CNPS Express - 12 octobre 2016

Mercredi 12 Octobre 2016

 
  Journée de rentrée du CNPS : les libéraux de santé s’invitent dans le débat des présidentielles

Le CNPS avait placé sa journée de rentrée, ce vendredi 7 octobre, sous le signe des élections présidentielles. L’occasion de mettre en avant les attentes et les propositions des libéraux de santé, mais aussi de dresser le bilan du quinquennat écoulé. Au cours de celui-ci, le montant des économies imposées est passé de 2 milliards d’euros en 2012 à plus de 4 milliards d’euros inscrits au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2017. Cette pression continue sur les dépenses d’assurance maladie depuis cinq ans a laissé les libéraux de santé exsangues et explique la gravité de la crise qu’ils traversent aujourd’hui.

Voir le discours du président du CNPS

La montée de l’inquiétude face à l’avenir tant chez les professionnels que dans l’opinion publique La journée de rentrée du CNPS a permis de mettre au jour la très grande inquiétude qui règne parmi les professionnels de santé libéraux, mais aussi celle des Français au regard de l’avenir du système de santé. Le sondage commandé par le CNPS à l’institut Harris Interactive a également montré la défiance des libéraux de santé à l’égard de toute réforme.

Voir le sondage
Voir la présentation

Les propositions constructives du CNPS pour faire gagner la santé en 2017 Fidèle à sa tradition, le CNPS a présenté un ensemble de propositions qu’il destine aux différents candidats à l’élection présidentielle afin d’inspirer leurs programmes et de les sensibiliser aux attentes des libéraux de santé pour améliorer le système de santé et l’organisation des soins de proximité.

Voir les propositions du CNPS

Un grand oral très studieux A quelques mois de l’élection présidentielle, le CNPS avait également invité à sa journée de rentrée les rédacteurs des programmes de santé des principaux candidats connus. C’est ainsi que se sont succédés à la tribune du CNPS : Jean Leonetti, Les Républicains, député des Alpes-Maritimes représentant Alain Juppé ; Marie-Christine Favrot secrétaire nationale aux questions de santé de l’UDI, Philippe Juvin, Les Républicains, député européen représentant Nicolas Sarkozy et David Cormand Secrétaire national d’Europe Ecologie – Les Verts. Pendant 30 minutes, chacun d’entre eux a déroulé les grandes lignes de son programme puis s’est positionné sur les propositions du CNPS avant de répondre aux questions de la salle formulées par SMS. Enfin, Bruno Le Maire, Les Républicains, député de l’Eure avait fait parvenir une brève vidéo. Seul grand absent de cette journée, le Parti socialiste n’avait délégué aucun représentant.

Voir le résumé du grand oral de la santé

  Le CNPS réclame une évaluation des réseaux de soins
En marge de la journée de rentrée, le CNPS a vivement réagi à l’étude sur les réseaux de soins présentés par « l’Observatoire citoyen des restes à charge » dont l’une des composantes n’est autre que la plate-forme Santéclair. Dans ces conditions, le CNPS n’est pas surpris de constater que l’étude présentée valorise les thèses de Santéclair et écarte toute contradiction venant des professionnels de santé concernés. Le CNPS dénonce l’idée ainsi véhiculée selon laquelle la qualité des soins passerait par les réseaux. Les libéraux de santé, dans leurs différentes professions, ont développé de longue date des dispositifs d’amélioration et de valorisation de la qualité. En revanche, la pression exacerbée sur les tarifs constitue un obstacle à la qualité des soins. Le CNPS réclame une évaluation publique et contradictoire des réseaux de soins qui devient d’autant plus urgente que celle-ci était prévue dans le cadre de la loi LE ROUX et n’a jamais être mise en œuvre.

Voir le communiqué du CNPS
  Réseau de soins : la CSMF dénonce une étude partisane
La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) « s’insurge contre la mise en place des réseaux de soins qui permettent aux OCAM de tirer les prix vers le bas ». Le syndicat estime qu’il est « provocateur et indécent » d’envisager l’application pour les médecins d’un tel système alors que les grilles tarifaires françaises sont parmi les plus basses d’Europe. La CSMF estime que l’étude témoigne d’une « méconnaissance partisane, voire d’une ignorance coupable des mécanismes d’évaluation de la qualité des pratiques aujourd’hui nombreux ».

Voir le communiqué de la CSMF
  La FSPF tire le signal d’alarme : une disparition d’officine par jour en septembre
La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) dresse le constat particulièrement alarmant de l’accélération de la disparition des officines. Si le rythme déjà élevé s’établissait à une fermeture tous les 2,5 jours en 2014, puis une tous les deux jours en 2015, la FSPF note une accélération soudaine et très brutale. Au cours du mois de septembre, 28 officines ont fermé leurs portes, soit presque une par jour. Cette donnée traduit la situation particulièrement difficile vécue par la profession. Dans les prochaines semaines, les syndicats entameront une négociation conventionnelle avec l’assurance maladie qui s’annonce comme déterminante pour l’avenir du réseau officinal.
  Les étudiants en maïeutique bénéficient désormais du statut d’étudiant hospitalier
Un décret paru au Journal Officiel du 9 octobre entré en vigueur ce lundi 10 octobre permet désormais aux étudiants sages-femmes de bénéficier du statut d’étudiant hospitalier au même titre que les futurs médecins, dentistes et pharmaciens. Ainsi des étudiants de quatrième et cinquième année de maïeutique auront désormais la qualité d’agent public qui valorise désormais leur participation à l’activité hospitalière et aligne leur rémunération sur celle des autres étudiants hospitaliers.
  L’association des petites villes de France réclame des mesures fortes pour lutter contre la désertification médicale
L’association des petites villes de France (APVF) réclame des mesures fortes pour lutter contre la désertification médicale. Elle suggère la création de territoires prioritaires en santé sur le modèle des quartiers prioritaires mis en œuvre dans le cadre de la politique de la ville. La seconde mesure réclamée par l’APVF vise à mettre en place un dispositif de régulation de l’installation des médecins libéraux notamment par le bais d’un conventionnement sélectif à l’installation. À noter que l’Association des petites villes se plaint, elle aussi, de relations « inégales » avec les ARS.
  Le calendrier des libéraux de santé

14-15 octobre 2016 : 41èmes ENTRETIENS DE PODOLOGIE, Paris Event Center, la Villette Paris sur le thème : « les petits appareillages/dispositifs médicaux : orthoplasties, orthonyxies, contentions, taping … »

22-23 octobre : Congrès national des pharmaciens à Nantes organisé par LA FSPF, l’UTIP et l’APR  http://congresdespharmaciens.org

2 décembre :congrès de l’UNAPL au Palais Brongniart - Paris : http://congresunapl.fr

6 7 et 8 décembre : Congrès national de la FNI à Paris, sur le thème : « Présidentielles 2017 :Faut-il en attendre un grand chamboule-tout pour la santé ? »

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner

 
Recherche