CNPS Express - 13 avril 2016

Mercredi 13 Avril 2016

 
  Première réunion du Comité d’orientation de la vaccination
Suite aux multiples polémiques, le gouvernement avait annoncé le 12 janvier dernier un "plan d'action vers la rénovation de la politique vaccinale" comportant des mesures d’information, de gestion de l’approvisionnement et de pilotage de la politique vaccinale. La question de l’obligation vaccinale, était par ailleurs renvoyée à la « concertation citoyenne ». Un comité d'orientation indépendant, chargé de cette concertation a été mis en place. Il est présidé par le pédiatre et immunologiste Alain Fischer et co-présidé par Claude Rambaud, co-présidente du Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss). Il est composé de représentants de la société civile, de chercheurs et de professionnels de santé. Des jurys de citoyens et de professionnels de santé, pourront questionner les acteurs de leur choix, débattre puis émettre des propositions dans un avis qui sera remis au comité d’orientation. Celui-ci fera la synthèse des résultats des enquêtes d’opinions qu’il a lancées, des propositions des jurys ainsi que des contributions reçues via une plateforme web dédiée à la concertation. Le comité d’orientation devra remettre d’ici la fin de l’année à la ministre une série de propositions destinées à rénover la politique vaccinale.
  Les usagers veulent être associés aux négociations conventionnelles
Le Ciss (Collectif Interassociatif Sur la Santé), la Fnath (Association des accidentés la vie) et l’Unaf (Union nationale des associations familiales) invoquent la démocratie sanitaire et demandent à participer aux négociations conventionnelles engagées entre les médecins libéraux et l’assurance maladie. Ils estiment que « la convention médicale va bien au-delà du simple règlement des relations entre les médecins et l’assurance maladie obligatoire » et qu’elle « participe directement à la mise en œuvre de la politique de santé publique ». « L’implication des usagers dans les décisions qui les concernent est un principe qui ne doit pas souffrir d’exception, sauf à considérer que la démocratie sanitaire est à géométrie variable selon les sujets », justifient les 3 organisations qui ne voient pas « pour quelle raison les citoyens seraient écartés de la discussion sur la convention médicale ».
  Installation : les sénateurs critiquent les politiques incitatives
Lors d’un débat sur l’offre de soins dans les territoires ruraux organisé par le groupe RDSE (Rassemblement démocratique et social européen), les sénateurs se sont montrés, une fois de plus, critiques sur la liberté d’installation et les politiques incitatives ciblant les zones sous-dotées. Nombre de sénateurs se sont prononcés lors de cette discussion qui n’a pas débouché sur l’adoption d’un texte, en faveur d’un dispositif contraignant pour l’installation des médecins, un sénateur, lui-même médecin généraliste, estimant même qu’il faudrait revenir sur la liberté d’installation.
  Des médecins de campagne yvelinois manifestent avant la projection du film « Médecin de campagne »
Plusieurs médecins et professionnels de santé la commune de Beynes, ont saisi l’occasion de la projection au cinéma local du film « Médecin de campagne » de Thomas Lilti pour attirer l’attention des habitants sur le phénomène de désertification médicale. Cette commune de 7500 habitants située dans les Yvelines, compte six médecins généralistes. En septembre, quatre d’entre eux en partiront pour s’installer à Thoiry, commune distante d’environ 10 Km. Dans le film, le médecin incarné par François Cluzet, malade, parvient à trouver rapidement une remplaçante, alors que dans la commune de Beynes la menace de désert médical est une réalité.
  Les patients d’un infirmier se cotisent pour remplacer son scooter volé
Alors qu’il effectuait un acte au domicile de ses patients à Vannes, un infirmier s’est fait voler son scooter. Peu de temps auparavant on lui avait déjà volé son vélo à assistance électrique. Comme cela faisait beaucoup, ses patients se sont mobilisés et ont décidé de lancer une souscription sur internet pour aider leur infirmier à acheter un nouveau vélo à assistance électrique.
  Un livre noir sur la médecine

Avec le livre coécrit par le Dr Dominique-Michel Courtois et son fils Maître Philippe Courtois, avocat spécialisé en droit médical, le monde de la santé en prend pour son grade ! Et c’est peu dire. Le titre est explicite : « patient aujourd'hui, victime demain ». Le CNPS aimerait juste rappeler aux auteurs, qu’il y a tout de même dans notre pays plus de 66 millions de survivants. Sans vouloir prétendre à l’infaillibilité, car l’aléa thérapeutique est une réalité, dépeindre le monde de la santé tout en noir et affoler les foules dans le but de vendre du papier, ne traduit-il pas les noirs et très mercantiles penchants des auteurs de ce brûlot ?

  Tiers payant : la CNSD moque l’assurance maladie

Le projet de décret relatif à application de l’article 83 de la loi de modernisation de notre système de santé, précise que le paiement de la part prise en charge par l’assurance maladie obligatoire au professionnel de santé est effectué dans un délai maximum de 7 jours ouvrés. En cas de dépassement de ce délai, l’assurance maladie sera tenue de verser une pénalité d’1 euro au professionnel de santé concerné. La Confédération des syndicats dentaires (CNSD) ironise sur le montant de cette pénalité qui sera d’1 euro, quel que soit le montant de la facture. Moqueuse et prévoyante à la fois, la CNSD et suggère à la ministre d’envoyer plutôt un timbre-Poste aux professionnels, ce qui permettrait, au moins, de compenser une partie des frais de réclamation !

Lire l’information sur le site de la CNSD

  DPC : la CSMF dénonce les budgets toujours insuffisants

La bonne nouvelle de l’augmentation de l’enveloppe de formation des médecins de 85 à 93,2 millions d’euros pour l’année 2016, annoncée lors de la récente réunion du conseil de gestion de l’OGDPC, n’aura été qu’apparente, puisque ce montant reste encore insuffisant, la totalité de l’enveloppe devant être consommée autour du 7 septembre. Pour la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) « l’Etat ne respecte pas son obligation de financement d’une disposition légale qu’il a lui-même mis en place ». La CSMF refuse que « les médecins paient continuellement les pots cassés d’une gestion calamiteuse ». Pour le syndicat, la réforme du DPC en cours, qui transforme l’OGDPC en ANDPC, Agence nationale du Développement Professionnel Continu, doit se construire sur « un modèle économique fiable et pérenne ».

Voir le communiqué de la CSMF

  Journée mondiale de la maladie de Parkinson : la FNO rappelle le rôle majeur de l’intervention orthophonique à tous les stades de la maladie

A l’occasion de la journée mondiale de la maladie de Parkinson, qui avait lieu ce lundi 11 avril, la Fédération nationale des Orthophonistes (FNO) rappelle que « l’intervention orthophonique est reconnue comme faisant partie des soins de premier recours et ce à toutes les phases de la maladie ». En France 150 000 personnes sont concernées et « le recours à l’orthophonie doit s’imposer dès lors qu’un diagnostic de maladie de Parkinson est posé ». « Après avoir réalisé une évaluation des troubles fonctionnels au cours du bilan orthophonique, l’intervention aura pour objectif d’une part de limiter l’appauvrissement de l’activité motrice, directement en cause dans les difficultés de parole, d’écriture ou d’expression gestuelle, et d’autre part d’enrayer la dysphagie » explique la FNO.
Le syndicat rappelle son souhait de voir mise en œuvre la mesure 8 du livre blanc Parkinsonien, qui prévoit de développer la prise en charge pluridisciplinaire avec des professionnels formés à la maladie de Parkinson, les rééducations spécifiques collectives (kinésithérapie, orthophonie) et évoque leur rémunération, « ce qui n’est toujours pas le cas 5 ans après sa publication », regrette-t-il.

Lire le communiqué de la FNO

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche