CNPS Express - 29 Avril 2015

Mercredi 29 Avril 2015


  Progression de 3,2 % des dépenses du régime général d'Assurance maladie à fin mars
Entre mars 2014 et mars 2015, les dépenses d'Assurance maladie du régime général ont augmenté de 4,1 %, soit 3,2 % en rythme annuel. Les dépenses de soins de ville ont crû de 7,6 % durant le seul mois de mars par rapport à mars 2014, du fait des épidémies de grippe et de gastroentérite. Leur progression au premier trimestre 2015 s’est élevée à 4,5 %.
Par ailleurs, à fin mars, les remboursements de soins médicaux et dentaires ont augmenté de 2 % (2,2 % en rythme annuel). Plus précisément, au cours du premier trimestre 2015, les soins généralistes ont connu une hausse de 2,4 % (3, 1 % en rythme annuel), les soins spécialisés de 1,6 % (1,9 % en rythme annuel) et les soins dentaires de 1,3 % (0,4 % en rythme annuel).
De leur côté, les versements aux établissements de santé publics ont progressé annuellement de 2,2 %, ceux aux établissements de santé privés de 1,9 % et ceux aux structures médico-sociales de 2,5 %.
  Première promotion de super « préfets sanitaires » dans les ARS

Le Gouvernement a donné, mercredi 22 février, le coup d'envoi de « la phase opérationnelle de la réforme   territoriale » en désignant sept préfets préfigurateurs chargés de proposer, d'ici juillet, une nouvelle organisation de l'État dans les sept régions issues de fusions au 1er janvier prochain : Nord-Pas-de-Calais/Picardie, Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne, Bourgogne/Franche-Comté,  Rhône-Alpes/Auvergne, Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, Aquitaine/Poitou-Charentes/Limousin  et Normandie. Ont également été désignés préfets préfigurateurs ceux des régions Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Midi-Pyrénées, Haute-Normandie, Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes. Tous ont pour mission « d'élaborer un projet d'organisation régionale » des administrations par « le dialogue avec les élus et la concertation avec les organisations syndicales ».

  Les libéraux n’ont pas le moral

La 4e édition du SCAN CMV Mediforce confirme la tendance au pessimisme constatée l'année dernière chez les médecins généralistes, kinésithérapeutes, infirmiers, dentistes, biologistes, radiologues, pharmaciens et vétérinaires. Un sentiment qui, de surcroît, s'accentue. Les professionnels de santé libéraux ont en effet une vision de plus en plus négative de leur métier et de leur avenir. Les risques identifiés sont les charges et la fiscalité, les contraintes administratives, la baisse de leurs revenus mais aussi celle du pouvoir d'achat de leurs patients.
Cependant, cette situation n’altère pas le dynamisme des professionnels de santé libéraux  désireux de faire évoluer la relation avec leurs patients. Et ce, autour de trois axes  : l'ajustement des tarifs ou des honoraires lorsqu'elle est possible ; une amélioration qualitative de cette relation ; l'introduction de nouvelles technologies pour élargir leur offre de soins proposés aux patients.

  Les Français préfèrent les soins en ville à l'hôpital

Selon le baromètre d'opinion 2014 de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), les Français se montrent en majorité satisfaits du système de soins de ville. « En revanche, ils le sont un  peu  moins quant à la qualité des soins et des services dispensés par les hôpitaux et les cliniques (70 % à 75 %) », note la Drees. A noter que huit Français sur dix estiment que le système de santé et de protection sociale français pourrait servir de modèle à d'autres pays.

  « Mort de la médecine libérale » : la CSMF interpelle le Premier ministre
La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) interpelle le Premier ministre et souhaite savoir s'il cautionne les propos tenus par Brigitte Dormont, membre du Conseil d'analyse économique. « S'il acquiesce devant de tels propos, cela signerait une déclaration de guerre ouverte avec l'ensemble de la médecine libérale française », a souligné la CSMF. Brigitte Dormont avait en effet précisé, le 19 avril sur France Culture, que la généralisation du tiers payant, prévue dans le projet de Loi de santé, traduisait « d'une certaine manière la mort annoncée du système libéral qui est une bonne chose car la médecine libérale est complètement incompatible avec un système d'Assurance maladie comme le nôtre (...) ».  

Lire le communiqué de la CSMF du 27 avril

  Elections aux URPS-ML : le SML dénonce un nouveau déni de démocratie

Le ministère de la Santé a choisi la date du 12 octobre 2015 pour organiser le scrutin des élections aux Unions régionales des professionnels de santé des médecins libéraux (URPS-ML). Ce scrutin se tiendra dans le cadre des nouvelles circonscriptions régionales issues de la réforme du 16 janvier 2015 (soit 17 régions). Or, pour l'heure, la Loi de santé n'est qu'à mi-parcours de sa procédure accélérée. C’est pourquoi le Syndicat des médecins libéraux (SML) dénonce « la précipitation dans laquelle sont lancées ces élections pour tenter d'étouffer la gronde contre la Loi de santé » et « se pose la question de la représentativité des médecins dans le contexte politique actuel et dans le cadre des nouvelles circonscriptions régionales qui éloignent les élus des médecins libéraux qui maillent le territoire ».

Lire le communiqué du SML

  La FSPF déplore un nouveau bug pour la vente en ligne des médicaments

Après l'annulation par le Conseil d'État des dispositions réglementaires, qui réservaient le commerce électronique aux seuls médicaments de médication officinale, ainsi que de l'arrêté de bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique, c'est désormais le tribunal administratif de Caen qui censure une décision de l'Agence régionale de santé (ARS) de Basse-Normandie enjoignant un pharmacien d'officine de fermer l'entrepôt dans lequel il stocke les médicaments qu'il distribue par Internet car distant de plusieurs kilomètres de son officine. Or, selon le Code de la santé publique, les locaux de l'officine forment un ensemble d'un seul tenant. Le commerce électronique de médicaments ne doit pas être « le prétexte à une remise en question des règles d'installation des pharmacies d'officine dont l'objet est de garantir un accès aux soins de qualité, en tout point du territoire », insiste la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

Lire le communiqué de la FSPF

  Le SDB demande à la ministre de faire cesser les pratiques de publicité illégale des laboratoires publics

Dans un courrier en date du 24 avril, le Syndicat des biologistes (SDB) a demandé à la ministre de la Santé de rappeler à l'ordre « avec la plus grande fermeté » les laboratoires de biologie médicale publics – intégrés aux hôpitaux publics – qui recourent, de plus en plus et plus ou moins directement, à la promotion ou à la publicité de leur activité. Une pratique qui est interdite par le Code de la santé publique (art. L. 6222-8). Le SDB n'entend pas « laisser prospérer le sentiment d'impunité » de ces laboratoires et « est résolu à saisir, à fins de sanctions, les conseils de l'ordre et les Agences régionales de santé compétents. »

Voir le communiqué du SDB

  Audioprothèse : L’UNASF et Kalivia renouent le dialogue

Alors que les conditions de mise en place du réseau Kalivia Audio suscitent de nombreuses craintes, le Syndicat national des audioprothésistes (UNSAF) associé aux autres composantes de la profession et les dirigeants de Kalivia ont souhaité renouer un dialogue constructif et organiser un appel complémentaire à propositions avant l'été. Celui-ci devrait être ouvert le 15 juin 2015. D'ici là, les partenaires sont convenus de mettre ce temps à profit pour apporter les points de précision souhaités à la Charte qualité Kalivia audio.

Voir le communiqué de l’UNSAF

  L’agenda des Libéraux de Santé

La CNSD réunira son 13ème congrès du 13 au 16 mai à Biarritz

Le SDB organise les JIB, du 21 au 25 juin, au Palais des Congrès de Paris-Porte Maillot

La FNP organise les 40èmes Entretiens de Podologie, les 16-17 octobre 2015 au Paris Event Center, Porte de la Villette à Paris sur le thème : « Cicatrisation des plaies ; le rôle du pédicure-podologue au sein de l’équipe pluridisciplinaire »

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner

 
Recherche