CNPS Express - 30 Mars 2016

Mercredi 30 Mars 2016

 
  DPC : la CNPS réclame une phase transitoire
Alors que le nouveau dispositif du DPC, issu de la loi Touraine entrera en application le 1er juillet prochain, le CNPS vient d’écrire à la ministre de la Santé afin de réclamer une phase de transition. En effet, un temps de montée en charge du nouveau dispositif sera nécessaire et il doit pouvoir se faire dans les meilleures conditions possibles, c’est-à-dire sans rupture dans la prise en charge des formations. Le CNPS souhaite que les Libéraux de santé puissent réaliser leurs formations dans des conditions pérennes et ce malgré la mise en place de nouvelles modalités du DPC.
  La sécurité sanitaire internationale mobilise le Président de la République

Mercredi dernier, lors d’un déplacement consacré à la sécurité sanitaire internationale à Lyon, en présence du président sud-africain et de la directrice de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Président de la République a annoncé sa volonté « d'agir au plan international » pour lutter contre les épidémies et a défini plusieurs priorités. Il s’agit notamment « d’améliorer les instruments de surveillance, d’alerte et de diagnostic partout dans le monde », les compétences de l'Institut de veille sanitaire (INVS) pourraient être partagées. Il est également question d’améliorer la gestion de la crise et la France, à travers son Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), sera appelée à participer à la réserve sanitaire que l’OMS va mettre en place. Enfin, le chef de l’Etat compte favoriser l’accès aux thérapies innovantes en agissant sur le prix de médicaments.

  La Cour des comptes dénonce les failles de loi Bertrand

Dans un rapport sur « La prévention des conflits d’intérêts en matière d’expertise sanitaire », qu’elle a rendu public le 23 mars, la Cour des Comptes dresse un premier bilan de la loi du 29 décembre 2011, dite loi Bertrand. Elle estime que « malgré son ambition, le dispositif de transparence institué par ce texte présente des failles majeures (absence de contrôle des informations déclarées, sanctions pénales sans réelle portée, interprétation très restrictive des avantages consentis par les industriels aux professionnels de santé) ». Les sages de la rue Cambon formulent 10 recommandations afin de compléter le dispositif actuel, notamment par une meilleure organisation de l’administration centrale et des agences sanitaires, le soutien à l’indépendance et la qualité de l’expertise sanitaire, le renforcement de l’efficacité du dispositif de déclarations d’intérêts et l’instauration d’un contrôle effectif de leur véracité par une instance indépendante.

Lire le rapport de la cour des comptes

  Pas de référentiel HAS pour l’HAD
Récemment auditionnée par la Mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (Mecss), la Haute Autorité de santé (HAS) a souhaité une «harmonisation de la qualité » des établissements d’hospitalisation à domicile (HAD), notamment par le renforcement des capacités de prise en charge et des moyens informatiques de transfert des informations médicales. En revanche, la HAS a rejeté toute idée de référentiel, sa présidente estimant que celui-ci « n'est pas opérationnel dans la pratique clinique ». En revanche, la HAS délivre les certifications aux établissements de HAD, comme c’est le cas pour les autres établissements hospitaliers.
  Chaises musicales
Le Conseil des ministres du 24 mars, a décidé le remplacement de Jean Debeaupuis à la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) à compter du 4 avril par Anne-Marie Armanteras-de Saxcé, jusqu’alors directrice pôle établissements de santé au sein de la direction de l'offre de soins et médico-sociale de l'ARS Île-de-France. Jean Debeaupuis, DGOS depuis 20012, réintégrera l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).
D’autre part, c’est à Michèle Lenoir-Salfati que revient la mission de préfiguration de la future Agence nationale du DPC (ANDPC) destinée à remplacer la gouvernance actuelle du DPC à compter u 1er juillet prochain.
  Le SDB lance une alerte contre une cyber-attaque

Dans un communiqué du 24 mars, le Syndicat des biologistes (SDB) prévient que « de nombreuses et récentes cyber-attaques ont touché des laboratoires de biologie médicale » ce qui serait également le cas d’autres utilisateurs. Le coupable, qui porte le nom « Locky », est en réalité un ransomware, c’est-à-dire un logiciel malveillant qui prend en otage les données des ordinateurs dont il prend le contrôle. Concrètement, détaille le SDB, les victimes reçoivent par mail une pièce jointe (le plus souvent une facture). Dès que la pièce jointe est ouverte, le logiciel prend alors le contrôle de l'ordinateur et verrouille l’accès à ses fichiers ou à ses programmes.
Pour échapper à ce piège, le SDB recommande faire connaître ce risque autour de vous et, surtout, au moindre doute sur l'expéditeur, de ne pas ouvrir la pièce jointe et supprimer le mail. Enfin, en prévention, et à titre de précaution, il faut réaliser des sauvegardes régulières des différents postes de travail.

Lire le communiqué du SDB

 

Le calendrier des libéraux de santé

Convention du CNPS : Rendez-vous vendredi !

 Le CNPS vous donne rendez-vous le 1er avril 2016 à l’occasion de la convention qu’il tiendra à Paris sur le thème de la transformation numérique du système de Santé.

L’Hôtel Crowne Plaza -10 Place de la République, Paris 11ème (métro République).

L’accès à la convention sera prioritairement réservé aux inscrits



N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche