DPC : le CNPS demande la modification du dispositif
Lors de la réunion de ses instances nationales, Bureau et Conseil d’Administration, le CNPS, intersyndicale des libéraux de santé, constate que l’application au 1er janvier 2013 du DPC, tel qu’il est formalisé actuellement pose de nombreuses difficultés à l’ensemble des professions libérales de santé.

Notamment, les professions paramédicales ont besoin de la création d’une Commission Scientifique (CS) qui leur soit propre pour arrêter les thèmes de formation qui concernent leur exercice.

De plus, le plus grand flou règne sur le financement du dispositif. A cet égard, les libéraux de santé demandent, entre autres, que les fonds conventionnels affectés à la formation professionnelle conventionnelle (FPC) pour chaque profession soient pérennisés et sanctuarisés car ils constituent des honoraires différés conventionnels qui ne doivent pas se dissoudre dans la formation de professionnels salariés, et encore moins affectés aux dépenses d’assurance maladie.

Le CNPS estime qu’il serait plus raisonnable de se donner le temps nécessaire pour finaliser les modalités d’application du DPC en permettant à chacun d’y trouver sa place.

C’est pourquoi le CNPS demande au Gouvernement de reporter la mise en oeuvre du DPC et d’assurer une période transitoire supplémentaire d’un an jusqu’au 1er janvier 2014 et de mettre à profit cette période pour élaborer les modifications indispensables dans le cadre d’une concertation avec les syndicats représentatifs.

 
Recherche