CNPS Express - 29 janvier 2014

Les recettes des sénateurs pour améliorer la coopération entre professionnels de santé

Le rapport sénatorial porté par Catherine Genisson (PS) et Alain Milon (UMP) propose d'améliorer les coopérations prévues entre professionnels de santé par la loi HPST.

Reconnaissant que les expérimentations ont mis en évidence les « imperfections » de l'organisation actuelle, les deux sénateurs préconisent d'accroître le pouvoir des ARS en simplifiant le cadre juridique de l'article 51. Ils souhaitent également simplifier les mécanismes de financement des coopérations. D'autre part, le rapport soutient la création de professions intermédiaires par élévation du niveau de compétences des « professions socles » désormais hiérarchisées, ce qui passe par le développement l'offre de formation en direction de ces futurs professionnels.

Enfin, les rapporteurs souhaitent la création d'un collège de financeurs chargés de l'examen préalable des protocoles de coopération débouchant sur une tarification dérogatoire des actes pratiqués dans ce cadre. Décidément, cette loi HPST n'a pas fini d'empoisonner la vie des libéraux de santé, surtout si l'on confie son évaluation à ses principaux supporters.

EHPAD : oui aux infirmières la nuit, mais sans financement

Effet d'annonce. La ministre déléguée aux Personnes âgées s'est dite favorable à la présence d'infirmières dans les EHPAD la nuit, mais pour avouer aussitôt ne pas avoir de moyens à engager pour la financer. L'Observatoire national de la fin de vie (ONFV), dans un récent rapport, avait recommandé la mise en place d'infirmières de nuit dans les EHPAD.

Coopération HAD/SSIAD : expérimentation en cours

Les fédérations ADMR, FNEHAD et UNA mènent depuis 2013 une expérimentation dans 10 départements, dans le but d'améliorer la coopération entre HAD et SSIAD. Cette expérimentation vise à mieux connaître les profils des patients et cerner leurs besoins de coopération afin de préparer des modalités d'intervention.

La HAD et les SSIAD souhaitent ainsi s'inscrire dans le cadre de la mise en œuvre de la future Stratégie nationale de santé et des PAERPA. Pour autant, la phase pratique de coopération entre les deux entités bute encore sur de nombreux obstacles, notamment réglementaires et financiers.

Médicaments : un rapport IGAS sur la distribution en gros

Selon l'agence de presse APM, la ministre de la Santé aurait commandé un rapport à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur la distribution en gros des médicaments en ville. Ce rapport ferait suite à l'avis de l'Autorité de la concurrence, qui préconisait notamment plus d'encadrement du marché des médicaments. La ministre a demandé un état des lieux approfondi et des propositions destinées à faire évoluer le système de distribution en gros dans le respect de la double exigence de santé publique et d'efficience de la dépense collective. L'IGAS devrait rendre sa copie selon l'APM au printemps.

SNS : la prévention oui, les financements, pas sûr

Dans le cadre du tour de France entrepris par la ministre de la Santé à l'occasion des débats régionaux organisés par les ARS sur la stratégie nationale de santé (SNS), la prévention mobilise l'attention. Ainsi à Lille, où les indicateurs de santé de la population locale restent préoccupants, la ministre a détaillé longuement ses projets. Mais si elle affirme sa détermination à porter un volet prévention fort dans sa stratégie nationale, elle est en revanche restée elliptique sur la question des moyens et du financement.

Déficits : silence hôpital

Dans la presse, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) s'était plaint de l'aggravation des déficits des hôpitaux publics qui, selon ses chiffres, seraient passés de 150 millions d'euros en 2012 à 400 millions d'euros en 2013, en raison de la hausse des charges. Mais aussitôt, le gouvernement est intervenu pour produire un démenti cinglant. Pour ce dernier, « aucune donnée ne permet à ce jour de confirmer ou d'anticiper une dégradation du résultat des hôpitaux publics ». Il est vrai qu'il faut ménager les hôpitaux et leur éviter toute « pression ». La nouvelle politique du gouvernement pourrait donc tenir en deux mots : « silence, hôpital ».

Télémédecine : top départ des expérimentations dans les régions

Le ministère de la Santé recrute jusqu'au 5 février les ARS volontaires pour expérimenter la télémédecine dans le nouveau cadre défini par la Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) de 2014. Les pistes expérimentées seront la téléconsultation, la télésurveillance et la télé expertise. Mais, la priorité sera donnée aux projets dits « matures », en d'autres termes, à la continuité des expérimentations lancées dans le cadre des programmes régionaux de télémédecine.

Les kinés fâchés avec les pouvoirs publics

Une étude Harris Interactive pour l'Ordre des masseurs kinésithérapeutes montre que les kinés sont motivés dans l'exercice de leur profession (39%), mais 1 sur 4 se dit inquiet. La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires aux yeux des masseurs-kinésithérapeutes interrogés : une majorité (56%) juge que le niveau de considération dont ils bénéficient est inférieur à ce que les pouvoirs publics expriment en direction d'autres professionnels de santé, 34% pensent que la prise en compte de la profession par les pouvoirs publics s'est dégradée au cours des derniers mois. Le dossier de la réforme des études est passé par là. D'ailleurs, le sondage relève une crispation de la profession avec les pouvoirs publics sur la question de la réforme des études.

Voir les résultats du sondage

La CNSD appelle les chirurgiens-dentistes à la grève le 3 février

Pour rappeler l'État et l'Assurance-maladie à leurs responsabilités, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) milite pour une réforme structurelle et globale du secteur bucco-dentaire. Le syndicat avait d'ailleurs lancé une campagne de sensibilisation sur le décrochage des remboursements des soins dentaires par l'assurance maladie au dernier trimestre 2013.

Pour aller plus loin, et pour montrer sa détermination à faire bouger les lignes, la CNSD a appelé les cabinets dentaires à une journée de grève le 3 février. Ce jour de grève sera le signal du départ de toute une série d'actions qui se prolongeront au cours du premier trimestre 2014. La CNSD souhaite des résultats concrets.

Voir le dossier de presse de la CNSD

La CSMF dénonce un PAERPA peau de chagrin

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dénonce les reculs successifs du ministère de la Santé concernant le programme du PAERPA. Initialement conçu pour permettre le maintien à domicile et limiter le recours à l'hospitalisation des personnes âgées de plus de 75 ans en risque de perte d'autonomie, voilà que le ministère invente, jour après jours de nouveaux critères pour exclure un maximum de patients du champ des bénéficiaires du dispositif. Désormais les résidents des EHPAD sont exclus, ce qui après la limitation à 20% de la population cible commence à faire très peu.

Du coup la CSMF dénonce un PAERPA peau de chagrin dont les effets seront si limités qu'ils seront impalpables. Le syndicat accuse le gouvernement de ne pas vouloir investir dans les soins de ville et dans ce programme tout en entretenant l'illusion, il agit par des subterfuges de communication.

Voir le communiqué de la CSMF

Le SML demande la qualification de spécialiste en médecine générale pour tous les généralistes

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) dénonce le traitement inéquitable fait entre médecins généralistes, plus de sept ans après la reconnaissance de la médecine générale au rang de spécialité. Aujourd'hui, moins de la moitié des généralistes sont spécialistes en médecine générale, alors que les autres sont relégués dans une situation de « sans statut » bien qu'ils possèdent une qualification reconnue par le l'Ordre.

Le SML juge absurde que tous les médecins généralistes qualifiés en médecine générale avant 2007 ne puissent pas obtenir automatiquement la spécialité de médecine générale.

Voir le communiqué du SML

Réseaux de soins : l’UNSAF soutient la régulation des pouvoirs publics

Le syndicat des audioprothésistes (UNSAF) estime que l'adoption de la proposition de loi Le Roux sur les réseaux de soins va permettre de rétablir une égalité entre les familles de complémentaires, car toutes seront désormais assujetties aux mêmes règles.

Pour l'UNSAF, cette loi doit s'inscrire dans le contexte plus large de la rénovation de structures du système de soins et notamment des réseaux de soins, d'autant que se profilent déjà la définition du panier de soins dans le cadre de l'accord national interprofessionnel (ANI) et le cadrage des futurs contrats responsables.

L'UNSAF, qui communique avec le collège national d'audioprothèses, souhaite être force de proposition dans la perspective des prochaines négociations qui s'annoncent.

Voir le communiqué de l'UNSAF

Le calendrier des libéraux de santé

Vendredi 14 mars 2014 Le CNPS organise une convention nationale des libéraux de santé consacrée à la stratégie nationale de santé. Cette convention aura lieu à l'Hôtel Crowne 10 Place de la République, 75011 Paris. Réservez dès à présent cette date dans votre agenda.

La FNP organise, le 21 mars 2014, les ASSISES de la Podologie sur le thème « Podologie 2020, quel Avenir ? »
Les inscriptions sont ouvertes et le programme est en ligne sur le lien suivant : http://www.fnp-online.org/index.php?niveau=1&niveau_id=28

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche