CNPS Express - 29 octobre 2014

Les députés adoptent le PLFSS et veulent des précisions

Les députés ont adopté le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2015, le 28 octobre, par 270 voix pour et 245 contre, 34 députés socialistes s'étant abstenus. Les parlementaires ont notamment voté un Objectif national des dépenses d'Assurance maladie (Ondam) dans l'ère du temps, avec une hausse de seulement +2,1 % et l'ambition de réaliser 3,2 milliards d'euros d'économies en 2015.

Par ailleurs, il est prévu que le Gouvernement diligente la réalisation de rapports d'évaluation sur la fiscalité des Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et sur les Contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM) des établissements et services sociaux et médico-sociaux.

Seulement 80 millions d’euros par an pour rémunérer les professionnels de santé de proximité

Le montant que l'Assurance maladie est prête à affecter pour rémunérer les professionnels intervenant autour d'un même patient dès lors qu'ils exercent de manière organisée dans des structures d'exercice pluriprofessionnelles monosites (maison de santé, centre de santé) ou multisites (pôles de santé) dans le cadre de l'avenant à l'Acip se chiffre à 80 millions d'euros en année pleine. La mise au point du plan personnalisé de soins dans les cas complexes de prise en charge d'un patient serait notamment rémunérée à hauteur de 75 euros. Un montant jugé insuffisant par les organisations syndicales.

L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) doit se réunir le 6 novembre pour faire connaître sa position concernant cette proposition.

Réforme des études : la FFMKR et l’UNSMKL appellent à manifester le 5 novembre

La Fédération française des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (FFMKR), et l'Union nationale des masseurs- kinésithérapeutes libéraux (UNSMKL) regroupant le Syndicat national des masseurs- kinésithérapeutes et rééducateurs (SNMKR) et Objectif Kiné (OK), appellent à participer à la manifestation nationale qu'organise, le 5 novembre, la Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie (FNEK). Celle-ci réclame une réforme juste et nécessaire de la formation initiale en kinésithérapie, la dernière datant de 1989. « Le système LMD - licence, master doctorat - est mis en place depuis quinze ans mais les masseurs-kinésithérapeutes n'y sont toujours pas intégrés », s'indigne la FFMKR. « Il est aujourd'hui indispensable d'aligner la formation française sur les standards européens car si les kinésithérapeutes français étaient les mieux formés en 1969, ils sont en 2014 les derniers de la classe au niveau de la reconnaissance internationale », déplorent pour leur part le SNMKR et OK sous la bannière de l'UNSMLK.

Lire le communiqué de la FNMKR

Lire le communiqué de l'UNSMKL

La ministre de la Santé écarte la revalorisation de la consultation des médecins

La ministre de la Santé, a rejeté l'idée d'une revalorisation à 25 euros du tarif des consultations pour les médecins. « Ma priorité n'est pas la rémunération de l'acte », a-t-elle ainsi expliqué sur le plateau de l'émission 12/13 Dimanche diffusée sur France 3. Cette revalorisation est pourtant souhaitée les syndicats de médecins libéraux, dont la CSMF, via sa branche généraliste, a appelé à une grève des cabinets entre le 24 et le 31 décembre.

La NGAP s’arrête définitivement le 31 octobre 2014 prévient la CNSD

La Nomenclature générale des actes professionnels (NGAP) ne sera plus effective à la fin du mois prévient la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD). Ainsi, à partir 1er novembre, il sera impossible de facturer certains actes techniques en NGAP. Néanmoins, tous les actes réalisés avant cette date butoir seront remboursés dans un délai de deux ans et trois mois maximum après la date de leur exécution. En outre, les actes effectués par les spécialistes en orthodontie et certains actes cliniques demeurent en vigueur.

Lire l'information de la CNSD

Vaccination dans les pharmacies d’officine : l’ONSIL dénonce une solution « insupportable »

« Jusqu'où (la ministre de la Santé) poussera-t-elle le bouchon ? » en matière de soins de ville, s'insurge l'Organisation nationale des syndicats d'infirmiers libéraux (ONSIL). En cause ? La proposition « insupportable » d'autoriser la vaccination antigrippe - une compétence infirmière - dans les pharmacies, présentée récemment par la ministre de la Santé dans le cadre de la préparation de la future Loi de santé. « On croit rêver », tempête l'ONSIL qui déplore la volonté manifeste de Marisol Touraine « d'opposer les professions de santé entre elles ».

Lire le communiqué de l'Onsil du 21 octobre 2014

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche