CNPS Express - 05 mai 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire

 

  • Yvon BERLAND invité demain au CNPS pour débattre du transfert de tâches
  • Le DPC : les libéraux de santé vent débout contre l’étatisation de la formation
    • La FNO s’élève contre le scandale de la présentation du projet de décret sur le DPC
    • Pour la CSMF, le gouvernement a tout faux
    • Le SML dénonce une menace pour la liberté
  • « La FNP auditionnée par la Mission parlementaire sur les formations des auxiliaires médicaux
  • Règlement conventionnel arbitral
    • Pour la CSMF, le compte n’y est pas !
    • Pour le SML : l'avenir est maintenant dans les urnes
  • La FFMKR exige la revalorisation de l’ensemble des actes de masso-kinésithérapie
  • La Fondation des Entreprises du Médicament ouvre son appel à projets 2010
  • Calendrier : les rendez-vous des libéraux de santé

 

 

 

Yvon BERLAND invité demain au CNPS pour débattre du transfert de tâches

 

Le Pr. Yvon Berland, Président de l'Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS) sera, demain, l’invité de la prochaine Matinale du CNPS qui se tiendra à la Maison des pharmaciens, (13 rue Ballu – Paris 9ème) sur le transfert de tâches.

 

A cette occasion, Mme Danièle Levy du Centre de sociologie et de démographie médicale (CSDM) présentera les résultats de l’étude commandée par le CNPS sur le transfert de tâches à l’étranger.

 

Il reste encore quelques places. Inscrivez-vous avant ce soir !

Télécharger le carton d'invitation

S’inscrire en ligne

 

 

 

Le DPC : les libéraux de santé vent débout contre l’étatisation de la formation

 

Le gouvernement a dévoilé les décrets régissant le futur développement professionnel continu (DPC), en application de la loi « Hôpital, patients, santé, territoires ». Le DPC doit se substituer, à partir du 1er janvier 2012, à la formation continue et à l’évaluation des pratiques professionnelles. Le gouvernement a fait le choix de l’étatisation en excluant les professionnels du dispositif. Le CNPS avait très largement combattu cet aspect de la loi HPST pour dénoncer ce risque d’étatisation.

 

 

La FNO s’élève contre le scandale de la présentation du projet de décret sur le DPC

 

Bâtie par des orthophonistes pour des orthophonistes, la formation continue va échapper à la profession, et devenir un nouvel instrument de l’Etat pour maîtriser l’avenir de  la profession et lui donner unilatéralement et arbitrairement les orientations qu’il souhaite. La FNO dénonce la mainmise du ministère de la Santé sur la formation continue des orthophonistes et son instrumentalisation.  

 

Au-delà, la FNO, dénonce aussi le Haut Conseil des professions paramédicales devenu l’outil de l’arbitraire du ministère de la Santé, pour contourner les syndicats. Le Haut Conseil s’est mué en Chambre d’enregistrement des décisions gouvernementales pour les projets concernant les paramédicaux. Il a notamment permis, dans le cadre de la transposition de la directive européenne sur les « qualifications », la suppression de la commission nationale pour la reconnaissance des diplômes au profit de 22 commissions régionales ouvrant la voie à la reconnaissance automatique !

 

Mais ce n’est pas, tout souligne le syndicat, le ministère de la santé s’accapare la maîtrise de la gestion et du financement de la formation continue désormais appelée développement professionnel continu. L’ensemble des auxiliaires médicaux ne sera plus représenté que par 6 membres au sein d’un conseil d’orientation aux missions limitées et d’un conseil national du développement professionnel continu chargé de donner un avis sur les orientations nationales de développement professionnel continu, proposées par des commissions scientifiques.  

 

A quand le passage d’une réforme de la formation initiale des orthophonistes décidée unilatéralement par la DHOS devant un Haut conseil composé d’un orthophoniste et de 46 personnes étrangères à la profession, s’interroge, enfin la FNO.

 

Lire le communiqué de la FNO

 

 

 

Pour la CSMF, le gouvernement a tout faux

 

Pour la CSMF, les textes, au lieu de simplifier créent une multitude d’instances en tous genres qui complexifient à l’extrême le dispositif et le rendent illisible. Au-delà, les nouveaux textes cantonnent la profession dans un rôle à peine consultatif. Les syndicats médicaux ont été exclus des décisions du financement, qui est géré dans le cadre d’un OGDPC strictement paritaire Etat/Caisses.

 

La marginalisation des syndicats, devenue évidente est particulièrement inquiétante, car elle est, à l’évidence orchestrée. Chose inacceptable car la totalité du financement du DPC provient de fonds conventionnels qui sont, d’une part l’argent des médecins libéraux, et qui, d’autre part, font l’objet de négociations entre les caisses et les syndicats médicaux.

 

Ce que la CSMF n’a cessé de dénoncer depuis deux ans, se vérifie : avec la création du Développement Professionnel Continue, le Gouvernement opère un véritable hold up des fonds de la formation et une étatisation de la formation continue des médecins libéraux ! Une telle situation où les professionnels sont marginalisés et totalement exclus du processus de leur formation continu est inédite, et n’a jamais, à ce jour été perpétré dans aucune autre profession.

 

Lire le communiqué de la CSMF

 

 

 

Le SML dénonce une menace pour la liberté

 

Après avoir participé jeudi dernier à une mascarade de réunion, organisée par le Ministère, à propos des décrets d'application de la réforme de la formation professionnelle des médecins libéraux, le SML dénonce la surdité permanente de ce gouvernement quant aux propositions constructives qu'il ne cesse de présenter depuis plusieurs mois, et qui une fois de plus n’ont pas été retenues

 

Le futur dispositif, baptisé "DPC", fait table rase des systèmes existants, profitant de l'occasion pour exclure toute représentativité syndicale des médecins libéraux au sein de celui-ci.

 

Le Ministère accouche d'un monstre d'une complexité inouïe dénonce le SML, qui voit dans cette absence de dialogue préoccupante un péril sur l'indépendance de la formation et donc de toute l'efficience de la médecine libérale de proximité, caractérisée par la souplesse et l'adaptation de son exercice.

 

Le SML exige une véritable concertation sur le projet de réforme du dispositif de formation continue des médecins libéraux et, à défaut appellera les médecins libéraux au boycott du dispositif

 

Lire le communiqué du SML

 

 

 

La FNP auditionnée par la Mission parlementaire sur les formations des auxiliaires médicaux

 

La Fédération Nationale des Podologues, a été auditionné à l'Assemblée Nationale par la Mission Parlementaire d'Information sur les formations des auxiliaires médicaux. La FNP a regretté que la mission parlementaire se soit fixée un champ régressif par rapport aux rapports Debouzie et Berland. 

La L1 paramédicale projetée, intégrée aux 3 années de formation actuelles, ne ferait, pour la FNP, que "creuser le fossé avec les professions médicales", fossé qu'il s'agissait pourtant de réduire ! Le nombre d’heures pour les enseignements théoriques et la pratique est identique sachant que depuis le programme de 1991 de nouvelles techniques sont apparues qu’il faut intégrer.

 

Par ailleurs, la FNP souhaite l'abandon du terme "auxiliaire médical", considérant qu'il faut parler pour tous de "professionnels de santé".

 

Enfin, la FNP a insisté sur la volonté de la profession d'obtenir un quota ou un numérus clausus. En effet, la projection du ratio population/podologue pour les 20 ans à venir montre que le nombre actuel d’étudiants est plus que suffisant.

 

Lire le communique de la FNP

 

 

 

Règlement conventionnel arbitral

 

Pour la CSMF, le compte n’y est pas !

 

Contrairement aux demandes de la CSMF, le texte du Règlement conventionnel arbitral (RCA), rendu public hier par le gouvernement ne solde pas les arriérés de la Convention de 2005. En dehors de quelques mesures incitatives, de bon sens, en faveur de la télétransmission, qui ne parviendront toutefois pas à faire occulter l’iniquité de la taxe qui rentrera en application au 1er janvier 2011 et de l’inscription du C à 23 €, déjà annoncé par le Président de la République, ce texte se borne à expédier les affaires courantes.

 

Pour la CSMF, le compte n’y est pas ! Le RCA ne propose rien pour les spécialités cliniques,  oublie la rémunération de la PDS des spécialistes en établissements, laisse de côté le secteur optionnel et passe à la trappe les contrats de bonne pratique.

 

Pour la CSMF, l’indigence de ce texte montre qu’il est urgent de négocier une vraie convention pour permettre les avancées attendues par les médecins libéraux et les patients. 

 

Lire le communiqué de la CSMF

 

 

Pour le SML : l'avenir est maintenant dans les urnes

 

Le SML regrette que la dernière chance de rétablir un début de lien de confiance entre les autorités de tutelle et les médecins libéraux ait été totalement gâchée. Il n’y voit aucune mesure immédiate pour les médecins généralistes ; le C à 23 €, signé en 2007, attendra 2011 et encore moins pour les spécialistes. Le syndicat souligne l’absence de mesure pour les médecins d'Expertises Particulières qui ne sont reconnues ni conventionnellement, ni dans la loi HPST.

Pour le SML, le divorce avec les professionnels de santé est désormais entré dans une phase active et, en l'absence de « conciliation », sera prononcé définitivement lors des prochaines élections professionnelles.

 

Les libéraux auront le choix de s'exprimer librement, et ils le feront. Ils donneront la majorité aux listes qui ont combattu les textes antilibéraux de la loi HPST et se détourneront de ceux qui les ont activement soutenus lors de leur élaboration, mais qui font brutalement volte face à l'annonce des élections aux URPS. Le SML a d'ores et déjà convoqué une assemblée générale le 13 mai pour décider des actions qu'il entend mener contre cette mise à mort programmé de l'exercice libéral, avec l'aide de l'ensemble des libéraux.

 

Lire le communiqué du SML

 

 

 

La FFMKR exige la revalorisation de l’ensemble des actes de masso-kinésithérapie

 

Les mois s’enchaînent, les années s’enchaînent et cela devient une habitude, les masseurs-kinésithérapeutes sont décidément de très bons élèves, rappelle la FFMKR qui énumère les bons résultats des kinés. Depuis 2007, les dépenses de masso-kinésithérapie sont maîtrisées et inférieures aux limites fixées par l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) alors que les charges augmentent.

 

Comme récompense, fin 2008, le gouvernement a fait voter les référentiels par le Parlement sous prétexte que les masseurs-kinésithérapeutes participaient à l'explosion des dépenses d’assurance maladie, s’étonne le syndicat.

 

Les derniers chiffres l’assurance maladie, confirment pourtant "le ralentissement de la progression des dépenses de soins de kinésithérapie déjà observé en 2009 se poursuit au premier trimestre : +2,2 %".

 

Une seule conclusion s’impose pour la FFMKR, les dépenses maîtrisées ont dégagé des marges de manœuvre pour une nette revalorisation de l'ensemble des actes de masso-kinésithérapie qui ne saurait attendre davantage. La FFMKR exige que les AMS, AMK et AMC soient revalorisés à 2,25

 

Lire  le communiqué de la FFMKR

 

 

 

La Fondation des Entreprises du Médicament ouvre son appel à projets 2010

 

La Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins, structure placée sous l’égide de la Fondation de France, lance un nouvel appel à projets du 26 avril au 7 juin 2010.

 

La Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins, structure placée sous l’égide de la Fondation de France, lance un nouvel appel à projets du 26 avril au 7 juin 2010, dont l’objectif est de soutenir, en France, des projets d’acteurs associatifs dans deux champs :

 

·         Les maladies chroniques et les maladies rares.

·         La réduction des vulnérabilités et des inégalités sociales de santé.

 

Lire l’actualité

 

 

 

Calendrier : les rendez-vous des libéraux de santé

 

Le Congres mondial de la podologie, aura lieu du 13 au 15 Mai 2010 à Amsterdam

Pour toute info : www.fipworldcongress.org

 

La FHP organise la 3ème édition des Trophées de l’Hospitalisation Privée le 26 mai 2010 à Paris

http://www.fhp.fr/

 

 

La FNO organisera son XXVème Congrès fédéral à Vichy les 10, 11 et 12 juin

Renseignements et inscription 

 

 

 

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer  cnps@cnps.fr

 

Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.

 

Abonnez vos amis

Vous désabonner

 

bandeau_macsf

 

 

 
Recherche