Loi Consommation : Le CNPS dénonce la régression en matière de santé publique

Alors que les députés ont adopté en deuxième lecture le projet de loi relatif à la consommation, le Centre National des Professions de Santé (CNPS) qui fédère la quasi-totalité des syndicats de professionnels de santé libéraux (32 organisations représentatives) et représente près de 400 000 professionnels, dénonce l’adoption de certaines dispositions relatives à l’optique ou aux tests de grossesse. Il refuse de réduire la question de la santé des personnes à des questions de coûts telles qu’elles ont été exprimées de façon répétée par le ministre délégué à la Consommation.

Pour le CNPS, de tels propos sont particulièrement choquants de la part de représentants du gouvernement à l’heure où se prépare une nouvelle réforme de la Santé  destinée à replacer la prévention et la santé publique au cœur de notre système de santé.

Le projet de loi sur la consommation introduit une démédicalisation inédite de certains secteurs de la santé, pour les confier à des filières commerciales. Il s’agit d’une dérégulation majeure de notre système de santé et d’un renoncement officiel aux principes de précaution qui avaient jusqu’alors prévalu. Ce texte amorce une régression sanitaire alors que les professionnels de santé libéraux se sont fortement impliqués en matière de sécurité des patients.

Le CNPS dénonce une fois de plus cette loi consommation et s’étonne de la complicité passive du ministère de la Santé qui accepte d’être dépossédé de ses compétences sans mot dire. Celui-ci n’a d’ailleurs même pas pris la peine d’examiner les propositions alternatives formulées par le CNPS.

Le CNPS regrette que, malgré les débats qui ont posé de vraies questions, la majorité des députés ait décidé de renoncer à certains aspects de la santé publique pour céder aux sirènes de la marchandisation en oubliant que seuls les professionnels de santé sont habilités à conseiller en matière de santé et prévention. Le CNPS appelle les patients à se mobiliser devant la gravité d’une telle situation et à s’opposer à ses côtés à la commercialisation de leur santé.

 
Recherche