CNPS Express - 23 juillet 2014

Une infirmière libérale assassinée par un patient : le CNPS exprime sa tristesse et demande au gouvernement de protéger les libéraux de santé

Le CNPS tient à exprimer son émotion et sa tristesse après la mort d'une infirmière libérale, tuée dimanche de deux coups de fusil, par un patient dans une résidence sociale de Strasbourg. Le CNPS tient à faire part de toute sa solidarité à sa famille.

Le CNPS renouvelle sa demande au gouvernement de prendre toute la mesure des situations d'insécurité dans lesquelles les libéraux de santé sont amenés à exercer leur profession, et de mettre en œuvre dans les secteurs les plus sensibles, les mesures de protection qui s'imposent, en particulier celles du protocole sécurité de 2010. Le gouvernement doit protéger les libéraux de santé dans l'exercice de leurs missions.

Négociations interpro : dernier round avant la trêve estivale

L'Assurance-Maladie et l'UNPS (Union nationale des professionnels de santé) se retrouvent aujourd'hui pour une ultime séance de discussion avant la trêve estivale et une reprise des négociations en septembre. L'Assurance-Maladie espère finaliser cette première phase par un relevé de conclusion et reprendre, cette fois-ci de façon plus concrète, de véritables négociations à la rentrée, portant notamment sur le financement, pour aboutir cette fois-ci sur un protocole d'accord.

Toujours est-il que du côté du ministère de la Santé, le compte à rebours, avant qu'un règlement arbitral ne soit imposé si aucun accord n'était trouvé, est enclenché. Le gouvernement reprendrait alors la main et imposerait sa vision du fonctionnement des équipes, avec, on s'en doute, une rémunération et un financement réduits aux acquêts du budget 2014 de la Sécu que l'on vient d'amputer de 0,8 milliard d'euros. Autrement dit une rémunération minimale. De quoi emporter des devoirs de vacances...

Les dépenses d’assurance maladie en progression de 2,5 % au 1er semestre 2014

Les chiffres publiés par l'Assurance maladie montrent que les dépenses du régime général ont progressé de 2,5 % au premier semestre 2014. Les remboursements de soins de médecine générale progressent de +3,2 % et ceux des soins spécialisés de +2,6 %, tandis que l'évolution pour les soins dentaires est de 0,5 % sur cette même période. La progression des remboursements de soins d'auxiliaires médicaux est de +5,1 % et de +5,3 % en rythme annuel. La progression des soins infirmiers reste dans la continuité des mois précédents (+4,9 % à fin juin 2014 et +5,3 % en rythme annuel) ainsi que celle des soins de massokinésithérapie (+5,2 % à fin juin et +5,2 % en rythme annuel). En revanche, les remboursements d'analyses médicales diminuent de –0,9%. Pour les indemnités journalières, la progression sur le semestre s'établit à +3,1 %, mais elle est de +1,7 % sur les 12 derniers mois.

Du côté des médicaments délivrés en ville, la baisse continue, à -0,2 % à fin juin 2014, ce qui, en rythme annuel, conduit à une progression de +0,2 %.

Loi de santé : le texte mystère

La pseudo-concertation entre les libéraux de santé et le ministère s'est achevée sans jamais, que personne n'ait eu connaissance du texte intégral de la future loi de Santé. De deux choses l'une, soit la loi est en pièces détachées, et personne n'a de vision d'ensemble au ministère, donc on ne sait pas encore où l'on va, ni qui pilote réellement. Soit on cherche à noyer le poisson, - pardon les libéraux de santé -, car ce que le texte est tellement inacceptable que le gouvernement joue la montre pour éviter que ne s'allume trop vite et trop tôt la mèche de la contestation. Il faut dire qu'à Bercy ce n'est pas mieux, le fameux rapport sur lequel s'appuie le ministre de l'économie pour « déréglementer les professions libérales » reste lui aussi secret. Le gouvernement redoute d'affronter les conflits qu'il est en train de faire germer. Comme l'été 1914, l'été 2014 sera-t-il l'été d'avant la conflagration... des professions ? La question est posée. En, tout cas la méthode est délétère et n'incite pas à l'optimisme.

PLFSS rectificatif : les députés auront le dernier mot

Le projet de loi de finances rectificative pour 2014, qui venait en nouvelle lecture lundi au Sénat, a été rejeté. Les sénateurs n'ayant pas adopté la première partie du texte ; par conséquent, l'ensemble du projet de loi n'a pas non plus été adopté. Le texte repart donc en dernière lecture à l'Assemblée nationale. Il sera examiné en lecture définitive ce mercredi 23 juillet à partir de 16 heures par les députés qui auront le dernier mot.

DPC : une instance de concertation se réunira à la rentrée

Selon la directrice générale de l'OGDPC, qui s'exprimait dans une interview pour l'agence Hospimedia, une concertation sous l'égide du ministère de la Santé aura lieu à la rentrée pour élaborer les nouvelles règles de gestion pour 2015 et tirer les conséquences du rapport de l'IGAS sur les 18 premiers mois de fonctionnement de ce nouveau dispositif. L'OGDPC est au bord de la rupture de paiement en raison du sous-financement de l'obligation de formation faite par la loi pour tous les libéraux de santé. En tous cas, la piste d'une rallonge budgétaire semble, à ce stade, écartée. A suivre...

Rapport de Bercy sur les professions libérales : le CNSD réagit

Le journal Les Echos a révélé des bribes d'un rapport sur les professions réglementées commandé à l'Inspection générale des Finances par le précédent ministre de l'Economie. Ce rapport qui passe en revue 37 professions et viserait notamment celle des chirurgiens-dentistes, ce qui amène la Confédération nationale de syndicats dentaires (CNSD) à réagir. Le syndicat qui redresse les contre-vérités rapportées par la presse, dénonce une stigmatisation inacceptable car malhonnête. Pour permettre aux Français l'égal accès aux soins dentaires, le gouvernement ferait mieux d'accepter de travailler à la réforme structurante du secteur bucco-dentaire en concertation avec les chirurgiens-dentistes, l'Assurance maladie et les complémentaires santé, suggère la CNSD.

Voir le communiqué de la CNSD

La FFMKR dénonce l’attaque des professions libérales par le ministre de l’économie

Faire croire aux Français que déréguler les professions libérales, juridiques, techniques, de santé ainsi qu'un certain nombre d'autres professions artisanales va leur permettre de récupérer 6 milliards d'euros, est, pour la Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR), non seulement intolérable car cette présentation laisse à penser que ce sont 6 milliards d'euros « détournés » de la poche des Français par ces mêmes professionnels, mais inadmissible car irréalisable sauf à déstructurer notre pays. La FFMKR rappelle que les professionnels libéraux ne sont pas des nantis et souligne que le revenu des kinés a baissé de 0,5 % depuis 2002. On ne peut pas en dire autant des bonus des banques ou des frais bancaires qui ne font que grimper, grince le syndicat.

Voir l'édito de la FFMKR

La FNP opposée à la déréglementation annoncée par le ministre de l’Economie et du Redressement productif

« Non Monsieur le ministre, les podologues ne bénéficient pas de « rentes » particulières », c'est ce que répond la Fédération nationale des podologues (FNP) au ministre de l'Economie et du Redressement productif. Ces derniers sont effet dans le viseur du ministre qui entend déréglementer plusieurs professions.

La FNP rappelle que les podologues participent de façon efficiente au système de santé sans que cela coûte à l'assurance maladie, et qu'ils sont plutôt les « perdants » dans une convention dont la cotisation maladie, qui devrait faire partie des avantages sociaux, représente 10 % des revenus annuels avec des charges de fonctionnement des cabinets qui avoisinent les 55 % du chiffre d'affaires.

Voir le communiqué de la FNP

Le rapport de la Cour des comptes sur la convention médicale déclenche la colère de la CSMF et du SML

La Cour des comptes a publié un rapport à charge contre les conventions en général, mais s'attarde plus spécialement sur celle des médecins et leurs rémunérations sur objectifs de santé publique.

La CSMF dénonce un rapport téléguidé par le gouvernement

Le rapport de la Cour des Comptes caricature la convention médicale et conclut à la nécessité d'une reprise en mains du dispositif par l'Etat. La Confédération des Syndicats médicaux Français (CSMF) y voit une nouvelle étape dans la stratégie anti-médecine libérale et de démolition de la convention médicale entamée avec la loi Bachelot et qui se poursuit avec la future loi Touraine. Le syndicat dénonce la duplicité du gouvernement et de la Cour des Comptes, et au-delà, la complicité objective qui se noue à travers les époques, de 1995 à aujourd'hui, entre les acteurs publics qui œuvrent en coulisses à la destruction de la médecine libérale, l'auteur du rapport incriminé étant l'un des artisans du plan Juppé.

Voir le communiqué de la CSMF

Le SML stupéfait et indigné

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) s'est dit stupéfait et indigné à la lecture du rapport de la Cour des comptes. Revenant sur la rémunération sur objectifs de santé publique, le SML estime que non seulement la Cour ne reconnait pas les efforts produits mais elle suggère de sanctionner les médecins si les objectifs ne sont pas atteints.

Le SML rappelle son attachement à un système conventionnel paritaire qui est le fondement de l'assurance maladie et doit le rester. Il s'oppose à l'instauration de sanctions punitives décourageantes et injustifiées.

Voir le communiqué du SML

Négociation interpro : le SNMKR favorable à l’ACIP

A la veille de la dernière réunion de travail entre l'UNPS et l'UNCAM avant la pause estivale, le Syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (SNMKR) indique que pour lui, le seul vecteur qui permettrait d'engager tous les acteurs dans la réforme du système de soins, nécessaire et utile, serait l'ACIP (Accord Cadre Inter Professionnel). Celui-ci permettrait d'inscrire dans le marbre des conventions nationales une volonté d'un nouveau « travailler ensemble », avec des dispositions communes à l'ensemble des professions concernées.

Voir le communiqué du SNMKR

L’agenda des libéraux de santé

Loi de Santé : réorganisation ou bureaucratisation ? : la Journée de rentrée du CNPS vendredi 3 octobre 2014 à l’Hôtel Crowne Plaza, 10 Place de la République, Paris (11ème)
Le CNPS vous donne rendez-vous le 3 octobre pour sa journée de rentrée. Le thème de cette journée sera «Loi de Santé : réorganisation ou bureaucratisation ? ». Ne manquez pas ce rendez-vous où la future loi de Santé sera au cœur des débats et inscrivez-vous dès maintenant. Voir le programme - S’inscrire en ligne

Le SDB organise sa Première Journée de rentrée
Le Syndicat des biologistes (SDB) organise sa 1ère journée de rentrée sur le thème "Quelle biologie pour demain ? Un futur encore à construire" le 12 septembre prochain à la Faculté de Pharmacie de Marseille, dans la foulée des Journées de biologie de Marseille. Programme Inscriptions : b-graziani@co2com.com

Le SML tiendra son congrès annuel à Marseille du 18 au 20 septembre 2014

La CSMF organisera son université d'été à Lille du 19 au 21 septembre 2014

La CNSD organisera ses Universités d'été à Cap Estérel du 19 au 21 septembre 2014 sur le thème "Prévention Stratégie gagnante"

Les 39èmes Entretiens de Podologie auront lieu les Samedi 18 et Dimanche 19 octobre 2014 aux Docks de Paris sur le thème : Les lombalgies : prise en charge pluri-professionnelle ».

Congrès national des pharmaciens à Mandelieu les 18 et 19 octobre : Pharmacien un métier d’avenir

Le CNPS EXPRESS vous souhaite de bonnes vacances et vous donne rendez-vous à la rentrée !

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche