CNPS Express - 17 Mai 2017
 

Mercredi 17 Mai 2017

AGNES BUZYIN ministre des Solidarités et de la Santé
Après la passation de pouvoirs dimanche à l’Elysée entre François Hollande et Emmanuel Macron, et la désignation du député-maire du Havre, Edouard Philippe, au poste de Premier ministre, l’annonce de la composition du gouvernement, a été repoussée à ce mercredi. Après d’intenses spéculations, c’est finalement la présidente du collège de la HAS, Agnes BUZYN qui aura en charge la Santé. Elle a été nommée ministre des Solidarités et de la Santé.
Cyberattaque : les professions libérales concernées ! L’UNAPL donne l’alerte
Pour la première fois, une cyberattaque massive frappe les ordinateurs du monde entier depuis vendredi. Plus de 150 pays et leurs entreprises ont été touchés. En Grande Bretagne, le système de santé public anglais a été sévèrement exposé : 48 établissements contaminés par le virus malveillant à l’origine de l’attaque, ont vu leur fonctionnement gravement perturbé et ont été contraints de reporter des interventions chirurgicales. Au total, plus de 200 000 entreprises dans le monde ont été paralysées. Dans ce contexte, l’UNAPL a alerté les professionnels libéraux sur les risques de vulnérabilité auxquels ils sont exposés comme le sont les autres secteurs d’activité. Pour cela, en collaboration avec son partenaire informatique ATIXNET, elle a diffusé ce mardi une série de recommandations et des conseils pour réagir en cas d’infection. Par ailleurs, l’UNAPL met à disposition le dernier numéro de son magazine consacré à la cybersécurité.

Le CNPS pour sa part rappelle toute l’importance de se protéger contre ce type de menace en les anticipant, et surtout d’utiliser les outils de messagerie sécurisés agrées pour toutes les communications entre professionnels de santé. Ces derniers sont responsables de la confidentialité des données de leurs patients.

Voir les fiches
Voir le magazine de l’UNAPL
  Un « serious game » pour équilibrer les dépenses de l’assurance maladie
L'Institut Montaigne, avec Jalma, a lancé un "serious game" destiné à simuler les hypothèses de retour à l'équilibre de l'assurance maladie en agissant sur les niveaux de dépense de différents postes : Hôpital, médicaments, honoraires, arrêts de travail, etc… et les prévisions de croissance ou encore la part de la population en ALD. Le jeu d’équilibre n’est pas simple, mais le nouveau gouvernement devra dire comment il va résoudre l’équation pour éviter une aggravation du déficit sans étrangler les libéraux de santé et en améliorant les prises en charge. Si rien n’est fait, estime l’Institut Montaigne, « notre système de santé sera en déficit de 30 milliards d’euros en 2030 ». A vous d’essayer !

Voir le serious game
  La CNSD regrette le maintien de la consultation des chirurgiens-dentistes à 23 €
Si le niveau de la consultation des médecins est récemment passé à de 23 à 25 €, il n’en est rien pour celle des chirurgiens-dentistes. La Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) pointe le tour de passe-passe de l’assurance maladie sur ce dossier : en réalité le tarif de base de la consultation médicale de base (C/CS) est resté à 23 €, y compris pour les médecins. Mais ces derniers ont obtenu d’y ajouter une majoration de 2 € (MMG). Ainsi la valeur de la consultation médicale tarifée aux patients est de 23 € (C/CS) + majoration de 2 € (MMG)= 25 €.

La valeur de base de la consultation est ainsi inchangée, pour les médecins, comme les chirurgiens-dentistes, à cette différence près que ces derniers ne peuvent y ajouter la fameuse majoration de 2 €. Cette situation inique, renforce, si besoin était, la détermination de la CNSD « d’abolir le règlement arbitral ».

Voir l’information sur le sire de la CNSD
  Expérimentation de la vaccination à l’officine : la FSPF salue une première étape indispensable
Le décret et l'arrêté de mise en œuvre de l'expérimentation du vaccin contre la grippe par les pharmaciens d'officine, en vue de la prochaine campagne vaccinale, ont été publiés au Journal officiel. Prévue sur une durée de 3 ans, l’expérimentation concernera les régions Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) et Nouvelle-Aquitaine.

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) annonce avoir finalement réussi à obtenir un niveau de rémunération meilleur qu’initialement prévu par le Gouvernement et se félicite que « les pharmaciens intègrent enfin le processus de la vaccination ». Néanmoins la FSPF entend continuer à faire évoluer les textes « avant même la généralisation » de l’expérimentation afin que soient prises en considération les « contraintes techniques, administratives et de prise en charge du patient, qui restent disproportionnées par rapport aux autres professionnels de santé ».

Voir le communiqué de la FSPF
  Démographie médicale : la CSMF réclame des moyens pour inverser la tendance
Suite au récent rapport de la DREES qui montre que « contrairement à ce que certains tentent de faire croire, la catastrophe démographique des médecins n’aura pas lieu », la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) pointe les effets de l’augmentation de la part des exercices mixtes et salariés dans les années à venir. Pour le syndicat, cette tendance « traduit la crise profonde de la médecine libérale ». Mais surtout, le manque d’installations profite à l’exercice salarié lequel ne pourra compenser le volume de soins produits par les libéraux. La CSMF réclame donc au nouveau Président de la République « des mesures urgentes » pour « inverser cette tendance »

Voir le communiqué de la CSMF
  Souffrance psychique des jeunes : le SML appelle à ne pas démédicaliser la prise en charge
Un décret et un arrêté récemment parus orchestrent l’expérimentation de la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes dans plusieurs départements et des communes d’Ile de France. Le Syndicat des médecins libéraux (SML) déplore qu’ils « ouvrent la voie à une prise en charge démédicalisée des jeunes concernés, par des psychologues, alors que, dans le même temps, les expérimentations conduites sur le territoire à l’initiative des psychiatres libéraux sont insuffisamment soutenues ». Le syndicat qui appelle à « conforter la place des psychiatres au cœur de cette prise en charge et de les intégrer dans les expérimentations » indique qu’il demandera au ministre de la Santé qu’une véritable concertation puisse s’engager.

Voir le communiqué du SML
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche