Présentation de la plateforme présidentielle « Objectif Santé 2012 » du CNPS

Télécharger la plateforme au format pdf 

Revivez, minute par minute le grand oral des candidats !

Michel CHASSANG, Président du CNPS

Le CNPS a dégagé les cinq idées suivantes pour le quinquennat 2012-2017 :

258913.jpg
  • Entretenir un dialogue permanent et confiant entre les libéraux de santé et le Gouvernement pour une évolution productive de l’organisation des soins, afin que les libéraux de santé soient parties prenantes des négociations engagées en la matière ;
  • Construire une offre de soins cohérente, moderne et souple autour du patient, avec une gestion fluide, impliquant tous les acteurs de santé libéraux ;

 

  • Redéfinir le pacte conventionnel, en conservant un système de couverture sociale basé sur un financement collectif et solidaire et en assurant le libre accès de tous à des soins de qualité ;
  • Valoriser la qualité par la confiance et construire une maîtrise des dépenses respectueuse des besoins des patients et des professionnels, en particulier rééquilibrer le financement de l’Assurance maladie en faveur des soins ambulatoires et clarifier la construction de l’ONDAM ;
  • Soutenir les professionnels de santé en tant qu’entrepreneurs libéraux solidaires, en développant notamment la culture d’entreprise notamment par la mise en œuvre d’une formation initiale et de stages axés sur l’exercice libéral.

Roland L’HERRON, Président de la CNSD

S’agissant du transfert d’actes, un projet de directive européenne sur les qualifications professionnelles devrait bientôt voir le jour. Un article additionnel de ce projet prévoit l’accès partiel des professions dans les pays tiers. Ainsi, une profession qui existe dans un pays mais n’existe pas dans les pays tiers pourrait demain être exercée dans ces pays tiers. Nous avons demandé que la santé soit exclue du champ d’application de cette directive. Il nous a été répondu qu’il fallait déréglementer pour dépasser le blocage de l’Europe et favoriser la croissance alors que le Traité de Lisbonne avait préservé la santé de la déréglementation.

Nicole DENI KRICHEL, Présidente de la FNO

Avant 2005, les orthophonistes avaient déjà alerté les professions paramédicales à l’apparition de cette directive.

Marcel AFFERGAN, Président de Convergence Infirmier

Les mesures proposées aujourd’hui dans le cadre des grands chantiers de santé publique ne sont pas adaptées à l’exercice libéral. Nous devons en être les parties prenantes.

De la salle

Le grand âge regroupe des métiers précaires. Ne soyons pas naïfs. La déréglementation ne vise pas la création d’emploi.

Philippe GAERTNER, Président de la FSPF

Dans le domaine de la santé, la subsidiarité constitue un élément important. Nous ne contestons pas l’article 51 de la loi HPST tel qu’il est rédigé mais la façon dont l’administration l’applique aujourd’hui. Le monde libéral, de par son organisation, n’a pas le temps de déposer des projets de coopération, qui bénéficient surtout au monde hospitalier.

Alain BERGEAU, Président de la FFMKR

Dans les plans de santé publique définis dans le domaine de la dépendance, les libéraux de santé ont été omis. Nous avons dû nous battre afin d’être intégrés dans les réflexions.

De la salle

Le patient est aujourd’hui absent du débat. Médecins libéraux, nous sommes proches de nos patients et voyons des choses qu’ignorent les administrations. Nous devons replacer le patient au cœur du débat. 

 
Recherche