Ostéopathie : le CNPS attaché à la reconnaissance des professionnels de santé

Le Centre National des Professions de Santé (CNPS) qui fédère la quasi-totalité des syndicats de professionnels de santé libéraux (32 organisations représentatives) et représente près de 400 000 professionnels, fait part de ses plus vives réserves sur les démarches engagées actuellement par le ministère de la Santé concernant l’ostéopathie.

En effet, au moment où se mettent en place les coopérations interprofessionnelles, le CNPS estime qu’il n’est pas possible de laisser perdurer la confusion existante entre la prise en charge réalisée par des ostéopathes professionnels de santé, et celle réalisée par des ostéopathes qui ne le sont pas.

C’est pourquoi, le CNPS exige une clarification urgente, avec la création d’une appellation officielle d’« Ostéopathe Professionnel de Santé », déclinable à toutes les professions de santé (médecin, kinésithérapeute, sage-femme, pédicure podologue, etc.), par opposition à celle d’« Ostéopathe non Professionnel de Santé ».

Pour des raisons de sécurité du patient, le domaine des pathologies doit être exclusivement réservé aux « Ostéopathes Professionnels de Santé », qui, seuls pourront être admis dans les protocoles de coopération et dans les équipes pluridisciplinaires de soins. L’activité des « Ostéopathes non Professionnels de Santé », doit se limiter au bien-être et ne fait pas partie du parcours de soins. L’ostéopathie de bien-être ne doit en aucun cas donner lieu à une prise en charge par l’assurance maladie obligatoire. Sa prise en charge par les complémentaires santés est très discutable alors que certains actes relevant du soin réalisés par des professionnels de santé, restent insuffisamment remboursés.

Dès lors qu’il s’agit d’une spécificité d’exercice pour les professionnels de santé, et dès lors que le champ de compétence des non professionnels de santé est limité au bien-être, le CNPS estime qu’il n’est pas utile de fixer la durée de la formation en ostéopathie à 5 ans. Le faire, signerait, de la part du gouvernement une volonté de créer une nouvelle profession, ce à quoi le CNPS est opposé.

Le CNPS demande au gouvernement de clarifier la situation de l’ostéopathie et de limiter au seul bien être le champ de compétence des non professionnels de santé.

Au moment où ressurgissent des cartons des projets de création de professions nouvelles qui risquent d’introduire le même type de confusion, le CNPS est particulièrement attentif au dossier de l’ostéopathie et réaffirme son soutien à l’Ostéopathe Professionnel de Santé.

 
Recherche