CNPS Express - 6 Juin 2018

Mercredi 6 Juin 2018

La Sécu sera proche de l'équilibre en 2018
La Commission des comptes de la Sécurité sociale s'est réunie ce mardi 5 juin, donnant ainsi le coup d'envoi du ballet budgétaire. Celui-ci se terminera début décembre par l'adoption du nouveau budget de la Sécurité sociale pour 2019. En attendant, les comptes ont été faits : ils sont en nette amélioration. Le déficit global de la Sécurité sociale devrait se réduire pour 2018 de 2,2 milliards d'euros et atteindre 300 millions d'euros. Après un déficit établi à 5,1 milliards d'euros en 2017, le solde est en « nette amélioration », quasi à l'équilibre. Cette situation s'explique par le retour de la croissance économique, les ressources de la Sécurité sociale étant majoritairement assises sur les cotisations sur les salaires.

Pour ce qui concerne la branche maladie, la Commission constate en 2017 un « ralentissement de l'activité des établissements publics de santé (-385 millions d'euros) et privés (-75 millions d'euros) alors que les dépenses de soins de ville, elles, restent dynamiques et ont dépassé de 300 millions d’euros l’objectif fixé pour 2017. Tendance qui devrait se poursuivre en 2018.

Pour le CNPS, qui était représenté lors de cette Commission des comptes, l'écart entre la dynamique des dépenses de soins de ville et le fléchissement des dépenses hospitalières, qui apparaît pour la première fois, constitue l'indice indiscutable de la concrétisation du virage ambulatoire.
Le CNPS rappelle que 2017 n’a pas été une année faste pour les Libéraux de santé
Lors de son intervention, le CNPS a rappelé au Gouvernement que 2017 n’avait pas été indolore pour les Libéraux de Santé, qui ont été la cible d’une large part du plan d'économies de 4 milliards d'euros inscrits dans la LFSS. Cela s'est traduit par une pression sur les tarifs de certaines professions, notamment les biologistes médicaux, compte tenu des augmentations en volume et dont le secteur poursuit son inexorable concentration industrielle. C'est aussi le cas des pharmacies d'officine qui restent en grande difficulté.
  Le CNPS réclame des marges de manœuvre pour les soins de ville
Pour le CNPS, les perspectives d'évolution des comptes de l'Assurance maladie pour 2018, dans un contexte de quasi-retour à l'équilibre, indiquent qu'il est urgent de redonner de nouvelles marges de manœuvre aux soins de ville. Le CNPS a rappelé au Gouvernement que les Libéraux de santé doivent disposer des moyens nécessaires pour absorber le transfert de l'activité hospitalière dans une logique de virage ambulatoire, s'engager dans des logiques permettant de structurer l'offre pour fortifier l'accès aux soins dans les territoires, contribuer au désengorgement des urgences hospitalières et se mobiliser sur le reste à charge zéro, sans les secteurs du dentaire, de l'audioprothèse et de l'optique mais sans concéder à la qualité des soins prodigués aux patients ni fragiliser le maillage territorial offert par les professionnels concernés… et surtout pour financer la coordination des soins !

Voir la déclaration du CNPS
  La CNSD parvient à un accord avec l'Assurance maladie
À l’issue de deux ans de négociations, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) est parvenue à un accord avec l'Assurance maladie sur un texte permettant à la profession de sortir du règlement arbitral et de se mobiliser sur le reste à charge zéro selon des objectifs ambitieux.

L’accord conventionnel vise « une médecine bucco-dentaire résolument axée sur la prévention », souligne la CNSD. Il permet d’engager la profession dans une dentisterie conservatrice et de réévaluer significativement les actes précoces permettant de conserver l’organe dentaire. Enfin, il engage « une amélioration de l’accès aux soins tout en permettant une liberté tarifaire sur les actes exigeants ».

Les instances nationales de la CNSD ont voté à 90 % la signature de cette nouvelle convention par le syndicat.

Voir le communiqué de la CNSD
  La CSMF et Klésia lancent une consultation de prévention
La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le groupe de protection sociale Klésia ont signé un accord de collaboration instaurant une consultation de prévention, assortie d'un suivi spécifique, dédié aux salariés de la branche du transport. La CSMF, qui rappelle « son opposition aux réseaux de soins » indique que l'ensemble des médecins pourra participer à ce dispositif. Le contenu de la consultation de prévention a été élaboré par le comité scientifique de la CSMF et les médecins sont invités à s’y former par l'intermédiaire de l'association confédérale de formation (ACFM). La consultation sera gratuite pour les salariés concernés par le dispositif et les médecins, quant à eux, seront rémunérés directement par Klésia, sans intervention de l'Assurance maladie. À terme, souligne la CSMF, ce type de consultation de prévention pourrait s'étendre à d'autres branches professionnelles.

Voir la note de presse de la CSMF
  200 pharmacies ont fermé en 2017
La campagne de communication lancée par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) afin de mobiliser les élus locaux sur les risques de désertification pharmaceutique trouve, si besoin était, une nouvelle justification avec les chiffres publiés par l'Ordre des pharmaciens.
Environ 200 pharmacies supplémentaires ont fermé leurs portes en 2017. 29 % de ces fermetures sont consécutives à des regroupements, 28 % à une cession de clientèle ; dans 36 % des cas, le pharmacien a rendu sa licence à l’ARS, et dans 5 % des cas, l'officine fermait suite à une liquidation judiciaire.
N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche