Réforme de la formation des indépendants : le CNPS ne laissera pas mourir le FIF-PL !
Paris, le 18 mai 2021 - La formation professionnelle continue des professions libérales est en danger. Dans le sillage de la réforme de la formation professionnelle, qui avait abouti à la naissance des OPCO, le Gouvernement envisage désormais de regrouper l’organisme de financement de la formation professionnelle continue des professionnels libéraux (FIF-PL, créé par l’UNAPL) avec le FAF-CEA (Fonds d’assurance formation des chefs d’entreprise artisanale) et les Conseils de la formation des Chambres des Métiers et de l’Artisanat. Un plan pour les travailleurs indépendants, porté par le Gouvernement, doit être proposé au Président de la République dans les prochaines semaines.  

Le CNPS et ses 12 organisations membres représentatives des professionnels libéraux de santé s’opposent farouchement à cette évolution. Une fusion pure et simple de l’organisme de financement des libéraux avec celui des artisans laisse craindre une perte de contrôle des professionnels sur le FIF-PL, qu’ils ont construit au fil des années, et dont ils ont l’expertise. 

De plus, la fusion des fonds du FIF-PL avec ceux des métiers de l’Artisanat, serait d’autant plus dommageable que des disparités importantes existent, tant du côté du montant des cotisations, que de celui des réserves structurelles de chaque entité. Sur le plan comptable, les professionnels libéraux ont tout à y perdre et ne laisseront pas le FIF-PL disparaitre dans le seul but d’éponger les difficultés financières des autres organismes.

Enfin, il est essentiel que le pilotage de la formation professionnelle continue des Libéraux reste à la main des professionnels libéraux, comme cela est le cas depuis la création du FIF-PL par l’UNAPL en 1993. L’investissement des Libéraux de santé sur le terrain et en région grâce à un organisme de financement qui leur est propre, a prouvé son efficacité. Pour preuve, rappelons qu’en l’absence du FIF-PL (et du FAF-PM pour les médecins), les professionnels de santé libéraux n’auraient pas pu se former, dès le printemps 2020,  aux nouvelles prises en charge liées à l’apparition de la Covid-19, la formation publique ayant été sur la liste des « abonnés absents » dans ce domaine.

Le CNPS demande donc au Gouvernement de revoir sa copie et de ne pas céder aux seuls calculs comptables qui justifieraient une telle fusion. A l’heure où de nombreux professionnels libéraux, en particulier dans le secteur dans la santé, sont mobilisés pour faire face à la crise du Covid-19, s’attaquer au financement de leur formation professionnelle continue est un bien mauvais message envoyé par l’Exécutif. Le CNPS ne laissera pas le FIF-PL disparaitre et sera aux côtés des professionnels libéraux mobilisés pour sauvegarder leur formation continue.
.
 
Recherche