Déréglementation : le CNPS appelle les libéraux de santé à la mobilisation générale le 30 septembre
Le CNPS, qui fédère la quasi-totalité des syndicats de libéraux de santé (32 organisations représentatives) et représente près de 400 000 professionnels, soutient la riposte initiée par l’UNAPL contre la déréglementation des professions libérales.

Il appelle tous les libéraux de santé à participer à la journée « sans professionnels de santé » en fermant leurs cabinets, officines et laboratoires. Le CNPS les invite à signer la pétition nationale de l’UNAPL en ligne  contre la déréglementation sur http://www.professionsliberalesendanger.org
Le rapport de l’Inspection Générale des Finances sur les professions réglementées, publié le 24 septembre, après avoir été maintenu au secret pendant de nombreux mois, détaille la façon dont le secteur de la santé sera mis en pièces dans le cadre de la future loi « croissance et pouvoir d’achat ». Ce document doit en effet servir de trame au futur projet de loi.

Le CNPS et les 32 organisations syndicales qui le composent, refusent cette marchandisation du secteur de la santé dont un des risques majeurs serait de détruire  les liens de proximité avec les patients et remettre en cause les notions de sécurité et de qualité des soins.

Au delà, des risques de déséquilibre démographique et de remise en cause de la qualité du système de santé français, l’industrialisation et la financiarisation envisagées par le Gouvernement, notamment par l’ouverture du capital des Sociétés d’Exercice Libéral (SEL) aux investisseurs non professionnels, conduiraient à une perte d’indépendance professionnelle incompatible avec la nature des prestations proposées. La marchandisation et l’industrialisation sont dangereuses. Les logiques de profit qui en découlent viseraient à inciter à la dépense, ce qui coûterait plus cher. Dans le secteur de la santé, où les soins sont solvabilisés par la collectivité publique, cela reviendrait à accroître la dépense publique et donc les déficits sociaux. Cette logique est incohérente.

Les libéraux de santé s’opposent à une réforme caricaturale et dangereuse pour l’avenir du système de soins et qui, en outre, compromet les nombreux emplois de leurs cabinets, officines et laboratoires.

C’est pourquoi le CNPS appelle à la mobilisation la plus large, autour de l’action de l’UNAPL, le 30 septembre prochain, contre ce mauvais projet du Gouvernement.

 
Recherche