CNPS Express - 29 Mars 2017

Mercredi 29 Mars 2017

60ème anniversaire du Traité de Rome : le CNPS pointe les limites de l’Europe de la Santé

60 ans après la signature du Traité de Rome, qui fut l’acte fondateur de l’actuelle Union Européenne, le CNPS constate que si l’Europe s’est traduite par des avancées concrètes permettant notamment la prise en charge des soins transfrontaliers et la mise en œuvre de grands plans de prévention, en revanche, elle pose aujourd’hui de nombreuses interrogations. Le CNPS déplore notamment la pression croissante des instances européennes pour faire basculer progressivement la santé dans le secteur des services et de la concurrence. Il regrette également que la directive sur la reconnaissance des qualifications se soit traduite par la décision de la France de permettre l’accès partiel aux professions de santé.

Voir le communiqué du CNPS

Présidentielles 2017 : le CNPS a reçu le représentant de François Fillon
Dans le cadre des rencontres qu’il organise afin de promouvoir les propositions des Libéraux de santé, le CNPS recevait ce mercredi 22 mars Jean Léonetti, ancien ministre chargé des Affaires européennes et député des Alpes Maritimes, représentant santé de François Fillon, candidat Les Républicains. Celui-ci a détaillé les grands axes de son programme et s’est voulu rassurant sur l’avenir du système conventionnel.

            

Voir ici le compte rendu de cette rencontre

Le CNPS a par ailleurs rencontré l’Eurodéputée Joëlle Mélin, qui représentait la candidate du Front National. Celle-ci a rappelé les grandes lignes du programme de Marine Le Pen, notamment la volonté de dresser un état des lieux de la situation des finances publiques.

A noter que le CNPS recevra le 5 avril le Professeur Alfred Spira, représentant Santé de Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste et d’Europe Ecologie les Verts.
  Aggravation des violences contres les médecins libéraux
Selon les chiffres publiés par l’observatoire de l’Ordre des médecins, les violences contre les médecins libéraux ont progressé en 2016, frappant plus particulièrement les médecins généralistes. Le CNPS rappelle aux Pouvoirs Publics qu’il est urgent d’agir concrètement contre ce phénomène qui, hélas, concerne l’ensemble des professionnels libéraux de santé.
  Amélioration de la qualité de vie au travail : un plan pour les libéraux de santé.

L’annonce d’une stratégie nationale d’amélioration de la qualité au travail des hospitaliers par la ministre de la Santé avait fait grincer les dents du côté des libéraux. Aussi y a-t-elle d’ajouté un volet ambulatoire, dévoilé la semaine dernière. Ce plan vise à améliorer la prévention et le suivi médical des libéraux de santé, notamment en les incitant à se doter d’un médecin traitant. Il comporte, par ailleurs, des mesures destinées à réactiver le protocole « santé-sécurité-justice » afin de sécuriser l’exercice des professionnels. Si l’esprit de ce plan est louable, dommage qu’il arrive aussi tard, en fin de quinquennat.

Voir le plan

  La PACES plébiscitée par les futurs bacheliers
Plus de 39 000 élèves de terminale, dont 70 % de femmes, ont opté pour la PACES (première année commune d’admission aux études de santé) dans le cadre de la procédure des admissions post-bac dont la première étape a eu lieu en mars. Le nombre des postulants est en hausse de 1.7 % par rapport à 2016 et représente 6 % du nombre total des candidats au baccalauréat. Reste à présent à convertir ces candidatures en admissions… en décrochant le baccalauréat !
  Soigner les soignants : la CNSD dénonce le cynisme de la ministre

Alors que la ministre de la santé a rendu public le volet ville de sa stratégie d’amélioration de la qualité de vie au travail des professionnels de santé, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) s’interroge sur la pertinence d’une telle annonce un mois avant la fin du quinquennat et ce dans un contexte extrêmement tendu avec les chirurgiens-dentistes. La CNSD rappelle que la profession n’a pas attendu ces « simagrées » pour se serrer les coudes et prendre soin d’elle-même.

Voir la réaction de la CNSD

  La CSMF présente ses priorités pour 2017
A moins d’un mois de l’élection présidentielle, et à l’issue de son assemblée générale, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a réaffirmé ses priorités pour la politique de santé 2017. La CSMF réclame un recentrage sur l’organisation et la place de la médecine libérale dans les territoires ainsi qu’un investissement de 5 milliards d’euros sur la durée du quinquennat. Le syndicat a également réclamé une loi rectificative destinée à revenir sur les effets néfastes de la loi Touraine comportant notamment la suppression du tiers payant et l’abrogation des mesures permettant au directeur de l’UNCAM de modifier unilatéralement les tarifs médicaux.

Voir le communiqué de la CSMF
  Le SML demande des garanties sur l’application des futures revalorisations
La convention médicale prévoit l’application de revalorisations tarifaires au 1er mai 2017. Toutefois celles-ci pourraient être durablement compromises en cas d’avis défavorable du comité d’alerte si la croissance des dépenses de santé restait aussi dynamique qu’en début de l’année. Ainsi, le Syndicat des médecins libéraux (SML) demande au gouvernement et à l’assurance maladie de donner rapidement des garanties sur l’application de ces revalorisations. Si leur report était avéré démonstration serait alors faite de la fragilité des engagements conventionnels. Le SML, qui n’a pas signé cette convention, appellerait alors les syndicats signataires à se désengager de ce qui ne serait plus qu’un marché de dupes.

Voir le communiqué du SML
  Audioprothèse : 1 = 10 quand la profession fait les comptes

A l’occasion du 39ème congrès qui se tenait du 24 au 26 mars, l’UNSAF et l’ensemble des composantes de la profession ont mis en avant une nouvelle étude médico-économique. Celle-ci montre que chaque euro investi sur l’audioprothèse induit 10,44 € de coûts évités ! Cette équation simple et efficace montre qu’il n’est plus possible de maintenir le statut-quo. C’est d’ailleurs ce qu’ont admis les différents représentants des candidats à l’élection présidentielle invités à s’exprimer dans le cadre du congrès.

Voir le communiqué de l’UNSAF et de l’ensemble des composantes de la profession

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche