CNPS Express - 12 janvier 2011

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Sommaire

  • Le CNPS reçu jeudi par le Ministre de la Santé
  • Sécurité : le CNPS rencontre le Ministère de l’Intérieur
  • Rappel ! Matinale du CNPS demain : les libéraux de santé et l’Europe
  • Coût de la santé : de gros écarts sont constatés en Europe
  • Vers un défenseur unique des droits
  • Chaque DMP coûtera 1 € par an
  • Le DMP accessible à 11 catégories de professionnels de santé
  • L’UNOCAM veut aller plus loin dans la réduction des dépenses de biologie médicale
  • La CNSD attend des avancées concrètes pour la future convention
  • La réponse libérale du SML à la démographie médicale
  • Médecine libérale : le Ministre relance le dossier
    • La CSMF appelle le gouvernement et les caisses à accélérer le calendrier
    • Le SML dressera le bilan des promesses
  • Le LEEM rappelle son attachement à la sécurité des malades
  • Calendrier des libéraux de santé

 

Le CNPS reçu jeudi par le Ministre de la Santé

Le Bureau du CNPS rencontrera demain jeudi le Ministre de la Santé pour une première prise de contact destinée à définir les priorités pour les libéraux de santé. Le CNPS détaillera, dès jeudi après-midi, la teneur de cet entretien sur son site (www.cnps.fr)

 

Sécurité : le CNPS rencontre le Ministère de l’Intérieur

Suite à la recrudescence des actes de violence et d’agression envers les professionnels de santé, le Ministère de l’Intérieur a convié le CNPS à participer à une réunion de travail le 21 janvier. Cette réunion technique a pour objet de lister les différentes problématiques de sécurité constatées par les libéraux de santé afin d’établir un guide d’informations et de conseils pratiques sur la conduite à tenir, notamment lors des visites de nuit ou dans certaines zones réputées sensibles.

 

Rappel ! Matinale du CNPS demain : les libéraux de santé et l’Europe

Demain, jeudi 13 janvier, de 8h30 à 10h, le CNPS reçoit autour de son traditionnel petit déjeuner des Matinales, le président du Conseil européen des professions libérales (CEPLIS), Jacques Reignault. Celui-ci fera le point sur la santé et les institutions européennes.

Rendez-vous au siège du CNPS, 54 rue Ampère, Paris 17e  dès 8h30.

Inscription en ligne pour les dernières places en cliquant ici !

 

 

Coût de la santé : de gros écarts sont constatés en Europe

La Lettre périodique du Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS) publie une étude comparative des coûts moyens des dépenses de santé pour l’année 2007 dans 24 pays européens. Si les comparaisons établies, compte tenu de la spécificité propre à chaque pays, sont à prendre avec précaution, il n’en reste pas moins que le coût moyen de la santé par personne en Europe, s’échelonne de 280 € par an en Lettonie à 4 142 € par an en Norvège, soit 14 fois plus.

L’étude distingue quatre catégories de pays :

·         ceux où le coût de la santé par habitant est inférieur à 500 € par an : les trois pays baltes, la Hongrie et la Slovaquie ;

·         ceux pour lesquels ce coût est compris entre 500 et 1 500 € : la République tchèque, la Slovénie ainsi que Chypre, le Portugal, l’Espagne et la Suisse ;

·         entre 1 500 € et 2 500 € on retrouve la Belgique, le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne et la France, pratiquement au même niveau ;

·         enfin, les habitants de trois pays dépensent plus de 2 500 € par an : ceux des Pays-Bas, du Luxembourg et de Norvège.

Voir l’étude du CLEISS 

 

Vers un défenseur unique des droits

L’Assemblée Nationale a débuté hier l’examen d’un projet de loi destiné à instituer un « Défenseur des droits ». Cette réforme vise à confier au futur Défenseur des droits les fonctions cumulées des actuels Médiateurs de la République, de la Commission nationale de la déontologie et de la sécurité, du défenseur des enfants, de la Haute autorité de lutte contre les discriminations pour l’égalité (HALDE) ce qui actuellement traitent à eux tous plus de 90 000 dossiers par an. Dès 2014, le Défenseur des droits devrait également remplir les fonctions du Contrôleur général des lieux privatifs de liberté.

En quelque sorte, il s’agit de mettre en œuvre un guichet unique des droits pour le règlement de tous les litiges susceptibles d’opposer les administrés aux pouvoirs publics.

 

Chaque DMP coûtera 1 € par an

Selon l’ASIP Santé, le coût de chaque dossier médical personnel (DMP) est d’1 € par an.

La construction du système informatique du DMP, a coûté au total 12 millions d’€.

 

Le DMP accessible à 11 catégories de professionnels de santé

L’ASIP Santé a défini la liste des 11 catégories de professionnels de santé qui pourront se connecter au DMP et consulter les documents pour lesquels ils seront respectivement habilités. Les professionnels concernés sont :

- les médecins généralistes et spécialistes libéraux et salariés, le SAMU et Centre 15, les internes,

- les pharmaciens biologistes et internes,

- les chirurgiens dentistes et internes,

- les sages-femmes,

- les pharmaciens d’officine et de pharmacies hospitalières, internes et préparateurs,

- les infirmiers,

- les masseurs kinésithérapeutes,

- les pédicures et podologues,

- les ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, diététiciens,

- les audioprothésistes, opticiens lunetiers, métiers de l’appareillage pour les personnes handicapées,

- les manipulateurs d’électroradiologie médicale.

Espace professionnel DMP

 

L’UNOCAM veut aller plus loin dans la réduction des dépenses de biologie médicale

L’Union nationale des organismes complémentaires d’assurance maladie (UNOCAM) vient de publier une délibération du 8 décembre dans laquelle elle appelle à une forte réduction des dépenses de biologie et à une accélération de l’ajustement des tarifs des examens de biologie médicale. Elle estime que les mesures adoptées par l’assurance maladie, avec une réduction des dépenses de 100 millions € sur la biologie en 2011, sont insuffisantes.

Les syndicats de biologie médicale avaient vivement et unanimement réagi contre ce plan dans une lettre ouverte au directeur de l’UNCAM pour dénoncer la mise en difficulté de leur profession.

 

La CNSD attend des avancées concrètes pour la future convention

Au lendemain des élections professionnelles aux URPS, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) souhaite faire aboutir les négociations conventionnelles avant l’été et met en garde les tutelles.

Les chirurgiens dentistes ont en effet exprimé à l’occasion des élections leur ras-le-bol, et la future convention devra apporter une réponse à la situation des soins conservateurs en apportant des financements nouveaux.

La CNSD prévient qu’elle ne se contentera pas d’hypothétiques promesses en contrepartie d’efforts sur les honoraires libres, car les chirurgiens dentistes ne portent pas la responsabilité des difficultés d’accès aux soins de leurs patients.

Lire l’édito de la CNSD 

 

La réponse libérale du SML à la démographie médicale

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) a formulé trois propositions pour apporter une réponse concrète à la démographie médicale :

-          la « retraite active » destinée à favoriser le maintien en activité des médecins âgés de 65 à 70 ans en rendant leur exercice plus attractif ;

-          le « compagnonnage élargi » pour redonner aux jeunes l’envie d’aller vers l’installation libérale, en motivant les médecins libéraux à parrainer et encadrer des étudiants ;

-          la « régulation éclairée » pour favoriser une réponse pertinente à la démographie sur l’ensemble du territoire, en régulant l’installation. Le syndicat envisage notamment, pour les zones en difficulté ou sur-dotées d’appliquer le principe « un départ = une arrivée ».

Lire la note de presse du SML

 

Médecine libérale : le Ministre relance le dossier

Le Ministre de la Santé a réuni jeudi dernier les syndicats de médecins libéraux pour fixer la feuille de route des prochains mois. Cette journée de travail, qui a signé le retour du dialogue entre le Ministère de la Santé et les médecins libéraux, sera suivie de plusieurs réunions de travail dans les prochaines semaines, notamment pour mettre en œuvre le chantier de la simplification administrative avec l’installation d’une nouvelle instance dédiée, pour la refonte de la formation initiale et de l’installation, et enfin, pour engager la réforme de la RCP.

Le Ministre de la Santé a également annoncé son intention de revoir la gouvernance du DPC des médecins en rétablissant une parité stricte au sein de l’OGDPC.

 

La CSMF appelle le gouvernement et les caisses à accélérer le calendrier

La CSMF considère que plusieurs pistes positives ont été avancées, dont certaines répondent à ses revendications. Pour autant le syndicat considère que si ces premières intentions sont encourageantes, elles demeurent loin d’être suffisantes car de nombreux dossiers restent en suspens pour apporter une réponse à la hauteur de la crise de la médecine libérale. Enfin, la CSMF regrette que la vision de la médecine libérale développée par les tutelles se résume à la seule médecine générale qui, si elle mérite d’être soutenue, ne doit pas faire oublier pour autant les autres spécialités, et parmi elles, les spécialités cliniques qui sont en difficulté.

Lire la note de presse de la CSMF

 

Le SML dressera le bilan des promesses.

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) se félicite de l’annonce d’une gouvernance paritaire du DPC et se réjouit que le concept de retraite active développé par le syndicat ait été évoqué par le ministre de la santé.

Si le SML se veut enthousiaste, il note néanmoins qu’il s’agit d’un départ à zéro et redoute la déception. Aussi, le syndicat annonce qu’il fera un bilan de la concrétisation des promesses du gouvernement d’ici trois mois.

 

Le LEEM rappelle son attachement à la sécurité des malades

Face à l’émotion suscitée par le MEDIATOR, les entreprises du médicament (LEEM) ont rappelé leur attachement sans réserve à la sécurité des malades. Les médicaments, rappelle le LEEM, ont pour mission de guérir, de soigner et de soulager et non pas de mettre en danger la santé des patients. Les entreprises du médicament ont des obligations de surveillance et de signalement des effets indésirables, obéissant à une réglementation très stricte en matière de pharmacovigilance, pour mieux les prévenir et les maîtriser.

Attention, explique le LEEM, le médicament n’est jamais anodin ; il peut provoquer des effets indésirables parfois dramatiques. Les accidents doivent faire l’objet d’une analyse sans concession. L’État et les entreprises, dans leurs responsabilités respectives, doivent chaque fois en tirer les conséquences dans l’intérêt des patients. Le LEEM rappelle son souci de transparence absolue et de coopération totale avec les autorités de santé.

Lire le communiqué du LEEM 

 

Calendrier des libéraux de santé

Le CNPS recevra Jacques REIGNAULT, président du Conseil Européen des Professions Libérales (CEPLIS) jeudi 6 janvier de 8 heures 30 à 10 heures pour une Matinale sur « La santé et les institutions européennes ».

Télécharger le carton d’invitation

S’inscrire

La prochaine journée de l'Organisation Nationale des Syndicats de Sages-Femmes (ONSSF) aura lieu le 1er avril 2011 à Paris

La Fédération Française des Masseurs Kinésithérapeutes (FFMKR) organise en 2011 cinq nouvelles journées de l’installation : le 21 janvier et le 24 juin à Paris, le 16 septembre à Aix-en-Provence, le 18 novembre à Lyon et le 25 novembre à Toulouse Labège.

La Fédération Nationale des Orthophonistes (FNO) organisera son 25e Congrès scientifique du 29 septembre au 1er octobre à Metz

 

 

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer  cnps@cnps.fr

Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.

Abonnez vos amis
Vous désabonner

 

 

bandeau_macsf

 

 
Recherche