CNPS Express - 10 février 2021

Vendredi 10 février 2021

  Lutte contre les variants du SARS-CoV-2
Le CNPS et la FFPS appellent les libéraux de santé à la mobilisation générale

Dans un communiqué commun, le Centre national des professions de santé et la Fédération française des praticiens de santé appellent les libéraux de santé à redoubler de vigilance face à la progression des variants du SARS-CoV-2 britannique, sud-africain et brésilien. Les deux derniers sont encore minoritaires sur le territoire, mais présentent un risque d’échappement immunitaire et vaccinal qui conduirait à une nouvelle pandémie. Aussi, rappellent les signataires, les opérations de tracing et d’isolement doivent être déclenchées dès la réception du test de première intention (antigénique ou PCR). Plus que jamais le porteur du virus devra s’isoler et l’ensemble des contacts prévenus et isolés. Les professionnels de santé doivent les en convaincre.

Voir le communiqué

Lutte contre les variants du SARS-CoV-2
Le SDB se réjouit que les laboratoires privés soient autorisés à faire le séquençage du SARS-CoV-2

Le Syndicat des biologistes (SDB) constate avec intérêt que le dernier DGS-Urgent concernant la propagation des variants du SARS-CoV-2 ne limite plus le séquençage aux seuls laboratoires du secteur public. Le SDB rappelle que tous les tests positifs (RT-PCR et antigéniques) réalisés doivent faire l’objet d’une identification de variantes par criblage. Le résultat de ce criblage doit être renseigné dans SI-DEP, avec le nom de la variante dans les 36 heures suivant le prélèvement. Dans le cas d’un test antigénique, le patient doit aller faire un nouveau prélèvement au laboratoire qui procédera au criblage. Enfin, en cas de test positif, le laboratoire doit téléphoner au patient, au médecin traitant une première fois pour le signaler, une seconde fois pour donner le nom de la variante.

Voir le communiqué du SDB

  L’arrivée du vaccin AstraZeneca élargit le champ de la vaccination

La vaccination des soignants a commencé. L’arrivée du vaccin d’AstraZeneca offre de nouvelles possibilités de vaccination. Désormais, entre 3 et 4 millions de soignants et 4 millions de personnes âgées de 50 à 64 ans peuvent y prétendre. Les hôpitaux ont déjà reçu les premières doses pour vacciner les professionnels. Pour la population des 50-64 ans, les livraisons de 700 000 doses devraient être réceptionnées à compter du 17 février jusqu’à début mars par les grossistes répartiteurs. Selon la Fédération française des syndicats pharmaceutiques, les officines devraient être approvisionnées entre le 19 et 21 février. À ce stade, seuls les médecins pourront être destinataires des doses. Ce n’est qu’à compter du 28 février, quand une deuxième livraison d’un million de doses sera parvenue, que les infirmiers, les pharmaciens, les sages-femmes pourront vacciner les patients à leur tour.

  Malgré la crise sanitaire, les inscriptions à une action de DPC se sont maintenues

Selon l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC), « la dynamique du DPC a pu être globalement maintenue en 2020 », malgré la crise sanitaire. Au 31 décembre de l’an dernier, près de 236 000 inscriptions à une action ont été enregistrées, soit une baisse de 9,7 %. Ce sont les professions les plus sollicitées par la Covid qui ont vu le nombre d’inscriptions en nette diminution : -44,9 % pour les biologistes, -55,5 % pour les pharmaciens et -15,9 % pour les médecins. Il faut tout de même rappeler que l’organisme n’avait pas pris le virage de la crise et n’avait pas réorienté ses prises en charges vers la Covid, contrairement au FAF PM et au FIF. Une situation qui avait provoqué une crise inédite en novembre, avec la démission de Jean-François Thébaut, président du Haut Conseil.

En raison de la Covid, aucune profession n’a totalement consommé son enveloppe. Au final 160,7 millions d’euros, soit 91 % du budget, ont été engagés en 2020. Les organismes de formation ont su s’adapter en transformant les actions en présentiel en classe virtuelle synchrone. Une réalité dont il faudra faire le bilan.

  Elections UPRS 2021

Du 31 mars 2021 au 7 avril 2021, les Libéraux de santé, dont l’effectif est supérieur à 20 000 professionnels, médecins chirurgiens-dentistes, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et orthophonistes, éliront leurs représentants par voie électronique.

  Le SML veut défendre les valeurs 100 % libérales

Le syndicat des médecins libéraux (SML) a présenté son programme à l’occasion des prochaines élections aux URPS. Pour le SML, ces élections auront valeur de test national pour défendre les valeurs libérales. Son programme « 100 % libéral » décline « cinq grandes ambitions ». La première porte sur la valeur des actes qu’il convient de porter au niveau européen. Ensuite, pour restaurer le pouvoir du médecin, il ne faut pas démanteler ses compétences. Troisième ambition : faire du médecin le leader de son territoire, en favorisant l’exercice coordonné. La réhabilitation du métier – quatrième objectif – passe par le développement de l’entreprise libérale. Et le dernier objectif, qui répond aux souhaits de tous les libéraux : protéger les professionnels face à l’insécurité.

Voir la note de presse du SML

  La CSMF veut qu’il soit rendu justice à la médecine libérale

Tout en exposant son programme, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) explique pourquoi elle a quitté les négociations conventionnelles : alors que les médecins libéraux ont « chèrement payé » leur implication lors de la première vague de Covid, dit-elle, ceux-ci ont été les grands oubliés du Ségur de la santé. Le syndicat veut « sauver la médecine libérale en 2021 ». Revalorisation des actes, coordination entre professionnels libéraux, indépendance du médecin, valorisation de ses compétences, ouverture de la formation du futur médecin sur le monde libéral, soutien aux regroupements (physiques ou virtuels), intégration du numérique dans l’exercice… tels sont les principaux points que la Confédération entend défendre lors de ces élections aux URPS 2021.

Voir les propositions de la CSMF

  La FSPF lance son site élections URPS

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a lancé son site dédié à l’élection aux URPS. Le syndicat mène dans ce cadre une grande consultation auprès de la profession.

Voir ici

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche