Journée de rentrée du CNPS - 07 octobre 2011 - Ouverture

Michel CHASSANG, Président du CNPS, ouvre la journée de rentrée des libéraux de santé en rappelant que celle-ci a vocation à faire le point sur les dossiers en cours et tenter de construire une dynamique professionnelle pour l’année qui s’ouvre. Elle sera, cette année, consacrée au bilan des URPS et visera à comprendre le nouveau fonctionnement établi entre l’assurance maladie, les ARS et les libéraux de santé suite à la loi HPST.

Michel CHASSANG salue le ministre de la santé avec lequel, au printemps dernier, s’était tenu un échange constructif, qui avait permis aux libéraux de santé de renouer le dialogue avec le Gouvernement, dialogue qui s’était tari depuis 2007 et la mise en place d’une politique libérale destructrice pour la profession.

Lors de cette rencontre, les libéraux de santé avaient souligné la situation difficile dans laquelle ils se trouvaient, face notamment à l’inflation exponentielle des institutions régionales et de leurs réunions ou leur difficile insertion dans les grandes lois de santé publique principalement centrées sur le secteur hospitalier.

La loi Fourcade est venue supprimer les mesures les plus inacceptables de la loi HPST et a préservé la liberté d’installation à laquelle les libéraux de santé sont farouchement attachés. Des dossiers restent toutefois en suspens sur lesquels les libéraux de santé, notamment les sages-femmes et orthophonistes, attendent des réponses.

Dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2012, l’objectif des dépenses de soins de ville est une nouvelle fois fixé au même niveau que les dépenses hospitalières. Les libéraux de santé demandent un rééquilibrage en faveur des soins de ville pour répondre aux nouveaux défis en matière de santé de proximité, auxquels ils ont jusqu’à présent contribué avec efficacité.

Sur les 55 propositions arrêtées par le CNPS, 17 sont aujourd’hui reprises dans les règles en vigueur mais 38 n’ont pas encore trouvé de concrétisation. L’année qui s’ouvre sera celle du grand débat national des élections présidentielles. Or force est de constater que la santé reste une grande absente de cette campagne. Le CNPS a donc l’intention d’agir dans les prochaines semaines pour mobiliser l’opinion publique, en vue d’améliorer la prise en charge et la qualité des soins

Lire le discours de Michel Chassang

 
Recherche