Stratégie nationale de santé : le CNPS demande un investissement sur les soins de ville

Le CNPS, intersyndicale des libéraux de santé, prend acte de la volonté du Gouvernement de procéder à une nouvelle réforme du système de santé en définissant une nouvelle stratégie nationale de santé.

Le CNPS regrette que les libéraux de santé n’aient pas été associés au comité de sages chargé de conduire la réflexion. Il est encore temps de réparer cet oubli.

D’autre part, le CNPS souhaite attirer l’attention du Gouvernement sur l’impérieuse nécessité de construire cette réforme en s’appuyant sur les soins libéraux de proximité.

L’évolution des dépenses d’assurance maladie ainsi que le rapport remis par l’IGAS au Chef de l’Etat, au Gouvernement et au Parlement, concluent à l’intérêt d’encourager et développer les alternatives à l’hospitalisation et à réserver celle-ci à certains diagnostics et au traitement des épisodes aigus ne pouvant être pris en charge en ville ou dans des structures plus légères. C’est pourquoi, le CNPS souhaite une redistribution des financements sur les soins de ville. Ces financements sont indispensables pour permettre aux soins de ville libéraux d’assumer les transferts de l’hôpital vers la ville que sont le développement de la chirurgie ambulatoire, du maintien à domicile, ou des sorties précoces d’hospitalisation. Ils doivent également permettre aux libéraux de santé de mieux prendre en charge les patients en ALD et atteints de maladies chroniques pour limiter les recours à l’hospitalisation.

Le CNPS soutient la construction d’une offre de soins favorisant la souplesse et la confiance, au plus près des attentes des patients. La gestion de l’offre de soins de proximité pour être la plus fluide possible doit être construite en lien avec les syndicats représentatifs des professions et ne doit ni leur échapper ni leur être imposée. Il faut impliquer tous les acteurs de santé libéraux dans le parcours de soins des patients. Mieux structurer la prise en charge et le parcours de soins dans une approche globale en favorisant les équipes de soins pluridisciplinaires et la coordination interprofessionnelle est une des voies de progrès préconisée par les libéraux de santé. Cette structuration devra s’accomplir sans étatiser la prise en charge de proximité des patients au risque de perdre le lien social et sociétal
fondamental qui caractérise la relation entre le professionnel libéral et son patient. C’est pourquoi le CNPS insiste sur la nécessité de soutenir les regroupements professionnels et interprofessionnels libéraux, notamment via des aides au fonctionnent et à l’investissement.

Enfin, le CNPS estime que sans un système opérationnel d’information partagée, en particulier sans le DMP, l’édification d’une médecine de parcours restera virtuelle.

Les libéraux de santé fourmillent d’idées et de projets pour adapter notre système de santé aux grands défis de notre époque. Leur approche est pragmatique, fondée sur leur expérience quotidienne avec les patients. Aussi, le CNPS demande au Gouvernement d’entendre et de prendre en considération les propositions qu’il formule et qu’il rappellera lors de la convention nationale qu’il organise le 29 mars sur les soins de proximité.

 
Recherche