CNPS Express - 1 Mars 2017

Mercredi 1 Mars 2017

Présidentielles 2017
Le CNPS interroge les candidats
Dans le cadre de la campagne des élections présidentielles de 2017, le CNPS qui avait formalisé un ensemble de propositions à l’attention des candidats, vient d’adresser à ces derniers un questionnaire détaillé. L’objectif : les amener à préciser leur programme santé sur des sujets tels que la gouvernance du système et la place des conventions, la modernisation de l’offre de soins et les mesures concrètes en direction des soins de ville libéraux. Les réponses à ces questions seront publiées sur le site du CNPS. Par ailleurs, le bureau national du CNPS a décidé d’inviter les rédacteurs des programmes santé des principaux candidats à venir échanger autour d’un petit-déjeuner avec les responsables des libéraux de santé.
Voir les propositions du CNPS
Voir le questionnaire du CNPS adressé aux candidats

La santé motif de vote
Un récent sondage ODOXA a montré l’impact des propositions faites par les candidats sur le vote des Français. 77 % des sondés considèrent en effet qu’elles seront importantes dans la détermination de leur vote. Pour rappel, lors de la journée de rentrée du CNPS en octobre 2016, le sondage commandé à Harris Interactive avait montré que 90 % des Français jugeraient les candidats à la lumière de leurs propositions de santé pour fonder leur choix. La santé arrivait alors juste après les questions touchant à l’emploi et à l’éducation.
Voir le sondage Harris Interactive pour le CNPS

Catherine Lemorton rejoint l’équipe de B. Hamon comme spécialiste de l’hôpital et de la médecine de ville
La présidente de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale, Catherine Lemorton, a rejoint le candidat socialiste à l’élection présidentielle. Cette professionnelle de santé, pharmacienne d’officine, porte-parole d’Arnaud Montebourg lors des primaires de la Gauche, est désormais la conseillère de Benoit HAMON pour l’Hôpital et la médecine de ville. S’exprimant devant l'Association des journalistes de l'information sociale (AJIS), elle a réaffirmé son attachement au tiers payant, et a déclaré « les professionnels de santé, moi la première, sont de fausses professions libérales. Elles sont subventionnées par la Sécurité sociale et les complémentaires. »

Après le grand oral de la Mutualité, la CSMF entre espoir et désespoir
Après le grand oral des candidats de la présidentielle devant la Mutualité Française, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dresse un bilan mi-figue mi-raisin. Le Syndicat se dit « désespéré » d’entendre les candidats prôner « encore et toujours la même approche comptable de la santé » avec plus d’économies à la clé et redoute la perspective de l’instauration d’une agence qui regrouperait l’État, l’Assurance Maladie, les assurances maladie complémentaires et les professionnels de santé. Celle-ci signerait « la fin de la convention médicale » estime le syndicat. En revanche, la CSMF salue avec espoir les candidats qui s’opposent au tiers payant et proposent des mesures incitatives en matière de prévention ou de maladies chroniques.
Voir le communiqué de la CSMF

Le SML appelle les candidats à s’intéresser à la réalité plutôt qu’aux multiples sondages
« Plutôt que de tenter de façonner la prochaine réforme de la santé à coups de sondages » lesquels se multiplient à l’approche de l’élection présidentielle, le Syndicat des médecins libéraux (SML) « invite les candidats à se concentrer sur la réalité ». Le SML se propose de leur donner à voir la réalité de la profession médicale et de ses attentes lors d’une série de rencontres directes. « Ces attentes ne sont ni la multiplication des MSP étatiques, ni la recertification alors que le dispositif de formation professionnelle continue des médecins ne permet pas de prendre en charge tous les besoins et que, d’autre part, le gouvernement a ouvert la voie à l’accès partiel aux professions de santé pour les ressortissants de l’UE. Ce n’est pas non plus la délégation de tâches conçue pour le modèle hospitalier par la loi Bachelot ».
Voir le communiqué du SML
Zones sous médicalisées : le Sénat veut mobiliser les paramédicaux
A l’occasion d’une table ronde à l’initiative du groupe UDI-UC, le 22 février, le Sénat a débattu, du rôle que les professions paramédicales seraient susceptibles de jouer dans la lutte contre les déserts médicaux. Les sénateurs délaissant, une fois n’est pas coutume, le registre de la coercition, se sont prononcés pour une implication plus forte des paramédicaux en particulier des infirmiers libéraux, dans le suivi des malades chroniques sous la supervision du médecin traitant. Ils ont à cette occasion, soulevé les rigidités des textes actuels et la complexité des protocoles de coopération entre professionnels issus de la loi Bachelot. De son côté, le gouvernement a avancé le déploiement des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) comme solution providentielle et définitive pour lutter contre les déserts médicaux.
  La profession dentaire appelée à manifester le 3 mars
La Confédération nationale des Syndicats dentaires (CNSD) et l’ensemble de la profession dentaire ainsi que les étudiants et les internes en chirurgie-dentaire, ont appelé les chirurgiens-dentistes à la grève le 3 mars et à venir se rassembler à Paris aux abords du Ministère de la Santé « pour dire NON à la ministre de la santé ». La CNSD entend à cette occasion contester le règlement arbitral imposé en lieu et place de la convention au motif que la profession a refusé de signer un accord qu’elle jugeait désavantageux. À noter que la CNSD a mis en place une boîte à outils pour les grévistes et manifestants.

En savoir plus
  Coup d’envoi de la négociation conventionnelle des pharmaciens d’officine
Le coup d’envoi des négociations conventionnelles des pharmaciens d’officine a été donné lors d’une première réunion le 22 février, destinée à fixer les orientations. Cette négociation, qui doit se poursuivre jusqu’au mois d’avril a mis à l’ordre du jour, des sujets tels que les honoraires de dispensation, les nouvelles missions, le soutien aux officines fragiles et la modernisation des échanges.

En savoir plus
  La FSPF et l’USPO ont signé deux avenants conventionnels
En préambule de l’ouverture des négociations conventionnelles, la Fédération des Syndicats des Pharmacies de France (FSPF) et l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO) ont signé deux avenants conventionnels sur les génériques qui permettront de maintenir le niveau de l’enveloppe de la Rémunération sur Objectif de Santé Publique (ROSP) un niveau identique à celui de 2016 et de mettre en place, pour les officines ayant atteint des taux de substitution supérieurs à 90 % en 2017, des mécanismes d’amortisseurs. Pour la FSPF, ces deux avancées étaient « essentielles à la poursuite du développement du générique et à l’économie de l’officine ».

Voir le communiqué de la FSPF
  Le SDB obtient une réunion sur la prévention et le dépistage
Dans le cadre du protocole signé l’an dernier, le Syndicat des Biologistes a obtenu que se tienne le 4 avril prochain, une réunion de travail destinée à faire avancer les questions relatives à la prévention et au dépistage. Le Syndicat des Biologistes estime que ces sujets sont cruciaux pour faire avancer la biologie du 21ème siècle.

Voir le communiqué
  Tiers Payant : l’UNPS appelle les libéraux de santé au boycott des complémentaires.
L’Union Nationale des Professions de Santé (UNPS) estime que la solution proposée « sans concertation avec les professionnels de santé » par l’Association Inter-AMC regroupant les complémentaires pour développer le tiers payant « ne répond pas aux critères d’universalité » par ailleurs mis en avant. Aussi, l’UNPS qui réaffirme, son opposition aux conventionnements individuels des professionnels, appelle les Libéraux de santé à refuser de signer le contrat de tiers payant proposé par l’inter-AMC. En outre, elle demande aux éditeurs de logiciels de ne pas se rendre complices en intégrant à leurs logiciels, des solutions qui feraient perdre aux professionnels, la maîtrise de leur facturation.

Voir le communiqué de l’UNPS
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche