CNPS Express - 07 décembre 2011

Suicide d’un kiné et de son épouse dans le Nord

Le CRPS Nord Pas de calais et le CDPS 59 dénoncent les méthodes brutales de la sécu

Le CRPS du Nord-Pas-de-Calais et le CDPS du Nord ont dénoncé les méthodes brutales de la Caisse d'assurance-maladie à la suite du double suicide d'un kinésithérapeute et de son épouse. Le kiné faisait l'objet d'une procédure de redressement de la CPAM de Dunkerque pour un montant de 200 000 euros. Les faits reprochés datent de 2009.

Se sentant acculés, le kiné et son épouse se sont donnés la mort à leur domicile d'Esquelbecq, expliquant leur geste dans une lettre par leur souhait d'épargner le remboursement de cette dette à leurs deux filles de 11 et 14 ans.

Après ce terrible drame, le CNPS, qui exprime toute sa sympathie à cette famille cruellement endeuillée, souhaite que toute la lumière soit faite sur ce dossier et que les procédures de l'assurance-maladie soient plus respectueuses des personnes.
À cet égard, le CNPS demande l'accélération de la mise en œuvre de la charte du contrôle des professionnels de santé incluant une graduation des procédures qui doivent rester contradictoires entre le professionnel incriminé et l'assurance maladie et privilégier les solutions amiables.

Voir le communiqué du CRPS Nord Pas-de-Calais et du CDPS 59

La FFMKR et le SNMKR exigent l'application de la charte du contentieux

Réagissant au double suicide d'un masseur kinésithérapeute du Nord et de son épouse, la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) et le Syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (SNMKR) ont demandé que des mesures soient prises pour éviter à l'avenir de nouveaux drames de cette nature.
Le SNMKR, qui voit dans cette affaire la suite du lynchage politique et médiatique des professionnels de santé, et la FFMKR proposent de renforcer la concertation et le dialogue entre les différentes parties dans le cadre du projet de charte du contrôle des pratiques professionnelles par l'assurance-maladie.

Voir le communiqué de la FFMKR

Voir le communiqué du SNMKR

La dématérialisation des ordonnances est en route

L'assurance-maladie vise la disparition progressive des ordonnances papier. Elle reçoit 750 millions d'ordonnances par an qui représentent 480 km d'archives pour un coût total de collecte de 4 millions d'euros par an. Pour ce faire, les caisses s'appuient sur l'expérimentation initiée avec 900 pharmacies pilotes qui scannent la prescription au moment où le patient est dans l'officine, puis gravent des CD-Rom qu'ils envoient à la sécu tous les quinze jours.

L'assurance-maladie compte étendre ce dispositif de dématérialisation des prescriptions à toutes les pharmacies et à tous les médecins au cours de l'an prochain.

Master : la FNO poursuit son bras de fer

Le Ministre de la Santé a reçu la fédération nationale des orthophonistes (FNO) mercredi dernier au sujet de l'intégration de la formation initiale des orthophonistes dans la filière LMD au niveau master. Face aux arguments du syndicat, le Ministre s'est engagé à revoir son dossier avec son collègue de l'enseignement supérieur.

En attendant, la FNO dénonce la réunion organisée ce lundi sur ce sujet par la direction générale de l'organisation des soins au Ministère de la santé qui a conclu à l'attribution du grade de licence pour la formation initiale des orthophonistes et ceci sans même attendre le nouvel arbitrage des ministres. La FNO a aussitôt crié sa colère et dénonce le hold-up de sa formation par le Ministère de la santé.

La FNO rappelle que seul le Ministère de l'enseignement supérieur est compétent pour définir le contenu de la formation universitaire.

Voir le communiqué de la FNO

La FFMKR signe l’avenant n°3 avec l’assurance-maladie

La Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) a signé le 30 novembre l'avenant conventionnel n°3 avec l'UNCAM. Après s'être vivement opposée aux précédentes versions, la FFMKR considère que le texte initial de l'accord a évolué, avec notamment la suppression totale de la demande d'accord préalable, des mesures incitatives à l'installation dans les zones « très sous-dotées », l'augmentation de l'indemnité des frais de déplacement, ou encore la limitation de la régulation au conventionnement. La revalorisation de la lettre clé à 2,15€ que le syndicat juge trop peu ambitieuse, a pu être obtenue dans un contexte économique extrêmement contraint et représente une enveloppe de 190 millions d'euros pour la profession.

Voir le communiqué de la FFMKR

La contribution de la CNSD à l’information des professionnels sur la drogue

La Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) a participé, aux côtés du ministère de la Santé et de la Mission interministérielle contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), à la mise en place d'un site d'information à destination des praticiens sur la prise en charge des usagers de substances psychoactives.
Inscrit dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre les drogues, ce site vise à mieux former et informer les praticiens sur l'accueil, le repérage, le soin, le conseil et l'orientation des patients usagers de substances psychoactives.

Voir l'information sur le site de la CNSD

Démographie médicale : la CSMF appelle à un numerus clausus régional et qualitatif

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) estime que l'augmentation du numerus clausus telle que proposé par le gouvernement, peut être utile mais qu'elle est loin d'être suffisante pour répondre aux enjeux démographiques de la santé. Elle appelle à la mise en œuvre d'une approche qualitative des effectifs de futurs médecins pour obtenir l'amélioration concrète et visible attendue par les patients.

Pour la CSMF, la priorité n'est donc pas de définir un numerus clausus au niveau national et global, mais de définir avec précision les effectifs en fonction des lieux et des spécialités où des besoins existent, pour les augmenter dans certaines régions déficitaires comme la Picardie, le Centre ou le Limousin, et a contrario de les limiter dans celles où les médecins sont excédentaires comme l'Ile-de-France ou PACA. Enfin, le syndicat appelle à l'intérieur de ces numerus clausus régionaux à définir une répartition des postes à l'internat de façon à former prioritairement les médecins dans les spécialités où une pénurie existe comme par exemple l'ophtalmologie, la chirurgie ou l'obstétrique.

Voir le communiqué de la CSMF

Secteur optionnel : le SML entendu par le ministre

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) se félicite de l'annonce faite par le ministre de la santé qui intervenait à son congrès de Toulouse, et propose de trouver une solution dans le cadre conventionnel pour intégrer les praticiens de secteur 1 au futur secteur optionnel.

Le syndicat suggère aux signataires de la convention médicale de reprendre contact avec l'UNOCAM et de renvoyer la Mutualité face à son renoncement d'amélioration de l'accès aux soins chirurgicaux.

Le SML rappelle qu'il fait de l'intégration dans le secteur conventionnel des praticiens de secteur 1 exerçant sur les plateaux techniques lourds, une exigence incontournable.

Voir le communiqué du SML

Le SDB dénonce la nouvelle baisse des tarifs de biologie

Le Syndicat des biologistes (SDB) dénonce la mise à contribution de la biologie médicale sans dialogue. En effet, le syndicat s'élève contre la publication imminente d'un arrêté de baisse de nomenclature destiné à mettre en musique l'arbitrage du gouvernement par l'assurance-maladie.

Au total, cette nouvelle baisse des tarifs de biologie impose un effort de 149 millions d'euros en dépenses remboursées, soit 200 millions d'euros en dépenses remboursables. Le montant réel de l'impact de ces mesures sur les laboratoires est donc inacceptable pour le SDB qui s'interroge sur les buts poursuivis par cette casse de la biologie libérale.

Voir le communiqué de la SDB

Mise en cause des l’hygiène des cabinets : la FNP réagit

La Fédération nationale des podologues (FNP) et l'Ordre national des pédicures podologues (ONPP) ont vivement réagit à la parution d'un article du Figaro mettant en cause l'hygiène des cabinets de podologie. Les deux organisations, qui entendent exercer leur droit de réponse, regrettent l'amalgame trop souvent fait entre les professions relevant de l'esthétique et celle de pédicure-podologue qui est une profession de santé réglementée. Les podologues rappellent qu'ils mettent en œuvre des règles d'hygiène des locaux, le port de gants à usage unique, la désinfection des champs d'intervention et l'utilisation d'un matériel à usage unique et en tous cas stérilisé en autoclave, pour garantir limiter les risques de contamination.

Enfin, la FNP rappelle qu'elle a signé une convention avec l'assurance-maladie dès 2007 pour la prise en charge du patient diabétique comportant un cahier des charges très strict en matière d'hygiène et d'obligation de stérilisation par autoclave.

Voir la réponse de la FNP

Le LEEM rappelle son engagement dans les progrès thérapeutiques pour les maladies rares

Les entreprises du médicament (LEEM) rappellent que les maladies rares sont l'un des champs importants de progrès thérapeutique dans lequel elles s'investissent. Les maladies rares touchent 3 millions de personnes en France. Les entreprises du médicament développent actuellement plus de 600 molécules dans le champ des maladies rares, qu'il s'agisse de cancers rares, de maladies neurologiques, de la maladie de Gaucher, ou encore de la maladie de Fabry.

Voir le communiqué du LEEM

Le calendrier des professionnels de santé

- La Fédération nationale des infirmiers réunira son 58e congrès du 6 au 8 décembre à Paris sur le thème « Comment assurer la pérennité d'un exercice libéral infirmier attractif et performant ? »
Voir le programme

- L'UNAPL organise des Assises des professions libérales le 12 décembre au Conseil économique et social environnemental à Paris. S'inscrire à l'événement : Formulaire d'inscription - http://assises.unapl.fr/interne
Téléchargez le fichier PDF : Annonce presse : Assises des Professions Libérales - http://assises.unapl.fr/assises_pl_interne.pdf

- La Fédération nationale des podologues (FNP) organise les 37e Entretiens de podologie les 19 et 20 octobre 2012 à Paris La Villette sur le thème « La podologie du sénior ».

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche