CNPS Express - 22 février 2012
 

Le Petit Journal des présidentielles

cnps_2012

 

Renoncements en cascade. Christine Boutin et Hervé Morin ont renoncé à leur candidature à l’élection présidentielle. Tous deux, qui avaient annoncé vouloir en découdre avec Nicolas Sarkozy, ont finalement décidé de se rallier à lui.

Nicolas Sarkozy a fait son entrée dans la campagne. Il a annoncé sa candidature dans le journal de 20 heures de France 2 mercredi et a tenu son premier grand meeting à Marseille dimanche. Voir son site de campagne

Dominique de Villepin vient de mettre en ligne son projet présidentiel. Il propose de développer l’hôpital pour pallier « les installations libérales défaillantes », d’adosser des dispensaires aux pharmaciens pour assurer une présence de personnel soignant dans tous les quartiers et village. Enfin, Dominique de Villepin entend réduire à huit ou dix le nombre des agences régionales de santé pour en faire des structures de proximité et d’excellence. Voir le programme

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche, veut étendre à tout le pays le système d’assurance-maladie locale d’Alsace-Moselle. Il rejoint François Bayrou sur cette thématique qui souhaite la création d’une mutuelle universelle sur ce modèle.

Les candidats vous disent-ils la vérité ? Pour répondre à cette lancinante question, la chaîne i-Télé et le site owni.fr viennent de mettre en ligne un « Véritomètre ». Après chaque intervention des candidats, une équipe vérifie si les chiffres avancés sont conformes aux données officielles. Le Véritomètre attribue une crédibilité de 61% à François Bayrou, 68% à François Hollande, 62% à Eva Joly, 34% à Marine Le Pen, 72% à Jean-Luc Mélenchon, et enfin, 60% à Nicolas Sarkozy. Consulter le véritomètre

Participez au grand oral des candidats le 15 mars à Paris
Le CNPS vous donne rendez-vous jeudi 15 mars à Paris à partir de 9h30 au Novotel de la Porte d’Asnières pour le grand oral des candidats à l’élection présidentielle. Inscrivez-vous dès maintenant (nombre de places limitées) en cliquant ici

 

Les ARS vous contrôlent et vous sanctionnent

Comme la loi Bachelot leur en donne la possibilité, les agences régionales de santé (ARS) contrôlent les libéraux de santé et les établissements. L’ARS du Nord Pas-de-Calais vient de faire savoir qu’elle avait procédé à 104 inspections en 2011. Ces inspections visent les déchets d’activité de soins à risque, les transports sanitaires, les officines de pharmacie, ou encore les unités de préparation et de reconstitution des médicaments anti-cancéreux dans les établissements de santé.

À noter que l’ARS Nord Pas-de-Calais reconnaît agir sur la base de signalements, elle en reçu 364 en 2011 et a été destinataire de 303 réclamations.

En Alsace, l’ARS vient d’annoncer la suspension pour un mois de l’autorisation d’un laboratoire d’analyses médicales.

Le CNPS s’inquiète vivement de cette dérive coercitive des ARS à laquelle elle s’était fermement opposée lors du débat sur l’élaboration de la loi Bachelot.

 

Sécu : décélération des dépenses grâce aux libéraux de santé

Selon une note du Secrétariat général de la commission des comptes de la Sécurité sociale, la croissance des dépenses de santé a subi une véritable décélération au cours des dix dernières années. Les dépenses de maladie sont ainsi passées d’une croissance de 6% en 2003 à moins de 3% en 2010 et 2011, notamment grâce à l’effort de maîtrise et au suivi de l’ONDAM.

Le CNPS relève que durant cette décennie, seuls les libéraux de santé ont participé aux efforts de maîtrise médicalisée des dépenses de santé pendant que les hôpitaux publics, qui en ont été dispensés, ont continué à creuser leur déficit.

 

La filière optique privée de DMP ?

L’Agence des systèmes d’information partagée de santé (ASIP Santé) annonce qu’elle suspend les travaux de structuration du volet optique contenu dans le futur dossier médical personnel (DMP). L’ASIP regrette un défaut d’entente entre les différents acteurs concernés qui, selon elle, bloquent le dossier et annonce qu’elle va consacrer ses efforts à d’autres projets ayant plus de chance d’aboutir.

 

Conventions

La CSMF salue le respect du calendrier conventionnel

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a salué la publication au Journal officiel des revalorisations tarifaires en direction des spécialités cliniques, prévues dans la convention signées en juillet 2011. Pour la CSMF, il s’agit d’une mesure de justice pour redonner une bouffée d’oxygène aux spécialités précarisées par le gel conventionnel imposé entre 2007 et 2010. La CSMF se félicite du respect du calendrier conventionnel pour ce premier train de mesures qui préfigure la mise en œuvre de la future CCAM clinique d’ici la fin 2012.

Le syndicat appelle l’UNCAM à maintenir le rythme d’application des mesures contenues dans la convention pour les prochains mois et souhaite la mise en œuvre du vrai secteur optionnel qui en fait partie, car son abandon constitue un point noir difficilement supportable.

Voir le communiqué de la CSMF

 

Le conseil de l’UNCAM adopte les orientations de la convention dentaire

Le conseil de l’UNCAM a adopté jeudi les orientations pour les négociations conventionnelles qui doivent s’ouvrir prochainement avec les syndicats dentaires. L’UNCAM a retenu six orientations qui visent à :

- Conforter la prise en charge par l’assurance-maladie obligatoire des soins conservateurs et la prévention bucco-dentaire ;
- Développer la prévention bucco-dentaire à destination des femmes enceintes ;
- Améliorer aux soins dentaires notamment en favorisation les installations et le maintien en exercice dans les zones déficitaires ;
- Prioriser la prise en charge des cotisations sociales pour les soins réalisés à tarif opposable ;
- Instaurer une classification commune des actes médicaux dentaires en priorisant les mesures tarifaires en fonction de la technicité, du coût des actes et de l’opposabilité des tarifs ;
- Rechercher en liaison avec l’UNOCAM, les conditions de maîtrise des marges sur les actes à honoraires libres.

L’UNCAM se dit par ailleurs favorable à une revalorisation de la consultation dentaire et insiste sur la nécessité d’un rééquilibrage des marges entre soins conservateurs et prothétiques.

 

La FSPF exige l’indispensable

Alors que les négociations conventionnelles entre l’UNCAM et les syndicats pharmaceutiques ont débuté, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) estime qu’il faut aller vite en raison de la situation fortement dégradée que subissent de nombreuses officines. La FSPF estime que cette négociation doit permettre l’indispensable, à savoir la reconnaissance pleine et entière du rôle de la profession dans l’accompagnement thérapeutique du patient, avec les moyens humains et financiers pour le faire.

Voir l’édito sur le site de la FSPF

 

Acide hyaluronique : la CNSD obtient le retrait de projet de décret

Après une rapide passe d’armes avec la secrétaire d’État à la Santé, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) a obtenu le retrait du projet de décret interdisant aux chirurgiens-dentistes de pratiquer des injections d’acide hyaluronique autour de la bouche. La CNSD a rappelé avec force que l’utilisation d’acide hyaluronique relève clairement de la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes, et s’inscrit dans le cadre d’un traitement médical de la sphère orale. La CNSD se félicite du retrait de cette mesure inepte.

Voir le communiqué de la CNSD

 

La FNI dénonce les doubles prises en charge HAD/SSIAD

Alors que les infirmiers sont la cible répétée d’une répression systématique de la part de l’assurance-maladie avec l’exploitation médiatique de certains cas extrêmes et très marginaux, la fédération nationale des infirmiers (FNI) dénonce les doubles facturations SSIAD/HAD qui ont cours dans plusieurs régions. En effet, à la suite d’une réunion organisée par l’ARS de Bretagne, la FNI dénonce la pratique d’une prise en charge mixte en HAD et en SSIAD, induisant une double facturation, tolérée par l’assurance-maladie. Une telle pratique, note la FNI, est en totale contradiction avec les efforts de maîtrise exigés des infirmiers et entraîne des coûts très supérieurs aux quelques cas de fraude épinglés par les contrôleurs de la sécu.

Voir le communiqué de la FNI

 

La FNO accuse le Ministre de la Santé d’être sourd à ses revendications

La Fédération nationale des orthophonistes (FNO), à qui le Ministre de la Santé vient d’écrire, est atterrée et estime que ce dernier s’entête sur le dossier de la formation au grade de master 2. Pour la FNO, le Ministre souhaite une diminution de la formation généraliste qui permet pourtant de prendre en charge aujourd’hui toutes les pathologies. L’ire des orthophonistes est à son comble face à la proposition du Ministre qui s’appuie sur la fédération des spécialités médicales et suggère de permettre à certains seulement d’accéder au master 2 en suivant une formation complémentaire dans des champs de compétences faisant déjà partie de la formation initiale actuelle de tous les orthophonistes. La FNO s'interroge, le ministre de la Santé connait-il l'orthophonie? "

Voir le communiqué de la FNO

 
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche