CNPS Express - 07 juillet 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire

 

  • L’assurance maladie lance 21 propositions pour encadrer les dépenses
  • La CNSD dénonce la politique de rigueur
  • Ostéopathie : la FFMKR propose une alternative à la proposition de loi Debré
  • La FNO présente aux péages à l’heure des grands départs en vacances
  • La loi Bachelot empêche le paiement de la permanence des soins dans les cliniques
    La CSMF et le SML réagissent
  • L’innovation en santé humaine, « un enjeu pour la France » selon le Leem
  • Calendrier : les rendez-vous des professionnels de santé

 

 

L’assurance maladie lance 21 propositions pour encadrer les dépenses

 

Pour tenir l’objectif de progression des dépenses de santé fixé par le président de la République, il faudra faire 2,2 milliards d’euros d’économies en 2011, selon un rapport de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAMTS). Ce rapport propose 21 mesures pour limiter la croissance des remboursements à 2,9 % l’année prochaine.

 

La CNAMTS suggère que les dépenses de ville puissent progresser plus vite que les dépenses hospitalières, alors que le ministère de la Santé défend une croissance identique pour ces deux secteurs. Le rapport développe des pistes pour éviter autant que possible le recours à l’hôpital, et envisage par ailleurs un nouveau pas vers une réforme des ALD.

 

La CNAMTS propose de « réduire la disparité des pratiques des médecins », de faire baisser les tarifs des analyses biologiques les plus courantes, « souvent 4 ou 5 fois plus élevées en France qu’en Belgique ou en Allemagne », et de développer la rémunération au forfait dans ce secteur.

 

La Caisse souhaite également mettre le cap sur les référentiels qu’elle souhaite développer, particulièrement pour les masseurs kinésithérapeutes.

 

Enfin, estimant que les orthodontistes d’Ile-de-France sont 94% à pratiquer des dépassements d’honoraires trop élevés, elle propose de plafonner ces dépassements en fixant un tarif maximal facturable.

 

 

Jacques Reignault nouveau président du CEPLIS

 

Le Dr Jacques Reignault, chirurgien-dentiste et ancien président du Centre national des professions de santé (CNPS) et de la CNSD, a été élu président du Conseil européen des professions libérales (CEPLIS) pour un mandat de trois ans.

 

Le CEPLIS est l’organisme représentatif des professions libérales auprès des institutions européennes. Il a pour objet l’étude et la promotion des données, moyens et enseignements relatifs à l’exercice et aux politiques des Professions libérales.

 

Le Dr Reignault est également membre du Comité économique et social européen.

 

Le CNPS lui adresse ses plus vives félicitations et ses encouragements.

 

Lire le communiqué

 

 

 

 

La CNSD dénonce la politique de rigueur

 

Face à la perspective d’une loi de finances 2011 qui, «  pourrait se résumer à la phrase suivante : «Qui va payer ? Les pauvres, les riches, le Français moyen !» », la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) réagit.

 

La CNSD rappelle qu’elle «  agit pour obtenir l’équité fiscale dans le domaine de l’ex-taxe professionnelle » et a permis  « une économie substantielle de 4 000 € en moyenne ». Le syndicat rappelle que « toute charge supplémentaire devra être compensée par une recette équivalente » pas seulement pour l’Etat…

 

« Face aux problèmes démographiques croissants, aux problèmes de formation importants et aux problèmes de charges fiscales et règlementaires qui augmentent sans cesse, les chirurgiens-dentistes ne devront pas être les seuls financeurs d’une crise économique qu’ils subissent comme l’ensemble de la population », prévient le syndicat.

 

Lire l’édito 

 

 

 

Ostéopathie : la FFMKR propose une alternative à la proposition de loi Debré

 

Après une étude approfondie de la proposition de loi décriée du Pr. Debré sur la profession d’ostéopathe, la branche ostéopathie de la Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) propose « une alternative crédible, responsable et argumentée, afin de revoir partiellement les modalités d’écriture d’un texte qui pourrait donner du sens et permettre l'obtention d'un large consensus professionnel ».

 

Elle suggère de définir les champs de compétences respectifs des masseurs-kinésithérapeutes et des ostéopathes non professionnels de santé, ainsi qu’un cursus d’études et des règles de conduite pour cette profession. Il faudra aussi étudier les possibilités de coopération des ostéopathes avec les professionnels de santé. La FFMKR demande enfin à participer à l’élaboration des futurs décrets en tant qu’organisation représentative.

 

« Le temps presse pour que nos structures puissent être entendues sur le bien-fondé déontologique et éthique de ces propositions : il en va de nos conditions d’exercice et du respect de l’intégrité du champ de nos possibilités », conclut-elle.

 

Lire le communiqué 

 

 

 

La FNO présente aux péages à l’heure des grands départs en vacances

 

Samedi 3 et dimanche 4 juillet, les orthophonistes,  libéraux et salariés, ont répondu à l’appel de la Fédération Nationale des  Orthophonistes,  pour manifester  leur colère aux péages sur l’ensemble du territoire afin de dénoncer le mépris affiché à leur égard par les pouvoirs publics.

 

Ils dénoncent leurs conditions de rémunération (gel des honoraires depuis 2003 et des salaires des orthophonistes salariés, indemnité de  déplacement à seulement 1€52 bloquée depuis plus de 10 ans, etc.).

 

L’opération s’est déroulée dans un climat de compréhension de la part des automobilistes. Outre les tracts, les orthophonistes ont aussi distribué aux automobilistes des cartes postales à envoyer au président de la République, auprès de qui ils sollicitent une audience.

 

Les orthophonistes de la FNO ne comptent pas en rester là, « forts du soutien des Français qui tiennent à leurs professionnels de santé, ils vont renouveler leur demande d’audience au Président de la République. S’ils ne sont toujours pas respectés, les orthophonistes prévoient, dans les mois à venir, de nouvelles actions. »

 

Lire le communiqué de la FNO

 

Voir la revue de presse de la FNO

 

 

 

La loi Bachelot empêche le paiement de la permanence des soins dans les cliniques
La CSMF et le SML réagissent

 

Déjà que tous les praticiens libéraux ne bénéficiaient pas du paiement de leurs gardes et astreintes dans les établissements d’hospitalisation privés, voilà que la loi Bachelot passe par là et met fin aux contrats de bonne pratique professionnelle permettant la rémunération de la PDS en établissement !

 

La CSMF a dénoncé « le premier dommage collatéral de la loi Bachelot » et stigmatise et épisode qui « relève de la provocation au moment où elle a engagé un combat pour la reconnaissance et le paiement de la permanence des soins de tous les médecins spécialistes exerçant en hospitalisation privée ».

 

Le SML, de son côté fustige le rôle de certains syndicats qui ont soutenu la loi Bachelot « en échange d’un troisième collège et d’une représentativité devenue depuis fantomatique », pour obtenir au final l'abrogation de la base légale permettant la rémunération de la PDS des praticiens.

 

Au cas où une solution rapide n’est pas trouvée, la CSMF comme le SML menacent le gouvernement d’engager un mouvement dans les cliniques.

 

Lire le communiqué de la CSMF

Lire le communiqué du SML

 

 

 

L’innovation en santé humaine, « un enjeu pour la France » selon le Leem

 

Lors du Forum Paris Biotech Santé, le 1er juillet à Paris, le directeur général du Leem est intervenu sur la table ronde intitulée « L'innovation en santé humaine, un enjeu pour la France ».

 

Il a d’abord remarqué que l’innovation était particulièrement au cœur de l’activité économique de l’industrie pharmaceutique : un salarié sur cinq travaille dans la R&D, et ce secteur est le premier en termes d’investissement (12,4% du chiffre d’affaires contre 3,9% pour l’automobile).

 

Il a noté que le modèle de R&D se transformait en profondeur. Elle est toujours plus en pointe mais aussi de plus en plus difficile : la mise sur le marché d’un nouveau médicament est de plus en plus longue et coûteuse.

 

La R&D doit donc prendre en compte les révolutions de demain, d’abord au travers des biotechnologies et ensuite, en se basant sur la démarche « Santé 2025 » lancée en mars 2010 lors d’un séminaire organisé par le Leem.

 

Enfin, citant les avancées obtenues par le Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), qui s’est tenu en octobre 2009, il a souligné la nécessité d’une politique « ambitieuse, pour rester dans la course à l'innovation et être un pays attractif en terme de recherche ».

 

Lire le communiqué

 

 

Calendrier : les rendez-vous des professionnels de santé

 

Matinale du CNPS le 9 septembre à 8H30

Le CNPS organise une Matinale le jeudi 9 septembre à 8h30, à la Maison des pharmaciens, 13 rue Ballu 75009 PARIS autour de Jean-Alain MARGARIT Président du Syndicat National des Etablissements et Résidences pour Personnes Agées (SYNERPA) sur La place des libéraux de santé dans les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD)

Renseignements et inscriptions au secrétariat du CNPS cnps@cnps.fr

 

 

La CSND organise sa troisième Université d’été du 17 au 19 septembre au cap Estérel sur le thème : "Partenaire ou contre-pouvoir...quel syndicalisme demain ?"

Renseignements et inscription 

 

La CSMF organisera sa XVIème université d’été à Cannes les 24, 25 et 26 septembre prochain à l’attention de ses cadres syndicaux.

http://www.csmf.org

 

 

La Fédération nationale des podologues (FNP) organise deux journées d’installation à destination des podologues, le 17 septembre à Rennes et le 15 octobre à Lyon : http://www.fnp-online.org/

  

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer  cnps@cnps.fr

Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.

Abonnez vos amis

Vous désabonner

 

bandeau_macsf

 

 
Recherche