CNPS Express - 22 fevrier 2017

Mercredi 22 Février 2017

 
  Ordres professionnels : le CNPS opposé aux nouvelles conditions d’éligibilité anti-syndicats
L’ordonnance relative aux ordres professionnels publiée le 17 janvier au Journal Officiel instaure de nouvelles règles d’incompatibilité entre les professionnels détenteurs de mandats syndicaux et les fonctions ordinales. Et surprise, elles sont différentes selon les professions ! Le CNPS pointe leur manque de logique et émet des doutes sur leur validité au regard de la Constitution. Enfin, le CNPS reproche à ce texte incohérent, inégalitaire et qui discrimine les syndiqués, d’avoir été décidé en dehors de toute concertation avec les premiers intéressés que sont les syndicats eux-mêmes. Le CNPS remarque au passage que les syndiqués, par leur engagement et leur formation, seraient peut-être les plus à mêmes de s’investir dans les fonctions ordinales. Il exige la révision de ces mesures.

Voir le communiqué du CNPS
  Présidentielles 2017
Le Grand oral de la Mutualité
La Fédération nationale de la mutualité française a réuni le 21 février cinq candidats à l’élection présidentielle le temps d’un grand oral. Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon, Yannick Jadot et François Fillon ont précisé leur programme santé.
Revoir les débats

Prise en charge à 100 % des prothèses dentaires : la CNSD y voit une approche restrictive
Alors que la plupart des candidats à la présidence de la République annoncent la prise en charge à 100% de la prothèse dentaire, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) considère qu’il s’agit d’une « approche restrictive de la santé bucco-dentaire ». Le syndicat réclame depuis des années une « réforme globale » qui permettrait de « prendre en charge plus précocement, de réaliser des actes selon des techniques modernes et conservatrices, mettre en place une véritable éducation thérapeutique, […] et donner un véritable choix aux patients ». Pour la CNSD, « il ne sert à rien de rembourser la prothèse à 100% s’il n’y a pas de véritable incitation aux soins précoces », ce qui passe par des investissements. La CNSD demande à tous les candidats de « ne pas tomber dans les raccourcis démagogiques ».
Voir le communiqué de la CNSD

Le SML inquiet et vigilant après le grand oral de la Mutualité
Le Syndicat des médecins libéraux (SML) se dit inquiet et vigilant face aux différents scenarios de réformes présentés ce mardi par les candidats aux présidentielles devant la Mutualité Française. Tout d’abord, il s’interroge sur l’avenir du système conventionnel en cas de « création d’une « super agence » fédérant l’assurance maladie, les complémentaires santé, l’Etat et les professionnels de santé » ou d’instauration d’une régulation des dépenses en dehors des professionnels. « La perspective de nouvelles économies sur les dépenses d’assurance maladie, prônée par certains » questionne également après une « période de maitrise comptable dure, faite en partie sur les honoraires » et alors que la médecine libérale a besoin de moyens. Le SML salue « les propositions en faveur d’une revalorisation massive des honoraires » « et celles destinées à libérer les médecins du maquis du tiers payant généralisé obligatoire ». Il appelle les candidats, qu’il rencontrera prochainement, à privilégier les « mesures ambitieuses et durables de soutien et d’incitation à l’installation libérale » plutôt que la coercition.
Voir le communiqué du SML

L’UNSAF interpelle les candidats aux présidentielles dans une tribune sur l’accès aux soins
« Les candidats à l'élection présidentielle doivent s'engager à réformer le système d'assurance complémentaire pour en finir avec le renoncement aux soins des plus pauvres », c’est au moyen d’une tribune publiée dans le journal Le Monde daté du 22 février que l’UNSAF a décidé de s’inviter dans les débats sur le thème de l’accès aux soins. Le syndicat des audioprothésistes plaide pour une amélioration de la prise en charge par l’assurance maladie des prestations qui posent aujourd'hui encore des difficultés d'accès aux soins (soins dentaires et audioprothèses) et l'interdiction de la tarification des contrats complémentaires en fonction de l'âge.
Voir la tribune

L’UNAPL dévoile ses priorités pour les présidentielles
L’Union nationale des professions libérales (UNAPL) a dévoilé un ensemble de propositions concrètes et d’application immédiate à destination des différents candidats aux élections présidentielles afin qu’ils puissent les intégrer dans leurs programmes respectifs. L’UNAPL appelle les candidats à simplifier la vie des professionnels et surtout à adapter les règles sociales conçues pour les grands groupes à la taille de leurs entreprises qui sont, pour 98% d’entre elles, des TPE.
Voir les propositions de l’UNAPL
  Insécurité : la CSMF publie une lettre ouverte
Dans une lettre ouverte, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) interpelle les ministres de la Santé et de l’Intérieur sur la sécurité des médecins libéraux. Énumérant les « faits d’incivilité, d’agression de médecins, des problèmes de sécurité » dont les médecins libéraux sont quotidiennement victimes, et le « terrible meurtre du Dr Patrick Rousseaux à Nogent-le-Rotrou », la CSMF appelle les ministres à l’action. Le syndicat réclame la mise en œuvre d’une série de mesures « fermes et immédiates » parmi lesquelles « la sécurisation des cabinets médicaux par l’installation de caméras de vidéosurveillance à proximité sur la voie publique », l’accompagnement du médecin dans ses visites « à chaque fois que l’appel revêt un caractère inquiétant ou dans des quartiers particulièrement difficiles » ou encore la « mise en place d’un chauffeur pour les visites de nuit ».

Voir la lettre ouverte de la CSMF
  Le SDB poursuit son bras de fer avec l’industriel LABCO
Le Syndicat des biologistes (SDB) ne désarme pas dans sa « guérilla contre les acquisitions illicites de laboratoires par les réseaux de financiers ». Le syndicat vient de faire savoir qu’il avait effectué « une opération coup de poing contre Labco, le 16 janvier, en Nouvelle Aquitaine » auquel il a envoyé des huissiers. Ces derniers, « procédant à des sommations interpellatives sur plusieurs sites d’une SEL d’indépendants en cours d’absorption par une SEL du groupe Labco, ont obtenu la confirmation que la fusion déclarée à l’ARS dissimulait en réalité la revente immédiate de leurs titres par les associés de la SEL cible ». Le SDB, lassé de l’inaction des Pouvoirs publics, passe donc à l’action. Il a alerté l’ARS et les instances ordinales « de cette opération occulte et clairement illicite au regard de la loi ».

Voir le communiqué du SDB
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner

 
Recherche