CNPS Express - 25 février 2009

 

Sommaire 
  • Attention danger ! Le gouvernement sacrifie la santé
    La campagne de CNPS mobilise
    • Merci
    • Les CDPS dans l’action : manifestation à Orléans
    • La CNSD dans l’action
    • Face au CNPS, la ministre de la santé oppose les minoritaires
  • Expérimentation des nouveaux modes de rémunération
    La FNI dénonce la mise en danger des patients sous traitement anticoagulant par le gouvernement.
  • Hausse de 3,5% des dépenses maladie sur les 12 derniers mois
  • 3ème Convention du CNPS : le Jeudi 9 Avril

 

Attention danger ! Le gouvernement sacrifie la santé
La campagne du CNPS mobilise  
Merci 
Merci à toutes celles et ceux, patients et libéraux de santé qui ont réagi au cri d'alarme du CNPS « Attention danger. La crise ne justifie pas une santé au rabais ».  
La consultation de nos argumentaires a suscité un tel engouement et le nombre de téléchargements des affiches est tel que nous avons été contraints de modifier notre site pour permettre de faire face à cet afflux. (68 600 visiteurs par jour depuis le 16 février!) 
Ceci prouve que les Français, comme les libéraux de santé, sont interrogatifs face à une réforme qui conduit aujourd'hui au sacrifice des soins de ville et demain au rationnement des soins. 
Encore merci, poursuivons ensemble cette action pour informer autour de nous et surtout inciter les députés à modifier le texte du projet de loi Bachelot dont la discussion reprendra dès la semaine prochaine, après l'interruption des vacances parlementaires, à l'assemblée nationale. 
http://www.cnps.fr/  
 
Les CDPS dans l’action : manifestation à Orléans 
Le CDPS 28 associe au CDPS45  et soutenu par le SMEL CSMF28, a décide afin de montrer son opposition au projet de loi Bachelot et d'afficher son mécontentement, d'organiser une manifestation régionale à Orléans le mardi 17 mars 2009. 
D’autres CDPS ont prévu des actions citoyennes pour informer les habitants de leurs départements et les mobiliser. Elles sont annoncées sur le site du CNPS. 
 
http://www.cnps.fr/  
 
La CNSD dans l’action

La CNSD a mobilisé fortement les chirurgiens-dentistes dans le cadre des la campagne du CNPS pour dénoncer cette véritable logique de planification étatique de l’offre de soins libérale par la mise en place de schémas régionaux de l’organisation sanitaire (SROS) et par la destruction des conventions nationales avec l’Assurance maladie en les remplaçant petit à petit par des contrats régionaux individuels proposés par les Agences régionales de santé, et entérinés par des professionnels issus d'élections pour définir leur représentativité.
Au-delà, la CNSD veut également saisir l’opportunité de cette loi pour :
Exiger la reconnaissance des chirurgiens-dentistes comme professionnels de santé de premier recours et dès lors assurer la permanence des soins par une meilleure répartition démographique et par l’organisation d’un service de garde les dimanches et jours fériés, régulé et indemnisé,
Exiger la mise en place d’un internat qualifiant pour accéder aux deux seules spécialités, de chirurgie buccale (qui devrait être créées), et celle d’orthopédie dento-faciale.
conforter la mission de santé publique des chirurgiens-dentistes en y ajoutant deux examens de prévention pour les femmes enceintes et les étudiants de plus de 21 ans, et en favorisant également l’accès aux soins aux bénéficiaires de la CMU-C par une tarification adaptée et revalorisée plutôt qu’en préférant des peines d’exception après une délation unilatérale sans preuve et inadmissible

Lire l’édito de Jean-Claude Michel, Président de la CNSD  

 

Face au CNPS, la ministre de la santé oppose les minoritaires 
Plutôt que d'entendre le signal d'alarme des libéraux de santé via la campagne du CNPS, la ministre de la santé n'a rien trouvé de mieux que d'opposer neuf organisations minoritaires et pour la plupart non représentatives qui, sous la houlette de MG-France, le « think-tank* » de la réforme, publient un communiqué commun pour applaudir cette réforme au caractère « décisif ». Décisif oui, mais pour la disparition des soins de ville ! 
 
En simulant une division chez les libéraux de santé, ces organisations démontrent leur malléabilité face à un pouvoir politique qui les réduit au rôle de marionnettes.
 
Le CNPS, qui pour sa part, porte la parole d'organisations majoritaires a été contraint de répliquer à cette attaque téléguidée des minoritaires. 
Cette affaire n'est glorieuse ni pour la Ministre de la Santé, qui se voit contrainte d'appeler à la rescousse des cabines téléphoniques, ni pour ces organisations qui trahissent leurs mandants afin de permettre à leurs dirigeants de briller sous les ors des palais ministériels. 
 
Les libéraux de santé savent qu'ils peuvent compter sur les organisations majoritaires pour défendre leurs intérêts et non se courber face aux exigences toujours plus nombreuses du pouvoir. 
 
Ils savent aussi que le CNPS est une force de proposition et qu’il l’a démontré sur de nombreux sujets. Concernant la réforme du système de santé, le CNPS a directement fait part de ses idées et projets à la Ministre de la Santé dès le mois de mars 2008 et a déposé sur le bureau de la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale une série d’amendements au projet de loi. 
 
Proposer pour construire et faire avancer les libéraux de santé dans un système de soins plus équilibré, mais aussi les défendre sans concession lorsque les circonstances l’exigent, voilà l’action lisible et claire du CNPS. 
 
Le SML, de son côté, s'est interrogé sur le soutien suscité des organisations concernées qui, alors qu'elles ne sont pas majoritaires dans leur profession, approuvent des mesures comme par exemple celles concernant la démographie médicale dont les principes sont rejetés par l'immense majorité des médecins.
 *Boîte à idée, cabinet d’expertise 
 

 

Expérimentation des nouveaux modes de rémunération
La FNI dénonce la mise en danger des patients sous traitement anticoagulant par le gouvernement.
 

La FNI vient de réagir, à juste titre, pour éviter que demain ne s'établisse dans notre pays une filière de soins à la britannique, où les pauvres iraient se faire soigner dans les dispensaires par du personnel à qui des tâches auraient été transférées, et les riches qui auraient droit au suivi par des médecins, ce à quoi conduit d'ailleurs le projet de loi Bachelot.  

La FNI vient de mettre le doigt sur une expérimentation, dans une maison de santé, visant à déléguer le suivi et l'adaptation des anticoagulants des patients aux secrétaires médicales en fonction des résultats d'examens biologiques. 
 
C'est un document diffusé par la Direction de la sécurité sociale le 13 janvier 2009 présentant l'état d'avancement des expérimentations des nouveaux modes de rémunération qu'elle entend développer dans 6 régions à compter du premier trimestre 2009 qui a attiré l'attention de la FNI. 
 
Les services du ministère de la santé se félicitent de ces pratiques innovantes présentées lors des EGEOS, en présence de la ministre, comme un modèle de référence. En effet, il réduit sur un an de 50 % le nombre de consultations médicales et fait économiser à l'établissement en question, pour 60 patients, 6600 € par an. 
 
Le hic, c'est que ce raisonnement purement comptable fait l'impasse sur les dangers pour le patient puisque les anticoagulants, pour être efficaces le sont à des doses très proches des doses potentiellement létales. De plus, qu'en est-il des questions de responsabilité du médecin ? 
 
Face à une affaire aussi grave, la FNI a saisi le Conseil de l'ordre des médecins et l'Académie de médecine. 
 

 

 

Hausse de 3,5% des dépenses maladie sur les 12 derniers mois  

 Les dépenses maladie de la Sécurité sociale ont augmenté de 3,5% sur les 12 derniers mois (février 2008-janvier 2009) par rapport aux 12 mois précédents (février 2007-janvier 2008).Toujours sur les douze derniers mois, les "soins de ville", comprenant les honoraires des professionnels de santé libéraux et leurs prescriptions, augmentent de 2,7%. 

D'autre part, les remboursements de soins de ville ont augmenté de +2,0% en janvier 2009 comparé à janvier 2008 car le mois de janvier 2009 a été marqué par la situation épidémique.  

 

3ème Convention du CNPS : le Jeudi 9 Avril  

Retenez bien cette date : le Jeudi 9 Avril de 10h à 17h, à l’Hôtel Holiday Inn, Place de la République à Paris, se tiendra la troisième Convention du CNPS. Les thèmes seront « la Loi HPST ou Loi Bachelot » mais aussi « l’avenir de la formation professionnelle des libéraux de santé ». 

Le choix de cette date ne doit rien au hasard. Nous serons à la fin du passage de cette Loi au Parlement, ce sera donc l’occasion d’en dresser le bilan et de voir ses conséquences sur notre exercice.  

Renseignements et inscriptions par mail : cnps@cnps.fr ou corinne.genin@cnps.fr 

 

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer (cnps@cnps.fr).

Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.

 

Abonnez vos amis
Vous désabonner

 

 
Recherche