Publicité : le CNPS redoute une dérive commerciale de la santé
Le Conseil d'État a recommandé dans un rapport de lever l'interdiction générale de publicité concernant les professions de santé libérales réglementées.

Si le fait de pouvoir afficher plus librement notamment, dans le cadre des sites professionnels ou des plateformes de rendez-vous en ligne, différentes informations relatives à la formation et aux spécialités ou sur spécialités permettrait de s’adapter aux exigences des patients, en revanche le CNPS est très réservé sur l’introduction de la publicité.

L’ouverture de la publicité comporte le risque d’une dérive commerciale du secteur de la santé qui ne serait ni dans l’intérêt des patients ni dans celui des financeurs. En particulier, le CNPS imagine mal comment le Gouvernement pourrait à la fois prôner la pertinence des actes et la compétition commerciale entre les acteurs du soin.

La communication publicitaire qu’ont récemment utilisée les centres de santé a démontré les excès des démarches commerciales. Lorsque la principale préoccupation n’est plus de soigner mais de « rentabiliser » les investissements publicitaires, on aboutit à des catastrophes de type DENTEXIA.

Aussi le CNPS demande qu’aucune décision ne soit arrêtée dans ce dossier sans discussion préalable avec les représentants des professions concernées. .
 
Recherche