CNPS Express - 12 Novembre 2015

Jeudi 12 novembre 2015

 
  Loi de santé : poursuite du parcours législatif sous haute tension
La Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a examiné le texte du projet de Loi de santé, lundi 9 novembre, quelques jours après l’échec, fin octobre, de la Commission mixte paritaire qui n’est donc pas parvenue à trouver un accord sur une version qui fasse consensus. Tandis que quelque 300 amendements ont déjà été déposés, le projet de loi sera ensuite examiné en séance publique du 16 au 20 novembre. Il est fort probable que l’Assemblée Nationale rétablisse les points retoqués par le Sénat parmi lesquels la généralisation du tiers payant dont ne veulent pas les professionnels de santé libéraux qui passeront de nouveau à l’offensive le 13 novembre.
  Le CNPS soutient la mobilisation du 13 novembre contre la Loi de santé

Le Centre national des professions libérales de santé (CNPS) soutient l'action que mèneront les syndicats médicaux représentatifs et plusieurs autres organisations de libéraux de santé, le vendredi 13 novembre 2015. Pour mémoire, cette mobilisation vise à alerter le Gouvernement, les parlementaires et l'opinion publique sur la nécessité de modifier d'urgence le projet de loi de modernisation de la santé, lequel fait son retour à l'Assemblée nationale en deuxième lecture dès le 16 novembre. Le CNPS appelle le Gouvernement à faire un geste en direction des libéraux de santé en révisant les mesures contenues dans le projet de loi qui menacent l'avenir de l'exercice libéral et des soins de ville libéraux. Le CNPS juge par ailleurs inapproprié le calendrier du Gouvernement qui prévoit d'organiser la réunion de la Grande conférence de la Santé en février 2016, c’est-à-dire après l'adoption définitive de la réforme.

Voir le communiqué du CNPS

  Appel à l’unité syndicale contre la Loi de santé
La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML), unis aux autres syndicats médicaux représentatifs, appellent tous les médecins, quels que soient leur sensibilité, leur secteur d'exercice et leur spécialité, ainsi que les autres professionnels de santé, à se mobiliser dès le vendredi 13 novembre en participant à une journée Santé Morte puis en s’associant aux actions diverses (grèves de la permanence des soins, manifestations régionales ou nationales, opérations escargot, etc) organisées les jours suivants. Et ce, afin de manifester leur opposition au projet de Loi de santé. Ces syndicats représentatifs ont par ailleurs décidé de se réunir dans les semaines à venir pour définir les grands axes communs en vue de la négociation de la future convention médicale. Ils présenteront leurs propositions à l’occasion des Assises de la médecine libérale qu'ils organiseront conjointement le 11 février prochain à Paris.

Voir le communiqué commun
  L’UNSMKL mobilisée le 13 novembre
L'Union nationale des syndicats des masseurs-kinésithérapeutes libéraux (UNSMKL) réaffirme son opposition totale à la généralisation du tiers payant, laquelle est « contraire à toute notion de liberté puisqu'elle entraîne la perte totale d'indépendance des kinésithérapeutes libéraux ». « Demain, avec la nouvelle loi de santé, les kinésithérapeutes seront désarmés face aux 600 mutuelles, prévient l’UNSMKL. Ils travailleront dans la peur de ne pas être remboursés dans de bonnes conditions. Ils consacreront alors de plus en plus de temps à leur gestion d'activité, au détriment des patients qui seront de moins en moins soignés. » C’est pourquoi l'UNSMKL appelle tous les kinésithérapeutes à exprimer leur opposition au projet de loi de modernisation du système de santé en participant au mouvement d'arrêt d'activité le vendredi 13 novembre 2015 et en s'associant aux différentes actions de manifestation, qu'elles soient régionales ou nationales.

Lire le communiqué de l'UNSMKL du 5 novembre
  La CNSD participera à la journée Santé Morte

Le 13 novembre prochain, la CNSD appelle tous les chirurgiens-dentistes, professionnels de santé, à se mobiliser pour une journée Santé Morte. Ils sont invités à garder portes closes toute la journée afin de rendre visible à l'ensemble de la population l'exaspération de toute notre profession. Les chirurgiens-dentistes sont également invités à informer leurs patients des conséquences néfastes de cette loi « dogmatique et démagogique ».

Voir l'information

  La FSPF dénonce les nouvelles mesures d’économies sur le générique

Suite à la réunion du Comité de suivi des génériques, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a « vigoureusement dénoncé les nouvelles mesures d’économies proposées sur le générique pour 2016, à hauteur de 300 millions d’euros ». Appliquées sèchement, celles-ci, qui portent sur six nouvelles classes thérapeutiques, entraineraient une perte de 120 millions d’euros de ressources pour les officines. Ces dernières supporteraient en outre à elles seules 40 % desdites économies. Un véritable « sacrifice » aux yeux de la FSPF qui rappelle que les officines de proximité sont « déjà fragilisées ». C’est pourquoi la Fédération « exige la compensation intégrale des pertes pour l’officine » ainsi qu’une revalorisation correspondante des honoraires de dispensation et prévient qu’elle « s’opposera à toute baisse de prix non compensée ».


Lire le communiqué de la FSPF du 5 novembre

  Article 42 du PLFSS : le SNAO obtient gain de cause

Le Syndicat national autonome des orthoptistes (SNAO) a annoncé avoir « réussi l’exploit de faire changer d’avis le Gouvernement » au sujet de l’article 42 du PLFSS 2016. Ce dernier comportait en effet la formulation « auxiliaire médical » en lieu et place d’ « orthoptiste ». Une manière, pour le Syndicat, de « bafouer les compétences spécifiques et la formation des orthoptistes ». En effet, le texte envisageait d’ouvrir à tous les auxiliaires médicaux la possibilité de se faire embaucher par les ophtalmologistes au mépris des compétences spécifiques des orthoptistes dont la formation initiale et continue est pourtant « des plus performantes », rappelle le SNAO. Fort de cette victoire « historique », le SNAO a appelé les orthoptistes à cesser leur mobilisation et à abandonner leur préavis de grève prévue le 10 novembre. Le tout en restant vigilant afin de s’assurer du vote du texte « dans les termes conformes à l’amendement » et « d’améliorer encore la définition » de la profession.

Lire le communiqué du SNAO du 8 novembre

  En France, le diabète, c’est 8 % des dépenses d’Assurance maladie

En France, le diabète est à l’origine de 8 % des dépenses d’Assurance maladie. C’est le constat inquiétant qu’a fait la Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) dans une étude rendue publique le 9 novembre. Plus précisément, seuls 23 % des coûts sont dus à la prise en charge directe de la maladie (traitements antidiabétiques : 49 % ; dispositifs médicaux : 35 % ; hospitalisations : 12 % ; tests biologiques : 3 %). Les 77% restants correspondent à des consultations de médecins généralistes et spécialistes, à des traitements (antithrombotiques, antihypertenseurs, hypolipémiants, immunosuppresseurs etc.) ainsi qu’à des examens biologiques et des coûts d’infirmières et de physiothérapeute. Par ailleurs, l’étude révèle des disparités de niveau de remboursement selon les régions : les Départements d’outre-mer (Dom) et de Provence­Alpes-Côte-d’Azur (Paca) affichent les coûts de prise en charge du diabète par patient les plus élevés en raison d’une proportion importante de patients traités par insuline et de la situation socio-économique de ces derniers.

  L’agenda des Libéraux de Santé
  • L’UNAPL organise le 23 ème congrès des professions libérales le 27 novembre au Palais Brongniart. L’inscription est gratuite pour les adhérentes des syndicats membres de l’UNAPL.
    Voir le programme / S'inscrire en ligne

  • La FNP prépare les 41EMES ENTRETIENS DE PODOLOGIE, les 14-15 octobre 2016 à Paris Event Center, Avenue de la Villette 75019 PARIS sur le thème : les petits appareillages : les orthonyxies, les orthoplasties, les contentions nocturnes, les orthèses plantaires …

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner

 
Recherche