PLFSS 2011 : le CNPS dénonce l’arbitrage comptable du gouvernement - 17 septembre 2010
Le CNPS, première organisation intersyndicale des libéraux de santé, s’étonne des mesures dévoilées par la presse dans le cadre de l’élaboration du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2011.

Tout d’abord, ces mesures s’ajouteront au plan d’économie, déjà très lourd, élaboré par l’UNCAM au début de l’été.

Ces mesures, établies sans aucune concertation avec les libéraux de santé, portent exclusivement sur les soins de ville et marquent une volonté d’appliquer la maîtrise comptable.

Ensuite, elles sont particulièrement injustes dans la mesure où les dépenses de soins de ville sont désormais maîtrisés et les objectifs de dépenses respectés pour la deuxième année consécutive.

Ces mesures sont inacceptables car elles tendent à instrumentaliser les professionnels de santé pour les opposer les uns aux autres. En effet, il est demandé aux médecins de gérer le rationnement de l’accès aux médicaments et aux soins paramédicaux (infirmiers, kinésithérapiques, ...).

Enfin, elles seront une fois encore sans effet sur le déficit de l’Assurance Maladie dont on annonce qu’en dépit des économies, il va encore continuer à progresser.
Le CNPS dénonce les mesures de déremboursement des actes avec la hausse de 0,5 % du ticket modérateur. Les patients sont pénalisés, les patients et les plus fragiles d’entre eux risquent de renoncer ou de retarder leurs soins, au risque d’augmenter le recours à l’hôpital .

Le CNPS demande au gouvernement de revenir sur ces mesures effroyablement comptables construites sans prise en considération des besoins de soins des patients, conduisant irrémédiablement à des problèmes d’accès aux soins.
 
Recherche