Intégration des études paramédicales dans le LMD - 14 octobre 2008

Le CNPS dénonce le manque d’ambition du  gouvernement pour la qualité des soins.

Alors que la concertation sur l’intégration des études paramédicales dans le dispositif européen LMD devrait débuter le 17 novembre, le CNPS s’interroge sur l’ambition réelle du gouvernement dans ce dossier.

En effet, le rapport commun de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et de l’Inspection Générale de l’Administration de l’Education Nationale et de la Recherche (IGAENR), livré avec plus de 9 mois de retard, incite le gouvernement à faire le choix d’une « Universitarisation maîtrisée » étalée dans le temps, ce qui signifie le cantonnement de certaines professions comme les masseurs kinésithérapeutes ou les infirmières à des licences professionnelles.

Cette orientation constitue une évolution à minima qui prive les professions concernées de filières universitaires et de recherche à part entière, lesquelles sont seules à même de tirer notre système de soins vers le haut. Les patients se voient ainsi privés d’une amélioration de la qualité des soins par l’appauvrissement du niveau de formation.

L’autre problème, clairement exprimé dans le rapport réside dans l’impact financier de l’évolution du niveau de qualification, tant dans la fonction publique hospitalière que sur le niveau des honoraires libéraux. Le coût total serait de 3,058 milliards d’euros en 5 ans et impacterait l’ONDAM de 90 millions d’euros par an.

Autrement dit le gouvernement chercherait à maintenir le niveau de qualification actuel, insuffisant, le plus longtemps possible tout en faisant mine de se rapprocher du standard européen, pour bloquer les professionnels paramédicaux dans leur niveau de rémunération actuel leur accordant une reconnaissance universitaire au rabais. Ce manque d’ambition, pour tirer vers le haut les compétences des professionnels de santé, traduit le manque de volonté politique du gouvernement pour améliorer concrètement la qualité des soins due aux Français.

Le CNPS, première organisation intersyndicale des professions de santé, apporte le soutien solidaire des libéraux de santé aux professions qui se battent pour obtenir leur intégration dans le LMD à un niveau légitime en fonction de leurs missions de santé et contribuer ainsi au relèvement de leur niveau de compétences et donc à l’amélioration de la prise en charge des patients.

Le CNPS souhaite que la concertation qui s’ouvre permette au gouvernement de prendre conscience du capital effectif que représentent la formation universitaire et l’intégration pleine et entière des formations des professionnels paramédicaux au dispositif LMD pour notre système de santé.

L’envisager comme une charge ou une dépense est non seulement une grave erreur stratégique mais une faute pour l’avenir. Cette intégration est au contraire une réelle chance à saisir. Aussi la concertation avec les syndicats représentatifs des professions concernées, qui n’ont pourtant pas été consultées dans l’élaboration du rapport de l’IGAS et de l’IGAENR, est indispensable pour faire évoluer ce dossier dans le bon sens.

Téélcharger le communiqué au format pdf

 
Recherche