CNPS Express - 25 janvier 2012
 

Présidentielle 2012

cnps_2012

Exprimez-vous !

Le CNPS a mis en ligne un questionnaire avec l’institut BVA pour recueillir votre avis sur les grands dossiers communs aux libéraux de santé. Les résultats permettront de construire les propositions portées par le CNPS auprès des différents candidats pour améliorer les soins de proximité. Aussi, ne manquez pas cette occasion de vous exprimer ! Incitez vos consœurs et confrères et à le faire également. Cliquez ici pour participer

Le CNPS vous attend à Paris le 15 mars !

Dans le cadre de sa campagne pour les soins libéraux de proximité, le CNPS donne rendez-vous à tous les libéraux de santé jeudi 15 mars à Paris à partir de 9h30 au Novotel de la Porte d’Asnières. Le CNPS a convié les candidats à l’élection présidentielle issus de partis représentés au Parlement à venir présenter leurs propositions et à écouter celles des professionnels de santé. Ne manquez pas cette occasion, et inscrivez-vous dès maintenant (nombre de places limitées) en cliquant ici

Le Petit Journal des présidentielles

François Hollande (PS) veut encadrer les dépassements d’honoraires et lutter contre les déserts médicaux. C’est ce qu’il a promis dimanche lors de son premier meeting au Bourget. Le candidat socialiste souhaite que les centres de traitement des urgences soient accessibles à tous en moins d’une demi-heure. Il a prévu de détailler son programme jeudi.

L’UMP réagit aux annonces du candidat PS sur la santé en rappelant qu’il existe déjà une solution aux dépassements d’honoraires, le secteur optionnel. L’UMP indique que la réduction du temps de transport pour se rendre aux urgences et la lutte contre les déserts médicaux faisaient déjà partie du programme de l’UMP.

Les syndicats battent la campagne. Le SML a rappelé à François Hollande son opposition farouche à la disparition du secteur 2. La CNSD a rencontré André Viola chargé des professions libérales au Parti socialiste. La FNO recevra les représentants du PS et de l’UMP à l’occasion de son conseil fédéral le 28 janvier.

 

HAS : la commission des bonnes pratiques au complet

La Haute autorité de santé (HAS) a procédé à la nomination des membres de la commission Recommandation des bonnes pratiques. Cette commission est présidée par le Dr Cédric Grouchka. Elle est composée de dix médecins spécialistes, dix médecins généralistes, dix professionnels de santé non-médecins, parmi lesquels un chirurgien-dentiste, un pharmacien, une sage-femme, une infirmière et un masseur kinésithérapeute. Enfin, dix usagers représentants des patients siègent également au sein de cette commission.

Voir le communiqué de la HAS

 

Le gouvernement veut renforcer la PDS dentaire

Le Ministre de la Santé a annoncé vouloir développer la permanence des soins (PDS) dans chaque département pour le secteur dentaire. Cette question serait une de ses priorités pour les prochaines semaines. A suivre…

 

La loi Vigier nettoyée de ses mesures coercitives

C’est une version revue et corrigée de ses mesures coercitives qui est ressortie de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale mercredi dernier et qui sera examinée vendredi 26 janvier en séance plénière.

La proposition de loi du député Nouveau Centre, Philippe Vigier, prévoyait douze mois de stage obligatoire dans une maison de santé en zone déficitaire pour les étudiants en troisième année d’internat et trois ans d’exercice obligatoire en zone déficitaire pour tout médecin après sa formation. Il comportait également un conventionnement sélectif des médecins, chirurgiens-dentistes, infirmiers, sages-femmes et masseurs kinésithérapeutes.

 

Les hôpitaux publics sont de riches propriétaires

La Cour des comptes révèle que les hôpitaux publics possèdent 60 millions de mètres carrés de patrimoine immobilier non sanitaire, pour 11 milliards d’euros. Le hic, c’est que ce patrimoine, qui pourrait engendrer de substantielles recettes, est mal géré. À noter au passage que l’AP-HP (Assistance publique Hôpitaux de Paris) est, entre autres, propriétaire du théâtre des Folies Bergères.

 

Deux Français sur trois dénoncent le gaspillage du budget de la santé

Une enquête démontre que 55% des Français interrogés estiment qu’il est possible d’améliorer la qualité des soins en réduisant des coûts. Pour eux, la raison principale des dérapages budgétaires est le gaspillage. 35% d’entre eux considèrent que le niveau de gaspillage est supérieur à 50% et 30% dénoncent un taux de gaspillage compris entre 30 et 50%. Autrement dit, deux tiers des Français interrogés déplorent plus de 30% de gaspillage dans le système de santé de notre pays.

 

Sommet social : la CNSD déplore l’absence des libéraux

La Confédération nationale des syndicats dentaires regrette que le secteur libéral n’ait pas été représenté lors du récent sommet social qui s’est tenu à l’Élysée afin de parer aux conséquences de la crise sur l’emploi. La CNSD rappelle que le secteur libéral emploie plus de deux millions de salariés et constitue un important vivier d’emplois et de compétitivité. Le syndicat souhaite en outre que l’UNAPL soit rapidement consultée.

Voir le communiqué de la CNSD

 

500 millions d’euros pour les RTT hospitalières : la CSMF refuse que les médecins libéraux paient pour l’hôpital

Réagissant à l’annonce du prochain paiement des RTT des médecins hospitaliers, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dénonce les conditions infernales imposées aux praticiens libéraux dès qu’il s’agit d’augmenter leurs honoraires, alors que l’État déverse l’argent à flots pour payer les RTT des praticiens hospitaliers. La CSMF établit un parallèle entre les 550 millions d’euros exigés des médecins libéraux dans le cadre de la maîtrise médicalisée et les 500 millions d’euros que le gouvernement s’apprête à débloquer pour les RTT de l’hôpital.

La CSMF demande au gouvernement de débloquer un budget équivalent à celui qu’il vient d’accorder pour les RTT hospitalières pour accélérer les revalorisations d’honoraires incluses dans la convention.

Voir le communiqué de la CSMF

 

Convention médicale : le SML satisfait de la réouverture des discussions sur le secteur optionnel

Le dialogue a été renoué vendredi entre les syndicats médicaux, l’UNCAM et les complémentaires santé pour tenter de mettre en œuvre le secteur optionnel. Le Syndicat des médecins libéraux (SML) estime que cette réunion s’est déroulée dans un climat sérieux avec des acteurs désireux d’aboutir. Les discussions portent sur  l’accord signé en 2009 prévoyant un secteur optionnel ouvert aux praticiens des plateaux techniques lourds (chirurgiens, gynécologues obstétriciens, anesthésistes de secteurs 1 et 2).

Une nouvelle réunion est programmée le 27 janvier.

Voir le communiqué du SML

 

La FNO entre en campagne

A son tour, la Fédération nationale des orthophonistes souhaite aborder les enjeux que représentent, pour la santé, les orientations des candidats et des partis politiques. Elle les a d’ailleurs invités à s’exprimer dans le cadre de son conseil fédéral le 28 janvier. Catherine LEMORTON, députée, pour François HOLLANDE, et Isabelle VASSEUR, secrétaire nationale de l’UMP, en charge des professions paramédicales, députée, ont accepté l'invitation et interviendront samedi 28 janvier.

Organisation du système de santé et son évolution, exercice professionnel et interprofessionnel, formation initiale et continue, prévention… tous les enjeux majeurs seront abordés.

Voir le communiqué de la FNO

 

La FFMKR reste opposée aux référentiels

La Fédération française des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR) s'était, dès 2008, vivement opposée aux référentiels qui avaient pour but de réguler des inégalités territoriales du nombre de séances par pathologie. La FFMKR juge inutile de prendre des mesures nationales pour réguler quelques dysfonctionnements locaux et souligne qu’ils n’ont pas entraînés d’économie supplémentaire, les dépenses des kinés respectant parfaitement l’ONDAM tous les ans depuis 2008. Quatre nouveaux référentiels viennent d’être publiés au Journal officiel.

Voir le communiqué de la FFMKR

 

Le SNAO veut conforter le rôle des orthoptistes dans la filière de soins visuels

Le Syndicat national autonome des orthoptistes (SNAO) a formulé un ensemble de propositions pour positionner l’orthoptiste comme l’acteur incontournable de la filière de soins visuels. Le SNAO préconise une augmentation des effectifs de 10 000 professionnels afin de pouvoir assurer en plus de la consultation, la prise en charge rééducative et réadaptative de nombreuses pathologies.

Le SNAO revendique que tous les actes cités dans le décret de compétences bénéficient d’une nomenclature. Le syndicat propose également d’autres pistes de délégation de tâches parmi lesquelles la surveillance des diabétiques déjà effectuée en ophtalmologie entre deux consultations, la surveillance des glaucomateux équilibrée entre deux consultations, le renouvellement des verres correcteurs et le dépistage avancé dans des lieux reculés ou au domicile des patients impotents ou empêchés de se déplacer.

Voir le dossier de presse du SNAO

 

Le SDB boycotte la télétransmission

En réaction à la logique comptable dévastatrice de l’assurance-maladie, qui vient une fois de plus de baisser les tarifs des biologistes, le syndicat des biologistes (SDB) a lancé un appel au boycott à la télétransmission des feuilles de soins. Cette action a commencé hier, 24 janvier, et se poursuit jusqu’au 30 janvier.

Voir l’information sur le site du SDB

 

L’Union SNMKR - OK défend la liberté d’installation

Le Syndicat national des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs (SNMKR) et Objectif kinés (OK) réunis dans l’Union, s’élèvent vivement contre toute mesure visant à brader la liberté d’installation des professionnels de santé, notamment lorsqu’une mesure pourrait même être considérée comme contraire à l’article R. 4321-129 du code de la santé publique qui laisse au professionnel le choix de son lieu d’installation, la conséquence du non conventionnement étant en réalité de ne laisser que peu de choix au professionnel, ce qui n’est pas acceptable pour les libéraux de santé.

Lire le communiqué de l’Union

 

La FHP réclame une hausse des tarifs

La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) a déploré les orientations prises en matière de convergence tarifaire, de mission de service public et de secteur optionnel. Le syndicat réclame un transfert des fonds de l’enveloppe MIGAC vers les tarifs hospitaliers. 

 

Le LEEM explique son travail avec les associations de patients

Les Entreprises du médicament (LEEM) rappellent qu’elles ont développé très tôt des relations avec les associations de malades, à titre individuel ou collectivement, au travers de l’association du LEEM et de sa commission de concertation avec les associations de malades. Actuellement, la plupart des entreprises ont dans leurs équipes une personne dédiée à ces relations qui évoluent vers de véritables partenariats

Lire l’information sur le site du LEEM

 
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche