendre leur activité. La CSMF réclame donc à l’État qu’il donne aux médecins tous les moyens de travailler, en fournissant des masques pour eux-mêmes et leur personnel.

Voir le communiqué de la CSMF

  Le SML appelle au redémarrage de l’activité médicale en ville

Réagissant à l’intervention du président de la République et au prolongement du confinement jusqu’au 11 mai, le Syndicat des médecins libéraux (SML) a salué l’incitation du chef de l’État à pousser les patients atteints de maladies chroniques et de pathologies aigües à continuer à se soigner. Dans la perspective du déconfinement, le SML estime qu’il faut à tout prix éviter qu’une crise sanitaire – celle des patients chroniques en décompensation – se surajoute à celle du Covid-19. Le SML souhaite que les médecins libéraux et toutes les professions libérales de santé, ainsi que toutes les cliniques qui le peuvent, redémarrent leur activité sans attendre le 11 mai et à mesure que le matériel de protection arrive. Pour cette raison, le SML rappelle qu’il est impératif que « les professionnels de santé et les médecins libéraux puissent avoir accès au matériel de protection en quantité suffisante, ainsi qu’aux tests ».

Voir le communiqué du SML

  Crise sanitaire : la FSPF se mobilise pour l’équipe officinale

« Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, les pharmaciens d’officines et leurs salariés sont en première ligne pour apporter aux populations les soins et l’assistance que nécessite cette pandémie exceptionnelle », rappelle la Fédération des syndicats pharmaceutiques. La FSPF a obtenu la réunion de la commission paritaire nationale de branche, qui comprend les représentants des syndicats représentatifs des salariés et des employeurs, afin que des réponses rapides soient apportées aux difficultés d’ordres sanitaire et social suscitées par la pandémie au sein des officines. Sur proposition de la FSPF, les partenaires sociaux ont décidé de saisir le Premier ministre d’une demande de modification de la réglementation afin d’inclure les préparateurs en pharmacie dans la liste des professionnels de santé pouvant se voir attribuer des masques de protection issus du stock national.

Voir le communiqué de la FSPF

  Le SDB rappelle qu’à ce jour aucun test sérologique n’est validé par le CNR

Le Syndicat des biologistes (SDB) relaye sur son site la position du Conseil national professionnel de biologie médicale (CNP-BM) concernant les tests sérologiques. Celui-ci rappelle « avec force "qu’à ce stade, aucun test (rapide ou ELISA) n’a officiellement été validé par le CNR (Centre national de référence) et que les évaluations sont actuellement en cours dans les CNR et certains laboratoires hospitaliers de virologie." Il rappelle que "des résultats faussement négatifs ou faussement positifs peuvent avoir de lourdes conséquences sur le plan individuel et collectif, et en particulier dans la perspective d’un déconfinement" »

En savoir plus sur le site du SDB

 
 
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner

 
Recherche