Projet de loi de santé : le CNPS exige la prise en compte des demandes de tous les Libéraux de santé

Le CNPS, qui fédère la quasi-totalité des syndicats de Libéraux de santé (32 organisations représentatives) et représente près de 400 000 professionnels, rappelle que les Libéraux de santé sont unanimement opposés au projet de loi de santé qui vise à étatiser les soins de ville libéraux de façon à leur substituer un modèle uniforme calqué sur le modèle hospitalier. Ni les professionnels libéraux de santé, ni leurs patients ne veulent d’une réforme qui va compliquer l’organisation et les parcours de soins, et qui, de plus, sera un désastre en termes de finances publiques.

Cette situation résulte d’un défaut inexcusable de méthode de la part du Gouvernement qui n’a pas voulu construire sa réforme avec les professionnels de santé, écartant toute concertation réelle et sincère avec leurs syndicats représentatifs.

Après plusieurs mois d’extrême incompréhension et de mépris envers les professionnels libéraux de santé, le Gouvernement a créé plusieurs groupes de travail afin de rediscuter de certains articles de son projet de loi de Santé.

Pour autant, le CNPS rappelle que le système de Santé repose sur l’ensemble des acteurs de santé et qu’il serait incongru d’en écarter une partie au moment de vouloir rendre plus pragmatique le texte d’une future réforme qui consacre les équipes pluridisciplinaires de soins et la coopération entre professionnels de santé.

Aussi,

  • le CNPS réclame que les discussions qui viennent de s’ouvrir ne soient pas réservées à certains, mais soient, légitimement ouvertes à l’ensemble des professions par la voix de leurs syndicats représentatifs. Ils doivent être pleinement associés au travail des commissions et ne pas seulement en être les « invités » pour des séances d’audition servant d’alibis ;
  • le CNPS formule un ensemble de 10 propositions interprofessionnelles destinées à amender le projet de loi de Santé, qu’il demande au gouvernement de retenir, et qu’il souhaite porter dans les différents groupes de travail qui ont été constitués.

Enfin, le CNPS demande à être reçu de toute urgence par la Ministre de la Santé pour rétablir le dialogue avec les Libéraux de santé. Le CNPS considère qu’il est urgent de travailler à une réforme raisonnable où soins de ville libéraux et publics hospitaliers puissent servir, chacun à leur place, les intérêts des patients sans s’entre-déchirer, ce qui suppose de trouver de nouveaux équilibres plus harmonieux dans notre système de soins.

 
Recherche