CNPS Express - 27 janvier 2010

 

tetiere.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Sommaire

 

  • Dépenses d’assurance maladie : vers un double tour de vis avec un ONDAM à 2%
  • Les dépenses d'assurance maladie du régime général ont progressé de 4,4% en 2009
  • Maladies chroniques : les médicaments conditionnés en grandes boîtes sont plus économiques pour la Sécu
  • Le SML veut répondre aux nouveaux impératifs de la formation des MEP
  • Grippe A/H1N1 : les libéraux reprennent la main
    • Fermeture des centres de vaccination le 30 janvier
    • Les officines vont enfin pouvoir distribuer les vaccins
    • La CSMF regrette le temps perdu inutilement
    • Le LEEM inquiet de la polémique sur la vaccination
  • La FNP sonde les podologues !
  • La FFMKR croit à une uniformisation du mode de sélection des futurs kinés
  • Le SNMKR défend le bilan kinésithérapique
  • Leclerc condamné à stopper toute publicité sur le prix des médicaments
  • Calendrier : rendez-vous des libéraux de santé

 

Dépenses d’assurances maladie : vers un double tour de vis avec un ONDAM à 2%

 

Dimanche, à l’occasion du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, le ministre du Budget, a évoqué la perspective d’une nouvelle réduction de la progression annuelle des dépenses d'assurance maladie,  à 2%, peut-être encore moins, afin de réduire les déficits publics. La progression des dépenses de l'assurance maladie aujourd'hui est de plus de 3% par an.

 

Ce sujet sera abordé jeudi lors de la conférence sur les déficits publics prévue jeudi à l'Elysée qui doit définir, avait expliqué le chef de l’Etat lors de ses vœux aux personnels hospitaliers à Perpignan le 12 janvier, "la méthode" nécessaire pour "rééquilibrer les comptes de l'assurance maladie".

 

Autrement dit, on va encore serrer la vis, doublement, aux soins de ville…

 

 

Les dépenses d'assurance maladie du régime général ont progressé de 4,4% en 2009

 

Selon les dernières statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, les dépenses d'assurance maladie du régime général d'assurance maladie ont progressé de 4,4% en 2009.

 

La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2010 a révisé l'objectif national des dépenses d’assurances maladie (Ondam) pour 2009 à 157,9 milliards d'euros contre 157,6 milliards d'euros initialement, suite aux prévisions de la commission des comptes de la sécurité sociale de juin 2009 tablant sur une progression de l'Ondam de 3,5% contre 3,3%.

 

Les dépenses de soins de ville ont progressé de 3,1%  par rapport à 2008.

 

La croissance des soins de ville a atteint 3,9%  hors produits de santé, dont 2,3% pour les honoraires médicaux et dentaires, 5,8% pour les auxiliaires médicaux et 5,3% pour les indemnités journalières (IJ).

 

Les dépenses de soins dentaires ont progressé de 1,1% (+0,1% en 2008), les dépenses de soins infirmiers de 8,4% (+7,9% en 2008) en raison d'une hausse des tarifs partiellement compensée par une réduction du volume de soins, tandis que les dépenses des masseurs-kinésithérapeutes ont reculé, passant de 3,3% en 2008 à 2,7% en 2009.

 

La CNAMTS note une accélération de la croissance du volume des actes d'analyses médicales ayant compensé les baisses de tarifs intervenues en 2008 et 2009, avec une progression de 5,8% en 2009 (+4,5% en 2008), entraînant une croissance des dépenses de 3% en 2009 après un recul de 0,1% en 2008.

 

L'épidémie de grippe a eu un fort impact sur le versement des Indemnités journalières  après un net ralentissement observé pendant l'été 2009, avec une progression de 5,3% en 2009 contre 5,8% en 2008.

 

 

Maladies chroniques : les médicaments conditionnés en grandes boîtes sont plus économiques pour la Sécu

  

L’assurance maladie souhaite développer le recours aux grandes boîtes de médicaments pour des traitements de trois mois. Celles-ci sont autorisées depuis 2005 pour quatre maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle, hypercholestérolémie et ostéoporose) et lui ont permis de réaliser près de 105 millions d'euros d'économies en 2009, a indiqué mardi l'assurance maladie, qui souhaite développer leur usage.

 

Selon une étude de la Caisse nationale d'assurance maladie, le coût d'un traitement est en moyenne 13% moins cher qu’avec des boîtes mensuelles.

 

 

 

Le SML veut répondre aux nouveaux impératifs de la formation des MEP

 

L'Union des Médecins à Expertise Particulière créée par le Syndicat des Médecins Libéraux, s’est réunie le week-end dernier, annonce le syndicat, pour créer un Conseil National Professionnel structuré selon les critères de la Fédération des Spécialités Médicales. Cette nouvelle structure, explique le SML permettra, entre autres, de répondre aux impératifs du Développement Professionnel Continu.

 

Plus de 15 000 médecins libéraux, représentés par ce Conseil National Professionnel, pourront ainsi faire savoir que leurs expertises ont une place indispensable dans le parcours de soins.

 

Lire le communiqué du SML

 

 

Grippe A/H1N1 : les libéraux reprennent la main

 

Fermeture des centres de vaccination le 30 janvier

 

Le ministère de la santé a annoncé la fermeture de tous les centres de vaccination contre la grippe A/H1N1 à compter du samedi 30 janvier.

 

Le ministère explique que "la campagne de vaccination entre dans une troisième phase à compter du lundi 25 janvier jusqu'au mois de septembre, avec une nouvelle configuration de l'offre de vaccination dans les établissements de santé et chez les médecins libéraux. (…) Dès la fermeture des centres de vaccination, c'est-à-dire à partir du lundi 1er février, les médecins libéraux pourront se fournir en doses de vaccin dans les 23.000 officines françaises.

 

L'ensemble des bons de vaccination a été envoyé à tous les assurés sociaux.

 

 

Les officines vont enfin pouvoir distribuer les vaccins

 

Les syndicats des pharmacies d’officines FSPF, USPF et USPO sont parvenus à un accord sur le principe avec la ministre de la santé de la délivrance des vaccins en officine. Les pharmacies d’officines pourront dispenser les vaccins soit aux médecins sous forme de kit d’amorce (20 doses de Focetria et 2 flacons multidoses de Panenza), soit directement aux patients munis d’une prescription médicale (monodose). Ils factureront à l’assurance-maladie les kits 14 euros HT (16,74 euros TTC) et les vaccins aux patients 2,60 euros HT (3,11 euros TTC).

 

L’approvisionnement des officines en kits multidoses se fera à flux tendu pour éviter le sur-stockage, ce qui obligera les médecins à passer commande. Les kits seront disponibles dans un délai de 24h. Le dispositif doit être opérationnel le lundi 1er février.

 

 

La CSMF regrette le temps perdu inutilement

 

La Confédération des syndicats médicaux Français souligne les semaines d’insupportables tergiversations et de mauvais esprit de la part du Ministère de la Santé et regrette qu’autant de temps ait été perdu inutilement.

 

Pour la CSMF, avec la fermeture des centres de vaccination, le Gouvernement revient ainsi sur un schéma de vaccination classique, comparable à celui de la grippe saisonnière qui permet, chaque année en deux mois, la vaccination de plusieurs millions de personnes. Il est bien évident qu’il aurait fallu commencer par là.

 

Pour autant, la situation demeure très préoccupante et incertaine car les informations contradictoires du Gouvernement ajoutées à de nombreuses promesses non tenues ont créé un climat de défiance qu’il était bien simple d’éviter.

 

Lire le communiqué de la CSMF

 

 

 

Le LEEM inquiet de la polémique sur la vaccination

  

Les Entreprises du Médicament s’inquiètent du bruit fait autour des vaccins contre la grippe H1N1 en France redoutant qu’il "ne nuise à la vaccination". "Mon premier souci, avant l'image des industriels, c'est de faire en sorte que les gens continuent à se vacciner pour éviter des catastrophes sanitaires", a-t-il ajouté. "Ne jouons pas avec la vaccination, elle est un élément de santé extrêmement important", a-t-il plaidé. "Les industriels ont eu pour mission de développer et de produire des vaccins dans un délai nécessité par les impératifs de santé publique", a poursuivi Christian Lajoux. Enfin, le président du LEEM a ajouté : "On a su seulement en novembre qu'il ne faudrait non pas deux injections de vaccin, mais qu'il n'en faudrait qu'une".

 

 

La FNP sonde les podologues !

 

La Fédération Nationale des Podologues a fait réaliser par un cabinet spécialisé une enquête en profondeur qualitative et quantitative sur les podologues (syndiqués ou non) et leur environnement professionnel.  Il en ressort notamment que 64 % des professionnels pensent que le syndicat est "proche de leurs préoccupations". Plus de 60 % plébiscitent les actions de formation proposées par le Syndicat et 57 % considèrent qu'ils sont parfaitement "informés" par le Syndicat. Les  vertus de l'adhésion syndicale sont dans l'ordre : l'information sur l'évolution de la profession (98,2 %), l'accès à des formations adaptées (85,3 %), la possibilité de rompre son isolement professionnel (84 %), le fait d'être acteur de sa profession (76,5 %), la possibilité d'être défendu en cas de nécessité (77,4 %), le fait de renforcer la représentativité du Syndicat (72,9 %). Si les podologues sont 71,5 % à reconnaître que la création de leur Ordre donne une vraie crédibilité à la profession, ils ne sont que  58,5 % à penser que l'Ordre les protège contre la concurrence  déloyale. Ils sont majoritaires (50,7 %) à estimer que l'Ordre  représente une perte de leur liberté dans leur exercice. Par ailleurs,  47,7 % estiment qu'avec l'Ordre, ils ont l'impression de devoir toujours se justifier et 49,2 % que l'Ordre est loin de leurs réalités de praticiens. Enfin, 73 % considèrent comme encore "non clair" le partage des compétences entre le Syndicat et l'Ordre.

 

http://www.fnp-online.org/

 

 

 

La FFMKR croit à une uniformisation du mode de sélection des futurs kinés

 

Depuis longtemps, la Fédération Française des Masseurs Kinésithérapeutes  milite activement pour une uniformisation de la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes qui, rappelons-le s’effectue en instituts de formation des masseurs-kinésithérapeutes (IFMK). Mais, le syndicat constate que la sélection n’est pas équitable.

 

En effet, soit la sélection se fait par concours en école privée, soit la sélection se fait par tronc commun avec la première année du premier cycle des études de médecine (PCEM1) en faculté de médecine mais ce régime reste dérogatoire … depuis 1989.

 

C’est pourquoi, la FFMKR prône, la généralisation de la première année commune avec le PCEM1. Les travaux de réingénierie du diplôme d’Etat sont en cours et une évaluation du dispositif est engagée afin de trouver une solution pérenne et homogène. D’autre part, une mission d'information sur la formation des auxiliaires médicaux devra proposer des solutions pour les professions paramédicales notamment les masseurs-kinésithérapeutes.

 

Après avoir attiré très régulièrement l’attention des ministres concernés et des parlementaires, la FFMKR se réjouit donc de voir sa proposition prise en compte et, désormais, en bonne voie.

 

Lire le communiqué de la FFMKR 

 

 

 

Le SNMKR défend le bilan kinésithérapique

 

Le Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes rappelle avec la FFMKR son «  attachement au bilan kinésithérapique et sa juste rémunération en tant qu’acte intellectuel  » aujourd’hui remis en question par la CNAM. Le SNMKR demande la revalorisation de ce bilan en se référant à celui des orthophonistes.

D’autre part, le syndicat rappelle que si l’objectif de la simplification administrative est le 0 papier, elle représente un investissement en temps et en matériel pour le masseur kinésithérapeute que la caisse devra obligatoirement rémunérer.

 

Voir le flash mail du SNMKR du 19 janvier

 

 

 

Leclerc condamné à stopper toute publicité sur le prix des médicaments

 

Le tribunal de grande instance de Colmar a condamné jeudi le groupe de distribution Leclerc toute publicité sur le  prix des médicaments vendus en officine. Leclerc est également condamné à payer une somme globale de plus de 100.000 euros aux groupements de pharmaciens, Udgpo, Univers Pharmacie et Directlabo qui regroupent 7.500 officines. Ces groupements avaient porté plainte contre "une campagne déloyale dénigrant les pharmaciens sous le faux prétexte de défense de l'intérêt général du consommateur".

 

Le distributeur a aussitôt annoncé son intention de faire appel contre ce jugement exécutoire dès  son prononcé et assorti de lourdes astreintes.

 

Leclerc avait été condamné une première fois le 21 avril dernier par le tribunal de Colmar saisi en référé par deux groupements et les syndicats USPO et UNPF.

 

 

Calendrier : rendez-vous des libéraux de santé

 

La CSMF organise deux journées de l’installation décentralisées aujourd’hui à Nancy  et à Lille le 11 mars.

Programme et inscription

 

Les Entreprises du médicament seront présentes au 14ème Mondial des métiers qui se tiendra à Lyon du jeudi 4 février au dimanche 7 février, « pour valoriser auprès des jeunes les métiers et les filières de formation scientifiques. »

 

Le CNPS organisera, le vendredi 26 mars, une convention sur le thème « Quel avenir pour le paritarisme dans le système de santé » ?

Hôtel Crowne Plazza Paris République – 10 place de la République - Paris

Voir le programme

S’inscrire

 

La FNO organisera son XXVème Congrès fédéral à Vichy les 10, 11 et 13 juin

Renseignements et inscription 

 

 

 

N'hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr

 

 


Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.

Abonnez vos amis

Vous désabonner

   

bandeau_macsf

 
Recherche