Le CNPS effaré des propos de la présidente de la Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nati
Le CNPS, l’intersyndicale des Libéraux de santé, est effaré des propos récemment tenus par la présidente de la Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale. En déclarant, le 28 février devant l'Association des journalistes de l'information sociale (AJIS), que les professionnels de santé étaient « de fausses professions libérales » « subventionnées par la Sécurité sociale et les complémentaires » et que « si on n'avait pas ce système, les professionnels n'auraient pas les mêmes revenus », elle fait un incroyable contresens.
 
Le CNPS rappelle que contrairement aux hôpitaux publics, aux structures de maisons de santé pluridisciplinaires portées par les ARS et les collectivités locales, et aux dispensaires, les professionnels de santé libéraux ne perçoivent aucune subvention. Ils reçoivent de leurs patients, directement ou indirectement, des honoraires. C’est en acceptant de modérer leurs honoraires dès lors qu’un patient relève du champ de la sécurité sociale que les professionnels de santé libéraux assurent l’égalité de l’accès aux soins.
 
Le CNPS comprend d’autant moins une telle attitude que l’intéressée elle-même était une professionnelle de santé libérale.
 
Ces propos sont le reflet de la législature qui s’achève où le dialogue entre le Gouvernement, sa Majorité et les professionnels libéraux de santé s’est profondément dégradé pour aboutir à des situations de tension extrême comme lors du débat sur la loi de modernisation de la santé ou celle permettant le développement des réseaux de soins.
 
Le CNPS rappelle une nouvelle fois son attachement au modèle de solidarité apporté par la sécurité sociale au bénéfice des patients et réclame le retour à un vrai dialogue conventionnel qui permet une relation équilibrée et respectueuse avec des professionnels de santé.
 
Recherche