CNPS Express - 28 avril 2021

Mercredi 28 avril 2021

  Vaccination : le point sur les doses et les taux de couverture

Après un début de campagne poussif, la vaccination doit s’accélérer en France à partir du mois de mai. Le ministère de la Santé décomptait, au 21 avril, 18 252 000 injections administrées au total (dont 13 265 000 pour la première dose, 4 987 000 pour la seconde). Les données d’utilisation des doses montrent sans surprise un fort taux d’utilisation du vaccin Pfizer/BioNTech (13,2 millions d’injections sur 14,8 millions disponibles, soit 90 %), suivi par Moderna (1,4 million d’injections sur 1,9 million de doses, soit 75 %), et enfin AstraZeneca (3,5 millions d’injections pour 5,1 millions de doses, soit 70 %). 1,4 million de doses de vaccin AstraZeneca étaient stockées chez les pharmaciens ou médecins, ou étaient en cours de transport au 21 avril. Les craintes de la population vis-à-vis de ce sérum en particulier se vérifient dans l’enquête d’opinion diffusée par le ministère de la Santé. Entre la fin du mois de février et la mi-mars, la part de répondants jugeant le vaccin « non sûr » a augmenté de 42 %.

Concernant le taux de couverture des populations vaccinées, les professionnels de santé (2,5 millions de personnes) constituent la seule catégorie qui a d’ores et déjà atteint les objectifs fixés pour la mi-mai avec 70 % de professionnels vaccinés. Les 70 ans et plus hors établissements Ehpad et USLD (9,4 millions) sont à 65 % de vaccinés pour un objectif de 80 % mi-mai, les 60-69 ans (7,5 millions) à 37 % pour un objectif de 50 %.

Le vaccin Janssen arrive enfin

Après avoir été brièvement retardé, le déploiement du quatrième vaccin anti Covid-19 Janssen (Johnsson&Johnsson) sur le sol français démarre. Un DGS-Urgent envoyé vendredi 23 avril a indiqué aux professionnels de santé que les commandes effectuées les 12 et 13 avril pour ce vaccin unidose seraient honorées à partir du samedi 24 avril. 48 heures plus tôt, le comité en charge de la pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) s'était prononcé en faveur de ce vaccin, rapportant un bénéfice/risque jugé favorable. Le portail de commande pour la semaine suivante ne sera cependant pas ouvert pour laisser la priorité aux commandes d’ores et déjà effectuées et retardées. En revanche, les commandes de vaccin AstraZenaca sont ouvertes cette semaine, du lundi 26 avril au mercredi 28 avril. Une livraison de 2,1 millions de doses doit arriver cette semaine en France. Chaque médecin de ville pourra ainsi réserver 1 flacon de 10 doses et 2 flacons par pharmacie. La livraison est prévue entre le mercredi 5 et le jeudi 6 mai.

  La location d’oxymètre remboursée pour les patients Covid à domicile

Un arrêté paru au Journal officiel le 24 avril entérine le remboursement, par l’Assurance maladie, de la location d’un oxymètre de pouls pour les patients atteints de la Covid-19 suivis à domicile. « La forte augmentation de patients atteints par la Covid-19 nécessite d'améliorer l'anticipation de l'aggravation des symptômes du patient à domicile », indique l’arrêté. Sont concernés les patients présentant des signes d'infection respiratoire ou des facteurs de risque de forme grave et/ou étant âgés de plus de 65 ans. Le médecin généraliste peut alors prescrire ce matériel pour une durée d’une semaine, renouvelable une fois, avec une consultation de contrôle intervenant dans les 6 à 12 jours. La surveillance par oxymètre doit être réalisée au moins 3 fois par 24 heures, précise l’arrêté.

  RT-PCR : 9 biologistes sur 10 ont bénéficié du dispositif d’incitation pour rendu rapide

Quatre mois après la mise en place d’un dispositif tarifaire d’incitation pour des rendus de résultats rapides de tests RT-PCR Covid-19, l’heure est au bilan. Selon les chiffres de l’Assurance maladie relayés par le Syndicat des biologistes (SDB), 91 % des laboratoires vont recevoir un complément de rémunération car ils ont respecté le délai fixé à moins de 12 heures. 9 % n’ont pas tenu ce délai et dépassé 24 heures et auront à verser un trop perçu à l’Assurance maladie.

Voir le communiqué du SDB

  La loi Rist est parue au Journal officiel

La loi « visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification », communément appelée loi Rist car portée par la députée de la majorité Stéphanie Rist, est parue au Journal officiel le mardi 27 avril. Reprenant diverses mesures issues du Ségur de la santé, elle prévoit un état des lieux de la mise en place des auxiliaires médicaux en pratique avancée et des protocoles de coopération en lieu et place de la création d’une profession médicale intermédiaire initialement proposée. La loi Rist encourage les protocoles de coopération entre professionnels et élargit les capacités de prescription des sages-femmes, des masseurs-kinésithérapeutes ou encore des ergothérapeutes. Enfin, la loi entérine également la création d’un nouveau service de régulation des soins, le Service d’accès aux soins (SAS), cogéré par l’hôpital et les professionnels de ville.

  Nomenclature : la révision débute par les actes innovants

Un décret, paru le 23 avril et issu de la loi de financement de la Sécu pour 2020, fixe les conditions d’inscription provisoire d’actes innovants dans la nomenclature. Ce texte est la première étape de la rénovation de la hiérarchisation des actes qui doit intervenir dans les 5 ans. Un Haut conseil des nomenclatures, composé de 5 médecins libéraux, 5 praticiens hospitaliers et 2 personnalités qualifiées dans le domaine de la santé (économie de la santé et santé publique), sera ainsi chargé de « procéder à la description ainsi qu’à la hiérarchisation des actes et des prestations » sur la demande de l’Uncam, laquelle transmettra l’avis de la HAS. Le Haut conseil des nomenclatures proposera « l’inscription à titre provisoire d’actes "innovants" », puis une nouvelle hiérarchisation dans les trois ans. Une procédure similaire s’appliquera pour les dispositifs médicaux et de diagnostic in vitro.

  100 % santé : le SDA appelle les audioprothésistes à l’exemplarité

Un reportage télévisé sur la mise en place du 100 % santé et la satisfaction des patients vis-à-vis de cette réforme a été diffusé sur TF1 le 17 avril. Un passage du reportage reste toutefois en travers de la gorge du Syndicat des audioprothésistes (SDA). On y voit trois enseignes de région parisienne dénigrer les aides auditives remboursées à 100 %. Un comportement « intolérable » selon le syndicat, qui a tenu à réagir dans un communiqué : « On ne peut donc accepter que quelques irresponsables fassent courir un risque à la communauté des audioprothésistes, dont la quasi-totalité met scrupuleusement en application la réforme ». Et d’ajouter : « La réforme du 100 % santé est une chance pour les malentendants de notre pays, mais aussi pour les audioprothésistes, enfin reconnus comme des professionnels de santé à part entière. Mais cela nous donne de nouvelles responsabilités et, en premier lieu, celle d’une mise en application sans faille de la réforme ».

Voir le communiqué du SDA

N’hésitez pas à nous communiquer vos informations, nous ne manquerons pas de les relayer cnps@cnps.fr
Conformément aux dispositions de la loi 78-17 : « Informatique, fichiers et liberté », vous conservez la possibilité d'accéder aux informations vous concernant et de les rectifier si vous le jugez nécessaire.
Abonnez vos amis
Vous désabonner
 
Recherche