Le CNPS refuse la démédicalisation de la santé

Le CNPS dénonce la dérégulation progressive et insidieuse du secteur de la Santé  dans notre pays au profit d’un glissement vers le secteur commercial.

Plusieurs dossiers législatifs et règlementaires illustrent cette dérive, et notamment :

  • La proposition de loi Le Roux sur les réseaux de soins, dont l’un des objectifs initiaux consistait à autoriser les complémentaires santé à négocier les tarifs des professionnels de santé pour les faire baisser, dans une logique commerciale, faisant passer la quantité devant la qualité et oubliant, au passage, que pour la plupart des professions, les tarifs sont définis conventionnellement par l’assurance maladie ;
  • Le projet de loi sur la consommation qui, s’il n’est pas modifié, introduira une démédicalisation de la santé visuelle via la suppression de la prescription médicale obligatoire pour les lentilles et autorisera le vente des tests de grossesse en super marché, privant ainsi les femmes des conseils indispensables qui doivent permettre de les orienter vers une pilule du lendemain, quand c’est possible, et les conduire dans le parcours de soins;

Le CNPS, qui fédère la quasi-totalité des syndicats de professionnels de santé libéraux (32 organisations représentatives) et représente près de 400 000 professionnels, considère que toute ces mesures sont contraires à la santé des patients et poseront à terme d’importants problèmes de santé publique.

Le CNPS refuse la perspective d’un abandon programmé des patients dans les rayons des supermarchés ou dans les dédales d’internet, où ils ne seront plus considérés comme des personnes malades, mais comme des cibles marketings à qui l’on cherchera à vendre encore et toujours plus dans une logique de profit.

Le CNPS attire l’attention des pouvoirs publics sur le fait que la dévolution de la santé à des opérateurs commerciaux va entrainer une perte de chances pour de nombreux patients et créera un nouveau facteur d’iniquité sociale.

C’est pourquoi, le CNPS s’interroge sur la logique du gouvernement qui, d’un côté envisage une réforme du système de soins pour le rendre plus efficace, projette une nouvelle loi de santé publique et réfléchit sur la vigilance sanitaire, et de l’autre organise la santé comme une filière commerciale.

Le CNPS refuse la démédicalisation de notre système de santé.

 
Recherche